+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: la "doctrine" de Victor Hugo

  1. #1
    florence1 Guest

    Par défaut Pour ma prépas de l'année prochaine

    Bonjour,
    je me suis lancée dans la lecture des 3 oeuvres au programme de LA PAIX

    Je suis un peu perdue par l'abondance des pensées qui se trouvent dans 93 de Victor Hugo.
    Serait-il possible d'avoir quelques lignes de synthèse sur la pensée de Hugo en général. Ce la me permettrait de m'y reconnaître un peu.

    J'espère que je ne vous importune pas pendant ce début de vacances et je vous remercie d'avance pour tout ce que vous faites pour nous.
    Flo , (un peu noyée)
    Dernière modification par florence1 24/08/2002 à 16h51

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Bonjour Florence
    La "doctrine de Victor Hugo tient en un vers de Plein ciel (La légende des siècles, 58è partie).

    C'est la grande révolte obéissante à Dieu".

    Un jeu libérateur (le massacre de la Saint Barthélemy dans Quatrevingt-treize.)


    Effectivement, si connaître c'est reconnaître, une synthèse de la pensée d'un auteur peut vous aider à re-lire l'***339;uvre au programme. Cependant, rien ne remplace la "fraîcheur d'une première lecture: la culture est d'abord un commencement, "le génie
    c'est l'enfance retrouvée" (Baudelaire.

    Pour réaliser, par vous même, cette synthèse, vous pouvez utiliser: 

    1- Ce que dit Hugo. Dans la Légende des
    siècles
    le Satyre qui devrait vous permettre:

    a) de prendre ensemble la métaphysique et la morale de Hugo.

    b) de comprendre le Progrès comme ascension vers le bien, ascension de toutes les créatures: parmi les êtres, l'homme est celui qui assume la tâche de libération, dans une révolte obéissante exploiter l'oxymore!),grâce à la souffrance rédemptrice et à la connaissance scientifique. Hugo sur ce point confond vision et prophétie. D'évidence le supplément
    d'âme qu'il prévoit comme devant accompagner le progrès technique n'est pas arrivé.


    2-Vous pouvez maintenant écouter un philosophe: Renouvier dans Victor Hugo, le Philosophe (Colin, 1900) souligne une dualité entre deux aspects de "pensées" juxtaposés, par Hugo, sans lien: intelligence et audace animent l'homme qui se divinise; Cependant cette libération prométhéenne doit déboucher sur la fin du monde et ... la comparution de l'homme pêcheur devant un tribunal souverain...


    >3- Que nous dit l'étude littéraire? En 1910 chez Paulin paraît La philosophie de Victor Hugo par Paul Berret. L'auteur nous propose une vue synthétique sur la doctrine de Hugo. La voici résumée: nous omettons volontairement ce qui concerne le panthéisme de Hugo car ce point est très discuté (on peut tout au plus parler d'un panthéisme poétique).


    Voici quelques points: 

    -Tout a une responsabilité morale: tout degré dans l'être est un degré dans la moralité.

    -Tout progresse par métamorphose: par la souffrance qui répare et permet de comprendre la présence du mal dans le monde; par la science qui est libératrice de ce mal; par l'amour.

    -Progresser revient à s'élever vers Dieu. Dieu regarde sa création, il est le témoin distinct de son ascension: ce témoin peut intervenir.

    -Dans la mesure où Dieu est un témoin distinct, dans la mesure où l'homme est libérateur, dans la mesure où l'homme mène une révolte obéissante, il est impossible de parler d'un panthéisme essentiel. Ce qui se libère ne peut en aucun cas être une simple émanation.C'est une personne.
    (Hugo grand lecteur de Kant, j'y reviendrai dans une prochaine page)

    Votre travail pourrait peut-être s'orienter selon quelques axes: - la paix et la nature (le ciel étoilé); - la paix et la morale; - la paix et le bruit farouche (chez Hugo le bruit qualifie l'action de l'homme, le temps et ses luttes sans fin).


    -Ajoutons une clé que vous découvre page 522 l'excellente note de Yves Gohin (note 84).

    Parlant du livre troisième, le massacre de la Saint-Barthélemy, page 329 à 345, Gohin la qualifie de petite épopée dans la grande, "Ce récit du bonheur des petits dans le malheur des grands contient tout le sens du roman." Hugo, en temps qu'homme, comme pouvoir natal, a toujours rêvé de
    "commencement", ce qui marque la naissance d'une culture (de Montaigne à Rousseau: j'ai fermé tous les livres). D'où l'admiration devant la fraîcheur gracieuse des petits enfants qui figurent la possibilité de ce commencement au grand-père rayonnant mais usé de 1874. En effet, le bonheur des petits donne le sens de Quatrevingt-treize.


    Bon courage pour le travail que vous entreprenez. En espérant que ces quelques lignes pourront vous aider.

    =Tout cela sera confirmé par la lecture de la page 346.
    http://www.philagora.net/ph-prepa/la..._93_page_4.php

    Bien cordialement.

    Joseph Llapasset

    Rubrique philo-prepas, Clic sur la paix,
    Hugo: http://www.philagora.net/prepaid.php


    -Pour vous aider à rédiger, voir METHODO http://www.philagora.net/methodo/index.php

    -N'oubliez pas le moteur de recherche dans philagora http://www.philagora.net/cgi/pg-farfouineurpro.cgi/ 

    -Abonnez-vous à la lettre de philagora http://www.philagora.com/abonne.php pour recevoir directement les nouveautés du site (gratuit)
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2001
    Messages
    1 599

    Par défaut



    Ne pas se prendre au sérieux mais prendre la culture au sérieux.

    Joëlle Llapasset - Internet culturel http://www.philagora.net/

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts