MINI COURS SUR L'ESPRIT DES LOIS POUR MIEUX COMPRENDRE LES Lettres Persanes...
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: MINI COURS SUR L'ESPRIT DES LOIS POUR MIEUX COMPRENDRE LES Lettres Persanes...

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut MINI COURS SUR L'ESPRIT DES LOIS POUR MIEUX COMPRENDRE LES Lettres Persanes...

    A paraître prochainement
    Joseph
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Angry

    Posons d'abord la distinction du despotisme et de la monarchie:
    dans le premier cas il n'y a ni lois ni règles: le despote exerce sa puissance , entraîne tout par ses caprices et par sa volonté (De l'esprit des lois). Il n'y a pas de justice possible. (est juste ce qui est conforme à la loi)

    Dans le deuxième cas,le gouvernement monarchique, le roi ,lui seul, gouverne par des lois fixes et établies.
    La justice est rendue au nom du roi. Le roi est le souverain.

    Dans les deux cas ils ont le droit de vie et de mort.

    La république: le souverain c'est le peuple, l'ensemble du peuple ou une partie. La loi dit donc être pour tous et par tous. = double universalité = la loi est un être de raison: "La loi est la raison humaine" écrit Montesquieu, elle reflète le pouvoir de distinguer (le vrai du faux, le juste de l'injuste), La loi est le reflet de l'universalité, .
    On distinguera la loi universelle et les lois positives (diverses.)



    La liberté consiste à obéir aux lois: en effet être libre c'est obéir à la loi qu'on s'est prescrite. En conséquence la liberté ( civile et la liberté politique) ce n'est pas faire ce que l'on veut, mais faire tout ce que les lois permettent."La liberté ne peut consister qu'à faire ce que l'on doit vouloir et à ne pas être contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir." (L'esprit des lois,I )
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Essayons d"éclaircir ce qui précède en dépliant pour mieux comprendre:

    La loi régit des rapports .


    Les lois positives:
    -La loi politique régit les rapports entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés.
    -La loi civile régit les rapports des citoyens entre eux.

    Les lois universelles ( internationales) régissent les rapports entre les nations= droit des gens.


    Lois politiques et lois civiles sont ajustées "au peuple pour lesquelles elles sont faites et ne conviennent bien qu'à eux" écrit Montesquieu, avec pour conséquence que ces deux genres de lois positives varient en fonction de tel ou tel peuple.

    A suivre
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  4. #4
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Nature et fondement des lois positives:
    Elles sont propres à chaque peuple.
    Elles doivent avoir un double rapport:
    D'abord au fondement du gouvernement établi. En un sens elles découlent ( aspect mathématique: par déduction en quelque sorte) de son principe qui les soutient et les anime .

    Ensuite il faut qu'elles aient un rapport essentiel à la nature du peuple qu'elles régissent.( = elles sont , de ce fait,des cas particulier, en quelque sorte.)
    Les lois politiques forment le gouvernement , les lois civiles le maintiennent.


    On saisit le regard du philosophe Montesquieu dans les lettres persanes:c'est la raison qui devrait régir , elle qui n'a rien à voir avec la religion ou avec la naissance. C'est la constitution, ou loi fondamentale , qui règle les rapports entre les gouvernants et les gouvernés, et elle seule .
    La règle ne saurait admettre tout ce qui n'est pas droit et constant dans le temps: les caprices, les préférences... Sans lois, il ne peut y avoir de liberté et d'égalité.

    Montesquieu travaille à faire éclater l'imposture de ceux qui prétendre être légitime., dans le royaume de france comme chez les persans.

    Un être de raison n'a pas de préférences.
    Seule une constitution (ou loi fondamentale) peut assurer qu'il ne peut avoir de despote, de maître ,de tyran.


    Il nous reste à voir ce qui découle de la nature des chose : notre auteur y discerne une sorte de droit naturel. C'est difficile mais ce qui est difficile éclaire beaucoup plus .
    A paraître
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  5. #5
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Bonjour à toutes et à tous.

    Commencez par lire ou relire ce post:
    http://forum.philagora.net/showthrea...s-de-la-nature.......

    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  6. #6
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Pour Montesquieu il n'y a pas que le droit positif dans sa diversité. Il y a des lois qui ont un rapport avec la diversité des êtres,autant dire la réalité." la nature des choses" dit notre auteur.

    Cette sorte de droit naturel est universel , se retrouve dans tout ce qui est ajusté à chaque réalité, à chaque concept général: la divinité, l'ange, les bêtes , homme etc....
    " la divinité à ses lois,le monde matériel a ses lois, les intelligences supérieures ont leurs lois, les bêtes ont leurs lois, l'homme a ses lois...."

    Ont peut dire que la forme est la même alors même que le contenu est différent en fonction d'un concept:tous les hommes=l'homme.
    En ce sens on peut dire que la loi régit le réel, que les êtres particuliers intelligent ont aussi des lois qu'ils n'ont pas faites. Elles étaient simplement possibles. Elles n'en préexistaient pas moins comme possibilité aux lois faites par les hommes.
    Or dire qu'il n'y a que des lois faites par l'homme qui existent serait dire une absurdité, comme si "avant d'avoir tracé de cercle tous les rayons n'étaient pas égaux".


    En conséquence on peut affirmer que avant la loi positive existait la justice, des rapports de justice (égalité et proportion.)

    Ce qui signifie que l'idée de juste préexiste à l'exercice de la justice,: le droit naturel fonde, en conséquence le droit positif.



    A suivre: Rapports de justice et rapports d'équité
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  7. #7
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Angry

    Donnons, avec Montesquieu un exemple de rapport antérieur à la loi positive:


    Les rapports d'équité:
    dans de tels rapports la justice est ajustée (mise en relation) avec des circonstances particulières c'est à dire , par exemple, ce qui empêche un individu d'être réductible à un concept universel, ce qui fait le quotidien des hommes dans la diversité de leurs rapports contingents
    .
    S" il y a des sociétés d'hommes intelligents = il est juste de se conformer à ses lois.

    "s'il y avait des êtres intelligents qui eussent reçu quelque bienfaits ils devraient en avoir de la reconnaissance"

    "qu"un être intelligent (qui sait ce qu'il fait)qui a fait du mal à un être intelligent mérite de recevoir le même mal..."

    On voit que le concept clé à saisir c'est l'antériorité de l'idée de justice dans laquelle brille l'égalité, et qui préexiste à l'exercice de la justice selon les lois positives postérieures.

    On comprend qu'il peut y avoir une dérivation des lois positives inspirée par le droit naturel.
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  8. #8
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Dans les lettres persanes, Montesquieu met en pleine lumière que le despotisme est le mal absolu, par ses effets
    . Il possède déjà les concepts qui apparaîtront dans l'argumentation de l'ESPRIT DES LOIS.

    Il nous reste donc à nous attarder sur " le despotisme" selon Montesquieu.

    Propédeutique:


    Les lois , inspirées par l'esprit de raison, doivent limiter , autant que possible, les abus de pouvoir , et être un obstacle au despotisme.
    L'esprit des lois c'est donc la raison qui lutte contre les excès , avec ses grands principes: identité, causalité, tiers exclu.L'esprit des lois c'est donc un ensemble structuré de rapports autres que ceux que l'on constate dans l'organisation physique, visible. Il s'agit d'enlever le voile, de découvrir la profondeur du visible.



    c'est le principe qui anime la nature.
    A paraître comme propédeutique:
    Le réel est au bout de la lorgnette car le principe est la condition de l'existence dans la mesure où c'est le principe qui anime la nature.
    Le principe est passion, ce qui s'éprouve soi-même: la crainte, ,l'honneur mais aussi la modération,et, singulièrement la vertu, cette faculté de donner la priorité à l'universel.
    Notons que le principe est invisible, ce qui nous fait comprendre la nécessité de la science: la science est recherche de ce qui ne se voit pas: seule une hypothèse scientifique peut rendre compte des faits.
    La science est nécessaire parce que l'apparence et ce que la chose est ne se confondent pas. (Pensez à la structure)
    Cela est au fondement de la démarche de Montesquieu.


    A paraître: Le despotisme
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  9. #9
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut Le despotisme

    Dans les lettres persanes (histoire des troglodytes) Montesquieu nous a préparé à comprendre que le principe de la république c'est la vertu, l'exercice de la vertu par chacun= le peuple est le souverain.
    Le principe de la monarchie c'est l'honneur.

    Le principe du despotisme c'est la crainte :
    Par principe il faut entendre ici ce qui fonde,ce qui fait agir les gouvernements.
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  10. #10
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 514

    Par défaut

    Pourquoi est-ce la crainte et non pas la vertu ou l'honneur?
    On peut se passer de la vertu( la crainte suffit), et l'honneur inspirerait des projets pour nuire au despote qui ne saurait qu'en faire.
    Ce qui incombe au despote est très simple: il lui suffit de le gouvernement politique et civil avec le gouvernement domestique du sérail.
    Ce qui lui facilite la tâche c'est l'importance de la religion qui ajoute la crainte à la crainte.

    Du reste Montesquieu ajoute que "la conservation de l'état n'est que la conservation du prince " avec ses caprices et ses règle, et,bien entendu la protection de sa citadelle et de sa ville..
    Le despotisme : notre auteur cite les Turcs et..la Russie.
    La marque du despotisme est dans tout le pays, ce qui généralise la crainte.
    On sera surpris de la sagacité de Montesquieu.

    Rappelons que, pour Montesquieu, être vertueux, c'est donner la priorité à l'universel.

    "dans la république ce que j'appelle la vertu est l'amour de la patrie, c'est à dire l'amour de l'égalité. C'est une vertu politique....c'est le ressort qui fait mouvoir le gouvernement républicain, comme l ' honneur est le ressort qui fait mouvoir la monarchie...."
    Voir :

    Moteur de recherche sur Philagora Réparé:
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.
    http://forum.philagora.net/showthrea...ecter-les-lois
    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts