=> Bac 2018: La vérité passe-t-elle par l'erreur?
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: => Bac 2018: La vérité passe-t-elle par l'erreur?

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 619

    Par défaut => Bac 2018: La vérité passe-t-elle par l'erreur?

    Lisez ce texte de Alain:

    "Quiconque pense commence toujours par se tromper. L'esprit juste se trompe d'abord tout autant qu'un autre; son travail propre est de revenir, de ne point s'obstiner, de corriger selon l'objet la première esquisse. Mais il faut une première esquisse ; il faut un contour fermé. L'abstrait est défini par là. Toutes nos erreurs sont des jugements téméraires , et toutes nos vérités , sans exception sont des erreurs redressées. On compredn que le liseur ne regarde pas à une lettre, et que par un fort préjugé , il croit toujours l'avoir lue , même quand il n'a pas pu la lire ;et , si elle manque , il n'a pas pu la lire. Descartes disait bien que c'est notre amour de la vérité qui nous trompe principalement, par cette précipitation, par cet élan , par ce mépris des détails , qui est la grandeur même. Cette vue est elle-même généreuse ; elle va à pardonner l'erreur ; et il est vrai qu'a considérer les choses humainement, toute erreur est belle. Selon mon opinion , un sot n'est point tant un homme qui se trompe qu'un homme qui répète des vérités, sans s'être trompé d'abord comme ont fait ceux qui les ont trouvées."

    Vous pouvez utiliser ceci, pour comprendre la pensée d"Alain:
    L'erreur est précieuse pour la recherche de la vérité qui procède par erreurs rectifiées...
    Par exemple:
    Si l'échec, lorsque la prévision déduite de la théorie est différente de l'observation réelle mesurable produite expérimentalement, cela signifie bien que le moteur de la science c'est l'erreur, l'échec qui oblige le chercheur à modifier la théorie ou même à la changer. Qu'apprenons-nous de l'erreur sinon qu'elle entraîne un progrès de la connaissance.
    Citations:
    L'erreur n'a rien d'étrange; c'est le premier état de toute connaissance" Alain, Minerve, 9.
    "Toutes nos vérités, sans exceptions sont des erreurs redressées" Alain, Vigiles de l'esprit, page 34, 35.
    "L'erreur est un des temps de la dialectique qu'il faut nécessairement traverser. Elle suscite des enquêtes plus précises, elle est l'élément moteur de la connaissance". Bachelard, Essai sur la connaissance approchée, page 249.
    "C'est par l'expérience de l'erreur que nous arrivons à l'idée positive de vérité. La vérité ne se manifeste que par son opposition à une erreur préalable." Jean Wahl, Traité de métaphysique, page 48Pour votre dissertation, vous pouvez utiliser:
    Qu'apprenons nous de nos erreurs ?
    -"nos": en quel sens sont-elles nôtres?:Voyez Descartes:L'entendement est fini, la volonté infinie:conséquence pour votre sujet?

    L'erreur ne viendrait-elle pas de la précipitation?

    Voir dans citations http://www.philagora.net/citations/
    La conscience : A, 1. http://www.philagora.net/citations/conscience.php

    Étonnez-vous: Si l'erreur est le contraire de la vérité que peut-elle nous apprendre!

    =>Sur le plan de la connaissance scientifique. C'est une suite d'erreurs rectifiées comme si, on se servait de l'erreur comme d'un tremplin pour se rapprocher de la vérité sans jamais l'atteindre.

    Utilisez le cours Théorie et expérimentation http://www.philagora.net/philo-poche/pochexp.php
    Si l'échec, lorsque la prévision déduite de la théorie est différente de l'observation réelle mesurable produite expérimentalement, cela signifie bien que le moteur de la science c'est l'erreur, l'échec qui oblige le chercheur à modifier la théorie ou même à la changer. Qu'apprenons-nous de l'erreur sinon qu'elle entraîne un progrès de la connaissance.

    => Qu'apprenons-nous de nos erreurs sur nous mêmes? Que sans cesse notre conscience immédiate se trompe: je vois le monde tel que je suis et qu'il faut donc nous méfier de l'opinion qui transforme nos besoins en connaissances. Nous apprenons donc la nécessité de la conscience réfléchie, de la pensée, de la réflexion sans laquelle il n'y a pas d'existence vraiment humaine.

    Voir le cours sur l'existence http://www.philagora.net/philo-poche/pochexis.php en insistant sur les dernières lignes.

    => Si l'erreur est humaine, comment la science est-elle possible? http://www.philagora.net/dissert2/err-hum.php
    A suivre

    Livre de référence choisi par le Hibou:Incontournable pour les prépas scientifique, en 114 pages!

    http://forum.philagora.net/showthrea...post1852425622




    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:

    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John Lionnet !
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 619

    Par défaut

    Précieux: de Lucie 1:



    " Petites réflexions sur la vérité pour t'aider
    La définition traditionnelle de la vérité, à savoir l'adéquation entre le jugement et la chose jugée n'est pas ici très utile. Il faut prendre le terme de vérité en un sens assez large qui est finalement celui du sens commun. La vérité est envisagée comme possédant par elle-même une certaine force de conviction pouvant soit contraindre soit libérer.

    La contrainte porte d'abord et essentiellement sur l'esprit de celui qui fait l'expérience de la vérité.

    La vérité contraind en ce qu'elle s'impose à tout esprit qui en fait l'expérience. Elle est libératrice en ce sens au moins qu'elle libère l'esprit des erreurs, des préjugés et des opinions.

    La force du vrai doit être de porter en lui-même les éléments qui permettent de le dépasser. La liberté est interne à la vérité, en cela qu'il est possible de nier le vrai afin même de le renforcer. Que l'on songe à la fiction du malin génie dans les Méditations ou encore le sérieux avec lequel ARISTOTE entreprend de démontrer le principe de contradiction au quatrième livre de la Métaphysique : tous deux témoignent bien de la liberté de pensée de celui qui cherche le vrai : il est capable de se mettre en situation apparemment absurde pour chercher à s'assurer davantage du vrai. "

    Livre de référence choisi par le Hibou:Incontournable pour les prépas scientifique, en 114 pages!

    http://forum.philagora.net/showthrea...post1852425622




    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:

    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John Lionnet !
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 619

    Par défaut

    De Laura:

    La vérité est un but à atteindre, mais l'expérience de l'illusion ou de l'erreur est première.On est en revenche dans l'illusion ou dans l'erreurque dans la mesure ou l'on se croit dans la vérité.
    Or chacun pense connaitre la vérité et se heurte à des disputes sans fin.

    L'esprit humain ne peut que vouloir la vérité est c'est au nom de celle-ci qu'il se trompe.La découverte que ce qu'on avait pris pour vérité n'était qu'une illusion, est une expérience seconde.L'acces à la vérité suppose un travail sur soi, une remise en question de ce qu'on a cru juste ou véritable, donc une faculté de s'interroger sur ce que l'on tient pour vrai.
    =>diversité des opinions et des cultures=>scepticisme=>peut on douter de tout? (Descartes et les méditations métaphysiques)
    =>barratiner avnt tout sur le scepticisme (il y a bcp de choses à dire)
    =>"cogito ergo sum":Je pense donc je suis...on ne peut donc pas douter de tout (c Descartes qui l'a dit)
    Le doute radical a donc des limites...
    La vérité est attestée par la prise de conscience de l'erreur.La prise de conscience de l'erreur prouve que l'erreur a été prose pour vérité, mais aussi qu'il est possible de surmonter l'erreur. Certes ce qui la remplace pourrait se révéler être aussi une erreur, mais le fait que nous disposions de la notion d'erreur prouve que nous ne sommes pas irrémédiablement dans celle-ci.
    Allégorie de la caverne=>les captifs n'auraient pas pu prendre conscience de leur état s'ils n'avait eu la possibilité de voir autre chose.La conscience est donc la condition nécessaire à toute recherche de sens ou de vérité. Elle est le fondement et le modèle de tte conscience.


    Je remercie philagora pour ses pages
    Laura
    Je te remercie de ton apport sur Philagora
    Joseph[/SIZE][/B][/COLOR]

    Livre de référence choisi par le Hibou:Incontournable pour les prépas scientifique, en 114 pages!

    http://forum.philagora.net/showthrea...post1852425622




    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:

    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John Lionnet !
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts