Au futur
son inconnue
de l'errance solitaire
où s'égaille l'impromptu .

A son passé
larmes oubliés
ainsi dévêtus
le visage nue .

que tourmente
la belle insouciance
du présent rattrapé
l'aube à sa naissance
au soir de son couché .

le temps s'étire
en imprudence
au fil des jours
sa connivence .

le seul , qui , en silence
coule le parfait amour
en union sereine
la nuit et le jour
s'étire la rengaine
comme complainte
à son plaisir dévoilé
aussitôt envolé
que le temps incongru
s'écoule lancinant
le bel amour
à vous seul , cet instant .