Tous les cours de l'année dans votre poche ? Fouinez!
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: Tous les cours de l'année dans votre poche ? Fouinez!

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut Tous les cours de l'année dans votre poche ? Fouinez!

    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut A la philagora: ou comment ingurgiter le programme....... sans s'en douter.

    Il s'agit, à partir d'un certain nombre de problèmes et d'un sujet donné au bac, de cerner les éléments du programme à mobiliser, et de les voir, sans s'en douter!

    Suivez "objectif bac 2018 " et appréciez.
    Pour gagner du temps dans l'éducation, disait Rousseau, il faut savoir en perdre en glanant, sans avoir l'air de rien.
    Attendre que c'est toi qui le dises, selon Platon.
    Alors, à toi de jouer, mon ami, qui aime lambiner: Que du bonheur, celui de penser par soi-même.


    => cerner un nombre limité de problèmes pour à partir de là être capable de comprendre la multiplicité indéfinie de sujets qu'ils ont servi à fabriquer: il faut se mettre en chasse des problèmes fondamentaux: ils jaillissent souvent de la mise en relation de plusieurs notions au programme.
    Joseph

    Le Hibou
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut

    Tous?

    Sauf les cours de synthèse.....
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  4. #4
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut I-Un ORDRE: a) dialectique b) Deux concepts juxtaposés par "et"- II-Mesure, pas de

    A relire la veille du bac blanc


    Le verbe penser a une origine latine: pensare signifie peser. Peser c'est déterminer un poids par un rapport à un autre poids connu.

    Au sens propre cela revient à comparer, à mesurer, à peser. Dans tous ces actes, il y a un projet de vérité, d'ajuster correctement une mesure à des objets donnés ou construits. Ce projet de vérité se retrouve dans tout acte de penser.

    Au sens figuré cela revient à donner une valeur à un jugement: Ce n'est pas n'importe quel jugement spontané car on a pesé le pour et le contre ce qui permet de se déterminer pour ce qui a le plus de valeur. Penser devient alors un acte, un mouvement animé par le souci de justice: un bon juge n'est-il pas celui qui écoute chaque partie avant de choisir, de décider pour ce qui lui paraît fondé en raison.

    Ainsi, dans une dissertation, le mouvement de la pensée se dirige vers un jugement éclairé (troisième partie) en instaurant une démarche de dialogue qui permet de peser le pour et le contre ( deux premières parties ). C'est le plan dialectique qui est "la voie royale de la dissertation" selon Jacqueline Russ, une amie de de Philagora. Mais ce mouvement est la conséquence d'un dialogue intérieur dans lequel vous vous interrogez en interrogeant et en répondant.

    C'est l'acte de penser dans lequel c'est le même qui interroge et qui répond, qui sait poser le problème et chercher une réponse, une solution, adéquate, bien ajustée à ce qui est et justifiable par des raisons. Penser c'est donc bien s'orienter vers la vérité et vers la justice (ce qui est bien ajusté).

    Parce que ce mouvement a pour origine le sujet, en toute rigueur, on ne peut donc penser que par soi même. Répéter le mouvement accompli par un autre, ce n'est pas penser mais comprendre le sens, la signification et l'orientation d'un acte effectué par un autre. Voilà pourquoi copier les plus sublimes pensées, ce n'est pas penser, c'est saisir une pensée.

    En réfléchissant sur ce qui vient d'être dit, vous devinez comme un fait peu contestable que nous pensons en nous parlant intérieurement, et que, sans cet échange, cette balance intérieure, nous ne penserions pas.

    Comment penser à l'arbre en général sans le concept (ce avec quoi je prends une diversité sensible, par exemple des images d'arbres que je vois et qui sont distinctes) , le mot qui prend ensemble la totalité des arbres par l'abstraction de quelques caractéristiques communes?
    Si bien que, quand je ne pense pas je ne me parle pas, et quand je ne me parle pas, je ne pense pas.


    Demander brusquement à un proche: à quoi penses-tu? C'est toujours lui demander: quel discours intérieur es-tu en train de conduire.

    Bon vent,cette année, sur les chemins de la pensée et de la liberté!
    Une année que vous n’oublierez pas
    si j'en crois nombre d'anciennes et d'anciens élèves.

    => Pour le b ) http://forum.philagora.net/showthrea...dre-%E0-suivre.....

    Joseph
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  5. #5
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut

    Un test?
    Que signifie:


    "Il verra par raison évidente"?
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  6. #6
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut b) Deux concepts juxtaposés par "et": l'ordre à suivre.....

    Difficultés: que pouvez-vous "faire" de ces deux termes? Comment faire jaillir une problématique, un ordre à suivre qui orienterait vers un problème? Vous avez à découvrir / inventer un chemin de pensée là où aucune méthode ne peut vous tirer d'affaire. Quel est l'ordre possible?Comment ajuster au sujet cet "habit sur mesures" que sera le mouvement de vote dissertation? Par un tableau de définitions et la recherche des relations possibles entre ces trois termes, le point de vue formel (académique ou rhétorique) n'offusquant jamais la recherche de la vérité du contenu, la règle de composition propre au concept ne faisant jamais oublier la considération de l'existence sans laquelle la pensée risque toujours d'être creuse: dans le tableau de définitions scrutez d'abord le terme "et" qui relie et qui évite une pure juxtaposition des deux termes.


    En premier faire un tableau de définitions:
    par exemple:

    Justice et force

    Et

    Conjonction de coordination qui lie des mots de même nature ou de même fonction: coordination laisse lire ordinatio qui signifie "ordre" , selon l'éloignement ou un rapprochement entre justice et force , ce qui vous étonnera aussi longtemps que vous confondrez force et violence. En juxtaposant il invite donc à distinguer, à rapprocher, à opposer selon un mouvement essentiel de la pensée.



    JUSTICE

    [COLOR="blue"][B]C'est, du point de vue du concept, de ce qui est écrit, la conformité au droit positif: la justice des hommes est aussi bien le pouvoir de faire régner le droit et l'exercice de ce pouvoir.
    Du point de vue de l'Idée, la justice est un idéal, une valeur, un horizon comme respect de la personne, en tant que sujet moral et sujet de droits.
    Selon le concept on trouve comme qualité essentielle de la justice le pouvoir d'exercer et donc la force au service du droit: une force calculée, maîtrisée, limitée au service de la raison, pour tous et par tous; au contraire de la violence, irrationnelle, emportée, sans limite que la mort d'autrui, au service d'une volonté particulière, exercée par une violence particulière.



    FORCE

    Concept désignant la puissance d'action physique, mais aussi la contrainte morale, la violence. Contrairement à l'idée qui se pense par un effort de liberté, une force se mesure. Contrairement à l'idée qui régule, la violence ne régule rien, elle brise ou détruit. Si l'idée permet de juger, d'évaluer, de justifier dans une certaine mesure, la force ne justifie rien car la force ne fait pas le droit.



    => Maintenant vous considérez les deux concepts en vous demandant:

    1) Comment les éloigner?
    2)Comment les rapprocher?
    3) Quels sont les rapports.
    Vous avez tracé un Ordre. Le mouvement de votre devoir.
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  7. #7
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut ordre et mesure

    A paraître
    Partons de Platon dans le dialogue "Phèdre":elle doit être mesurée.

    Ordre: voir plus haut
    Mesure: "Moi seul (dit Prodicos) ait découvert quels discours exige l'art: il n'en exige ni de longs ni de courts mais qui soient d'une juste mesure." Platon, Phèdre, 267
    Parution prochaine

    Cela doit vous guider dans votre dissertation: Vous devez fuir la Rhétorique "déchainée".
    Dans l'extériorité, mesurer un espace c'est le comparer à un autre espace: l'espace étalon (par exemple le mètre), est la référence qui permet la mesure; il ne doit pas devenir autre que ce qu'il est sous peine de rendre impossible toute mesure. C'est donc l'être qui permet la mesure et non pas le devenir.
    C'est aussi vrai dans le domaine de l'intériorité: l'homme mesuré, tempérant, a la capacité de se mesurer si son intelligence s'oriente vers le bien et donc vers ce qui est juste, beau, vrai.

    => Si vous confondez le bien et le plaisir déréglé, alors toute mesure devient impossible puisque le plaisir relève du devenir: dès qu'on le saisit il disparaît, dès qu'il disparaît on cherche à le saisir dans le mauvais infini du toujours plus ... Cet écoulement perpétuel, cette évanescence pour ainsi dire le disqualifie: il ne saurait être la référence de la mesure mais en quelque sorte le tonneau percé de la démesure.

    => Or la rhétorique athénienne semble à Platon mal orientée, mal dirigée, dé-chaînée qu'elle est de la réflexion, de l'examen d'elle même et de ce qui est, du bien dont les trois éclats sont, la vérité, la justice, la beauté.

    => La rhétorique n'est donc pas un la rhétorique Art mais une simple pratique qui a pour fin de produire un sentiment de conviction dans une foule assemblée: le moyen de la rhétorique c'est la flatterie: produire du plaisir dans cette foule qui écoute. Loin d'être mesurée par l'être et le bien, elle fluctue en fonction des désirs de la foule et du plaisir: faire plaisir à la foule devient l'unique souci de la rhétorique.
    Autant dire que la rhétorique orientée vers le plaisir alimente la démesure. Ne flattez pas le correcteur!

    => Il faut comprendre que Platon loin de vouloir anéantir la rhétorique (il y a de la pensée dans toute rhétorique et ...de l'agilité) voudrait en faire un instrument de la philosophie en extirpant tous les germes de fausseté et d'illusion qu'elle porte en elle, telle qu'elle est pratiquée à Athènes. Toute sa démesure.L'ambition de Platon est donc "d'arraisonner" la rhétorique, de l'amener à s'examiner elle même et de la soumettre à la philosophie: cela revient à l'orienter différemment, à l'orienter vers le bien et vers ce qui est pour la débarrasser de la fausseté et des mensonges que les mots employés à Athènes par la rhétorique portent en eux: en quelque sorte bien les ajuster à ce qui est. = obéir à la juste mesure, "si vous me comprenez" ,dirait frère Guillaume de Basquerville.

    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  8. #8
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut

    Où en sommes-nous:
    - Par un contraire on peut éclairer l'autre, ou même le retrouver, le distinguer: voyons si "démesure" peut nous orienter dans notre recherche du sens de mesure.
    Démesure signifie pour les savant, les érudits, qui est distant de la mesure; mais dans notre langue, il signifie d'abord: exagération, excès d'orgueil, manque de modération, aliénation à l'infini d'un devenir que rien ne freine, que rien ne cadence.
    Comme opposé de démesure, "mesure" doit donc d'abord être compris au sens figuré, comme modération, maîtrise de soi qui empêche de dépasser les limites de ce qui convient. Tout va bien entendu dépendre de ce qui détermine "ce qui convient", les conformismes d'une société close ou les valeurs qui orientent une société ouverte. On parlera du sens de la mesure.

    En conséquence
    A fuir dans votre développement:: exagération, excès d'orgueil, manque de modération,
    A privilégier: modération, maîtrise de soi qui empêche de dépasser les limites de ce qui convient. Règle d'or: Le sujet, tout le sujet, rien que le sujet
    Règle d'or: Le sujet, tout le sujet, rien que le sujet
    Le sujet, tout le sujet, rien que le sujet.
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  9. #9
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut A relire la veille du bac blanc

    La mesure
    Sens propre et sens figuré se soutiennent et s'appellent pour ainsi dire.
    Au sens figuré (moral) la mesure c'est la modération qui empêche des passer des limites (le contraire c'est l' Hybris grecque, la démesure.) .
    Fuyez les digressions, le sujet, tout le sujet, rien que le sujet.
    La règle: Rien de trop. Pas de bla bla bla qui ne remplace pas la pensée.
    Mais le sens propre n'est jamais bien loin:Mesurer le poids de chaque argument et les classer par ordre de "poids" (au sens figuré).
    Cela doit se voir immédiatement.
    Sautez deux lignes après l'introduction
    Deux lignes après la première partie. Si elle présente deux arguments sautez une ligne pour les séparer.
    Entre la première et la deuxième partie sautez deux lignes.
    (La troisième partie n'est pas obligat oire)
    Séparez la dernière partie et la conclusion de deux lignes.
    Si vous suivez ces mesures le correcteur sera tout de suite bien disposé, dès le premier regard sur votre travail!
    Il devine un ordre et une mesure.

    Introductionrdre et mesure.
    Centrer sur la question et, dans le meilleur des cas, sur le problème.
    Répondez à cette question :
    De quoi s'agit-il?
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts