Commentaire de texte - Nietzsche - La mémoire, l'oubli...
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Commentaire de texte - Nietzsche - La mémoire, l'oubli...

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2015
    Messages
    1

    Question Commentaire de texte - Nietzsche - La mémoire, l'oubli...

    Bonjour ! J'ai un commentaire de texte à faire, et j'ai du mal a discerner des parties, cela me bloque donc pour commencer la rédaction, et pour finir mon introduction, notamment pour l'annonce du plan...
    Voilà le texte, extrait de la Seconde Considération Intempestive de Nietzsche
    Contemple le troupeau qui passe devant toi en broutant. Il ne sait pas ce qu'était hier ni ce qu'est aujourd'hui : il court de-ci de-là, mange, se repose et se remet à courir, et ainsi du matin au soir, jour pour jour, quel que soit son plaisir ou son déplaisir. Attaché au piquet du moment il n'en témoigne ni mélancolie ni ennui. L'homme s'attriste de voir pareille chose, parce qu'il se rengorge devant la bête et qu'il est pourtant jaloux du bonheur de celle-ci. Car c'est là ce qu'il veut : n'éprouver, comme la bête, ni dégoût ni souffrance, et pourtant il le veut autrement, parce qu'il ne peut pas vouloir comme la bête. Il arriva peut-être un jour à l'homme de demander à la bête : « Pourquoi ne me parles-tu pas de ton bonheur et pourquoi ne fais-tu que me regarder ? » Et la bête voulut répondre et dire : « Cela vient de ce que j'oublie chaque fois ce que j'ai l'intention de répondre. » Or, tandis qu'elle préparait cette réponse, elle l'avait déjà oubliée et elle se tut, en sorte que l'homme s'en étonna. Mais il s'étonna aussi de lui-même, parce qu'il ne pouvait pas apprendre à oublier et qu'il restait sans cesse accroché au passé. Quoi qu'il fasse, qu'il s'en aille courir au loin, qu'il hâte le pas, toujours la chaîne court avec lui. C'est une merveille : le moment est là en un clin d'œil, en un clin d'œil il disparaît. Avant c'est le néant, après c'est le néant, mais le moment revient pour troubler le repos du moment à venir. Sans cesse une page se détache du rouleau du temps, elle s'abat, va flotter au loin, pour revenir, poussée sur les genoux de l'homme. Alors l'homme dit : « Je me souviens. » Et il imite l'animal qui oublie aussitôt et qui voit chaque moment mourir véritablement, retourner à la nuit et s'éteindre à jamais. C'est ainsi que l'animal vit d'une façon non historique : car il se réduit dans le temps, semblable à un nombre, sans qu'il reste une fraction bizarre. Il ne sait pas simuler, il ne cache rien et apparaît toujours pareil à lui-même, sa sincérité est donc involontaire. L'homme, par contre, s'arc-boute contre le poids toujours plus lourd du passé. Ce poids l'accable ou l'incline sur le côté, il alourdit son pas, tel un invisible et obscur fardeau.

    Et voilà mon introduction pour le moment, pour vous montrer ce que j'ai compris du texte...même si la problématique mérite d'être plus développée selon moi.
    Dans cet extrait de la Seconde considération intempestive, Nietzsche nous invite à réfléchir sur le passé, la mémoire et l’oubli, à travers une différence entre les animaux et les êtres doués de raison, les hommes. Dans ce texte, Nietzsche va à l’encontre de la doxa. En effet, la mémoire est habituellement vue comme une qualité bien plus grande que l’oubli, qui lui est souvent considéré comme un réel manque. La thèse de Nietzsche est donc que les hommes, contrairement aux animaux, sont sans cesse rattrapés par leur passé, ce qui les empêche d’avancer, de mieux envisager l’avenir. En quoi la mémoire est-elle une faculté qui nuit à l’homme ?
    Si quelqu'un réussit à trouver des parties, je suis preneuse, car j'ai l'impression que ce sont les mêmes idées qui sont répétées au début comme à la fin du texte, je trouve pas d'évolution...
    Merci d'avance pour vos réponses

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 593

    Par défaut

    Voici d'abord une optique qui peut vous aides:

    La mémoire n'est-elle pas ce par quoi l'homme a un passé? Le passé l'empêche-t-il de rêver à un autre avenir? (distinguez avoir un passé et être son passé) L'homme est-il prisonnier de son passé?

    Par la conscience du passé, l'homme découvre la fuite, la disparition future de ce qu'il construit: s'il sait que l'avenir est destiné à n'être plus, ne peut-il se décourager et se dire: à quoi bon construire mon avenir?

    "Un homme qui serait incapable de rien oublier et qui serait condamné à ne voir partout qu'un devenir ne croirait plus en soi" Nietzsche. Considérations inactuelles II, 1

    A partir du moment où je dis "Cela a été" ma volonté se brise comme une pierre. A quoi bon évoquer cette nécessité sinon pour faire jaillir des regrets et des remords qui gênent l'action dans l'instant présent (ouvert sur l'avenir) qui est le seul lieu du possible.

    "Le vouloir ne peut rien sur ce qui est derrière lui." Ainsi parlait Zarathoustra II. De la rédemption.

    S'il faut effacer le passé (au sens de l'oublier) c'est que sans l'oubli l'homme ne peut vouloir ni agir (lecture incontournable: Nietzsche, Généalogie de la morale II, 1). C'est que l'homme infesté par le passé n'agit pas, il réagit.

    "Tout blesse, le souvenir est une plaie purulente." (Nietzsche, Ecce homo 16)

    A bientôt
    Joseph

    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:

    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph













    Joseph





    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John Lionnet !
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 593

    Par défaut

    Posez-vous cette question pour la recherche des idées:
    Qu'arriverait-il à celui qui ne saurait pas oublier? Il ne pourrait "tourner la page", il succomberait sous le poids du passé.

    = Analyser le ressentiment (Nietzsche, Généalogie de la morale, II.). L'homme du ressentiment est caractérisé par l'envahissement de la conscience par la mémoire: il est incapable d'oublier, incapable de se soustraire au sentiment de honte passée, d'humiliation éprouvée dans le passé et qui reste présente. Sa souffrance se répète dans le présent!

    ==> Une piste: Vous lirez avec profit la Deuxième Considérations inactuelles de Nietzsche.
    A suivre
    Joseph

    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:

    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph













    Joseph





    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John Lionnet !
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi








    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts