graphologie et recrutement

Affichage des résultats du sondage: Graphologie dans le cadre d’un processus de recrutement

Votants
65. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Une fumisterie

    20 30,77%
  • Une sorte de test informel de recrutement

    23 35,38%
  • Un bon moyen de connaître une personnalité

    8 12,31%
  • Une curiosité archaïque

    14 21,54%
+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 11
PremièrePremière 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 107

Discussion: graphologie et recrutement

  1. #21
    Date d'inscription
    February 2003
    Localisation
    sud de Paris
    Messages
    46

    Par défaut

    Je rejoins en gros ce qu’observent les précédents intervenant mais si l’on sait comment la graphologie s’est infiltrée dans le processus de recrutement bien des paradoxes et illogismes y trouvent explication.
    Je vais tacher de trouver un moment pour vous l’expliquer : c’est une longue histoire il me faut donc il me faut un peu de temps pour rédiger un texte le plus bref possible tout en étant précis.
    Si vous avez des précisions à me poser d’hésitez pas !
    A plus tard donc.

  2. #22
    eletronlibre Guest

    Question que faire dans la pratique?

    une chose est de discuter pour discuter une autre chose est de savoir pour agir.
    moi qui suis en recherche d'emploi ce que je souhaite c'est de connaitre ce qu'il faut faire et pas faire dans sa lettre.
    merci d'avoir soulever le liévre maintenent passons aux travaux pratiques

  3. #23
    Date d'inscription
    February 2003
    Localisation
    sud de Paris
    Messages
    46

    Par défaut

    Au début (vers 1870) la graphologie était une distraction de salon : le but était de faire, en quelques mots, le trait du caractère de le personne qui a écrit la lettre manuscrite.
    Par exemple au vue d’un manuscrit ayant les lettres bien nettes, l’écriture appliquée et les accentuations bien présentes de déduire que cette écriture émane d’une personne posée (écriture appliquée) ayant le souci de s’exprimer clairement (lettres bien nettes) et avec précision (accentuations bien présentes).
    Au début du XX° siècle, la lettre manuscrite était couramment employée (il faut se souvenir qu’à l’époque il n’y avait ni téléphone, ni fax, ni e-mail !) ce qui rendit ce jeu de devinette à la mode...
    Sur ce, arrive la première guerre mondiale avec les lettres des soldats donnant de leur nouvelle du front...
    Bien des destinataires se posaient des questions car ils savaient que leurs correspondants ne voulaient pas ou ne pouvaient dire tout ce qu’ils ressentaient (soit pour ne pas tracasser leurs lecteurs soit à cause de la censure).
    Angoissés ces lecteurs ont tenté de déceler dans l’écriture des indices contredisant le mot écrit ou l’idée exprimée.
    Par exemple la phrase « tout va très bien » écrite en caractères plus petits (signe de réticence) la ligne descendante (signe de pessimisme) le mot « très » est moins lisible que l’ensemble des autres mots (l’inconscient indiquant que ce « très » est exagéré donc le réduit!)
    Ainsi, la graphologie évolue (se perfectionne ? !)
    Il y a eu même des médecins (plus ou moins psychiatre) qui tentèrent d’observer l’écriture de leur patient pour établir une corrélation avec leur diagnostic traditionnel.
    Peu à peu un pseudo raisonnement scientifique s’instaure en graphologie.
    Nous verrons la prochaine fois une application surprenante de cette « nouvelle graphologie » : les pronostics de compatibilité d’humeur.

  4. #24
    puech Guest

    Par défaut

    les pronostics de compatibilité d?humeur.
    OUi oui ça nous intéresse ça et pas seulement pour les entretiens d'emplois
    pour tous les jours Ah, je sens qu'on va bien s'amuser entre nous aussi.
    On te dira nos résultats.

    A+ je rentre en cours
    Marie

  5. #25
    Date d'inscription
    February 2003
    Localisation
    sud de Paris
    Messages
    46

    Par défaut Comment la graphologie s’est mise à détecter certaines sources d’incompatibilités d’h

    Nous sommes dans les années 20, l’hécatombe de la guerre 14-18 provoque une pénurie d’hommes à marier, il y a donc des « petits malins » qui ont tenu le raisonnement suivant :

    Puisqu’il y a l’embarra du choix tant qu’à faire, autant « sélectionner une personne riche, de « bon caractère »... bref de choisir la perle rare : un mariage de raison rentable et sans risque en quelque sorte !

    Coté femme, beaucoup craignaient de tomber sur un homme ayant des défauts rédhibitoires tel que infidélité, alcoolisme, brutalité, égoïsme, avarice, égocentrisme... et j’en passe et des meilleurs...!


    Voyants, astrologues et autres « prévisionnistes » trouvant un bon filon pour se faire de l’argent se targuent de pouvoir prédirent un mariage heureux ou malheureux ...

    Des graphologues se sont dit de même...


    C’est d’ailleurs à partir de cette époque que la graphologie fut classée dans l’esprit des gens comme science occulte !

    Pourtant la graphologie fait plus appel à des raisonnements de bon sens plutôt qu’aux prévisions basées sur une vision ultra lucide de boule de cristal ou marc de café.

    Pour preuve :
    Voici quelques uns de leurs axiomes, corroborés depuis par les comportementalistes :

    Axiome 1
    « on rapetisse inconsciemment tout ce qui est désagréable et à contrario on agrandit tout ce qui plait »

    Axiome 2
    « ce qui est précieux ou important est l’objet de toute attention alors que ce qui est banal ou sans importance est plus ou moins négligé »

    Axiome 3
    « lorsqu’on exprime consciemment une idée qui n’est pas en conformité avec ce que l’on pense vraiment, on génère d’une façon inconsciente simultanément des indices qui eux expriment le vrai fond de la pensée »

    Ces trois axiomes s’expriment au moment de l’élaboration de l’écriture et un œil exercé les repère facilement.

    Prenons un exemple :
    Une femme reçoit une lettre d’un prétendant.
    Dés la simple observation de l’enveloppe, elle peut commencer à se faire une idée de l’estime que se fait son correspondant d’elle :
    Dans notre exemple elle constate que la mention « Monsieur » est fait d’un graphisme plus appliqué que la mention « Madame » (suivant l’axiome 2 elle note que son prétendant a plus d’estime pour les messieurs que les dames... (serait-il un peu sexiste ?)
    Elle observe aussi que son prénom ne commence pas par une majuscule alors que le prénom de son prétendant lui débute par une majuscule... (ici les axiomes 2 et 3 sont « appliqués ») :
    Elle a affaire à un correspondant qui se place en « supérieur » par rapport à elle.... (le « sexiste » semble se confirmer et de surcroît teinté d’égocentrique (la majuscule pour son seul prénom) avec un complexe de supériorité (axiome 1 et 2) (le graphisme de son prénom est plus grand et plus soigné que le graphisme du prénom de la dame) ?

    Ces deux simples observations ne sont que des premiers signaux qui devront attirer l’attention et « guider » les recherches d’autres indices convergentes ou divergentes....


    Affaire à suivre...

    Hésitez pas faire vos commentaires !

  6. #26
    optimo Guest

    Par défaut Qui dit vrai?

    Si je vous ai bien compris, la graphologie s’est faite au fil du temps et des circonstances sur la base du ‘bon sens’ pour reprendre votre expression.
    Ça commencé par jeu de salon dont le but était de dévoiler des traits du caractère de la personne qui a écrit puis par la suite une application commerciale pour ‘pronostiquer’ si deux personnes pouvaient s’accorder d’une façon durable.

    Vos explications me semblent d’une grande simplicité tout en restant très vraisemblables mais elles ne recoupent pas tout ce qui s’écrit par ailleurs à ce sujet, du moins à ce que j’ai pu lire suite au résultat de ma requête (graphologie) sur un moteur de recherche.

    Ma question est donc qui d’entre vous dit la vérité ?

    Vous comprenez que ma question n’est pas agressive mais je cherche à m’informer sur ce sujet qui me parait toujours un peu ‘magique’ en ce sens que il donne parfois des résultats surprenants sans qu’on sache comment ils ont été obtenus.

    Pour le moment je demeure intrigué.

  7. #27
    Date d'inscription
    February 2003
    Localisation
    sud de Paris
    Messages
    46

    Par défaut Quelques précisions :

    Optimo,
    Vous avez bien résumé « l’évolution de la graphologie ».
    Les moteurs de recherches indiquent des sites dont la majorité est orientée sur des applications.
    Pour ma part je m’efforce d’aborder surtout l’historique et l’explication du mode de raisonnement, ce qui me parait une bonne façon de démystifier l’aspect « un peu magique » (pour reprendre votre expression) du décryptage de l’écriture manuscrite.
    Vous voyez donc que les deux sons de cloches sont plus complémentaires que contradictoires !

  8. #28
    philator1 Guest

    Thumbs up Re: Quelques précisions :

    Provient du message de graphus
    Les moteurs de recherches indiquent des sites dont la majorité est orientée sur des applications.
    C'est vrai, j'ai vérifié (non par manque de confiance mais par simple curiosité).
    Sujet excellent

  9. #29
    leon Guest

    Par défaut Pour moi ça marche!

    C’est le 24 février que je suis intervenu la dernière fois (mon texte est toujours là en page 2).
    Je vous disais que j’aller vous tenir au courant.
    Je suis embauché depuis deux semaines et c’est seulement maintenant que je trouve un peu de temps pour vous écrire.
    Je n’ai pas l’habitude de cirer les pompes mais je dois reconnaître que le contenu des messages de votre sujet a attiré mon attention sur les éléments influant positivement ou négativement dans le choix du candidat.
    Maintenant que je suis dans la boite j’ai confirmation que l’un des soucis principal de l’employeur était de trouver une personne qui soit rigoureuse et procédurière dans son travail et ceci par obligation contractuelle avec son donneur d’ordre qui exige l’application des procédures de contrôle qualité pour un zéro défaut.

    De plus, mon employeur a été tenu de fournir à son donneur d’ordre des preuves de mise en place d’un service de contrôle qualité rigoureux.

    Grâce à vous, j’ai eu mon attention attirée sur le fait que le questionnaire est dans sa forme (les espaces réservés aux réponses) une sorte de test de rigueur et d’acceptation des contraintes procédurières.
    Cette connaissance m’a donné un sérieux atout non seulement au moment de l’embauche mais aussi actuellement que je suis en poste.
    Ainsi je me focalise sur les points ultra sensibles et je reste très vigilent.
    Avec le peu de recul que j’ai, pour ma part je constate que le fait de connaître l’état d’esprit
    et la philosophie de ceux qui utilisent la graphologie m’est très utile pour adapter mon comportement.
    Je dois dire qu’il me semble même plus important d’avoir des informations sur l’état d’esprit et la philosophie de ceux qui utilisent la graphologie que d’appliquer les quelques conseils ou de recettes que l’on peut glaner çà et là.
    Je continue à vous lire avec beaucoup d’attention et vous en remercie.

  10. #30
    candide1 Guest

    Par défaut Premier essai de synthèse

    Après avoir lu et relu tout le sujet voici ce que j’ai cru comprendre et je serais très heureux que vous me donniez votre avis.

    Premier principe :
    La graphologie utilisée dans le recrutement est analogue à un test ouvert qui aurait comme consigne d’exprimer les raisons qui poussent le candidat à écrire.
    Application pratique : Attention à ne pas générer des indices contradictoires à ce qui est exprimé dans les écrits
    Deuxième principe :
    En s’appuyant sur des axiomes basés sur du bon sens le graphomane déduit un certains nombres de traits de caractères de celui qui a écrit. (appelé le profil du candidat)
    Application pratique : bien se relire et faire une sorte de liste des conclusions de bon sens basés n’ont aucun aspects négatifs ou pouvant se prêter à des critiques.
    Pour ma part ma copine se fait l’avocat du diable ce qui n’est pas toujours agréable à entendre mais je crois que le résultat est bénéfique.

    Troisième principe :
    Le graphomane compare le profil du poste recherché au profil décrypté dans la lettre du candidat.

    Quatrième principe :
    Les candidats retenus sont ceux qui ont le profil le plus approchant du profil du poste MAIS qui de plus ne présente aucun défaut d’incompatibilité.


    Ces quatre « grands principes » me paraissent importants car ils me servent de balises pour une première étape dans la maîtrise de sa propre lettre manuscrite.

    Qu’en pensez-vous ?

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts