+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: faut il changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde ?

  1. #1
    Laurence.Paris Guest

    Par défaut faut il changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde ?

    Adoptez vous ou réfutez La formule de Descartes :"changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde" ?

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Quelques réflexions à partir de cette page:
    http://www.philagora.net/philo-poche/desir-acces.php
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  3. #3
    chaussat Guest

    Par défaut

    Comment prends-tu toi-même cette phrase ?

  4. #4
    Laurence.Paris Guest

    Thumbs up

    mystère ..sourire mon opinion tranparaitra à la suite de vos mess qui seront j'en suis certaine nombreux .. il ne s'agit aucunement de produire un travail écrit simplement d'échanger des opinions à commence qui sait? par la tienne

  5. #5
    mariececile Guest

    Par défaut

    Il semble plus facile de changer ses désirs que l'ordre du monde, d'une part parce que nous ne maîtrisons que la partie de ce monde qui nous concerne, donc nos désirs. Peut-être pour s'apercevoir que ces désirs mêmes en font partie, et dès lors, et enfin les dompter en accord avec ce monde pour les réaliser?

    Je ferais volontiers le parallèle avec la foi.les saints et en particulier les martyrs sont bien soumis entièrement à l'ordre du monde créé par Dieu. En effet, un miracle ne serait-il pas un désir tout-puissant parce que d'abord compris dans l'ordre de ce monde?

    Amicalement,

  6. #6
    Sinclair Guest

    Par défaut Prêtez moi quelques lignes...

    Pour commencer, mes amis, je vous raplle l'origine éthimologyque du mot "désir".
    Ce mot provient du latin, "desirare", et, a sa racine, il s'agit d'un terme astronomique relationé directemente avec "considerare".
    (Considerare= contempler les astres)
    Desirare c'est le regret d'un astre disparu.
    Sous ce point de vue, le désir nait pour mieux s'eteindre, il est par essence éphemère, un manque. On ne desire que ne plus desirer. A c'est égar, le désir est un obstacle pour notre quête du bonheur.
    En effet, le désir est un manque, une source de douleur. Il parait donc raisonnable d'eliminer la racine du problème, donc de maîtriser ses désirs au point de ne plus désirer. mais " à ce point, les pierres et les morts seront heureux" (Calliclès, Gorgias).
    En effet, ce bonheur tel que vous l'entendez, pour moi, n'est qu'un équilibre qui tend à stagner l'homme. Nous savons tous que la cellule même si elle cherche l' équilibre, elle l'atteint seuleument au moment de périr. Nietzsche, dans "Le Crépuscule des Idoles" affirme, correctement que: " attaquer les passions à sa racine (les désirs) c'est attaquer la vie à sa racine", même si survivre dans la tempête des désirs c'est dur et source de DOULEUR, on ne doit pas oublier que "seule la douleur crée" (Par delà le Bien et le Mal), la conscience d'artiste, le rôle de l'homme comme créateur, se base sur la doctrine de "la douleur, de la grande douleur", et c'est celle ci, et seulement celle ci, c'elle qui donne vie et pouvoir aux hommes sur leur destin.
    Pour conclure, Gilles Deleuse actualise et pouli un peu la brutale vérité Nietzschéenne dans La Logique du Sens, (Chapitre Porcelaine et Volcan), en affirmant que même si la seule source de création et vie c'est celle ci, on doit apprendre, non seulement à la résister, mais aussi à ne pas tomber détruit par complet selon Deleuse, "Tout ce que fut bon et grand dans l'humanité rentre et sort par la félure", La porcelaine doit monter les stigmes du volcan sans y être détruite par la furie intempestive de celui ci.
    On ne doit donc pas sacrifier nos désirs mais y être sacrifié par eux. Les subir, les vivre, sans aucune volonté de maîtrise, mais tout en les acceptant comme essence de vie, et celà, aura comme conséquence le changement global dont il est question.
    (rappellez vous aussi un peu de Freud...)

    Merci et, surtout pardonnez mes grosses fautes d'ortho (non seulement je ne suis pas français, mais aussi je ne parle pas cette langue depuis longtemps, le bac)
    Chao
    Felipe du Chili

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts