Le monde des passions en musardant....Hume.Racine..Balzac
+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 5
PremièrePremière 1 2 3 4 5 DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 49

Discussion: Le monde des passions en musardant....Hume.Racine..Balzac

  1. #21
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut

    Grille n°5 : Impuissance de la raison


    => Acte IV scène 4: Cléone cherche, en vain, à raisonner Hermione:
    ............................................................
    .................................................................................
    ...............................................................................................


    => Acte III scène 1: Mise en garde de Pylade:
    ...............................................................................................


    => Acte II, scène 1/2: Le conseil de Cléone:


    .......................................................................

    Conclusion: les conseils ne convainquent que ceux qui les donnent!


    Est-ce dire que la puissance de la raison ne se manifeste pas?

  2. #22
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut

    Puissance de la raison: La stratégie d'Andromaque.
    Parution prochaine

  3. #23
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut La passion en un éclair

    "La Passion


    Définition
    Le terme de passion nous vient du latin "passio", souffrir, et du "pathos" grec, état morbide. Il possède une extrême diversité de sens, laudatifs ou dénigrants. Il est définitivement attaché au romantisme du XVIIIè siècle.


    Primitivement, la passion est le fait de subir accidentellement une action dont la source est un agent extérieur. Les médecins de l'Antiquité cherchaient ainsi la cause de la passion dans le centre phrénique, un plexus de rameaux nerveux s'étendant dans tout le système intestinal. La passion s'oppose à l'activité. Elle est désordre, faiblesse.


    La passion est considérée par Platon ("Gorgias") et Cicéron ("Des fins des biens et des maux") comme un désir ou un émoi intense. Elle est alors un trouble de l'âme, que l'effort de sagesse doit dominer et modérer. Le passionnel se définit par contraste avec le raisonnable, le rationnel, le logique.


    Chez les cartésiens (Descartes, "Les passions de l'âme"), la passion est un affect, un phénomène passif de l'âme puisque sa cause est étrangère à la volonté et réside dans un fonctionnement physiologique faisant suite à une perception. La passion, selon Pascal, est antisociale et demande d'être bridée par les institutions et les lois.


    En général, la passion est perçue comme une tendance dominatrice, captant de façon exclusive toute l'énergie de l'individu. La passion dure et mobilise la pensée et la volonté, alors que l'émotion reste souvent brève et impulsive. La passion est un investissement affectif dans une certaine activité qui donne un sens à l'existence. Elle est généralement un moment de crise, de souffrances; dont les issues sont multiples, bonnes ou néfastes.


    Voltaire affirme que, sans les passions qui enflent les voiles du vaisseau, celui-ci ne pourrait naviguer. Diderot pense qu'il n'y a que les grandes passions qui puissent élever l'âme aux grandes choses. Le XVIII è siècle considère ainsi la passion comme une possibilité de réalisation efficace. C'est ainsi que Hegel pense l'autoréalisation de l'Esprit en termes de passion. Dans "la Raison dans l'histoire", il écrit que "rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion". Les passions révèlent des buts particuliers, égoïstes. Elles sont l'énergie qui donne à l'homme la volonté d'agir. Mais en croyant réaliser ses intérêts particuliers, le passionné met en branle des actions universelles dirigées par l'Esprit.


    En fait, les jugements diffèrent selon le type et le degré de la passion. Certaines passions entraînent le repli sur soi, alors que d'autres présupposent une grande présence au monde. Toutes les passions impliquent une virtualité d'action, mais toutes ne sont pas réalisées. Certaines passions deviennent idolâtrie. La passion semble avoir pour caractéristique dominante et essentielle de se donner un point fixe, un objet ou une fin vers laquelle elle tend avec constance."

    Lucie 1

  4. #24
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut Passion et phénoménologie

    1) Point de vue de Sartre:

    => "La conscience et le monde sont donnés d'un même coup: extérieur par essence à la conscience, le monde est, par essence relatif à elle. C'est que Husserl voit dans la conscience un fait irréductible qu'aucune image physique ne peut rendre. Sauf, peut-être, l'image rapide et obscure de l'éclatement. Connaître c'est s'éclater "vers", s'arracher à la moite intimité gastrique pour filer, là-bas, par-delà soi, vers ce qui n'est pas soi, là-bas, près de l'arbre et cependant hors de lui, car il m'échappe et me repousse et je ne peux pas plus me perdre en lui qu'il ne se peut diluer en moi -hors de lui, hors de moi. Est-ce que vous ne reconnaissez pas dans cette description vos exigences et vos pressentiments? Vous saviez bien que l'arbre n'était pas vous, que vous ne pouviez pas le faire entrer dans vos estomacs sombres et que la connaissance ne pouvait pas, sans malhonnêteté, se comparer à la possession."

    Jean-Paul Sartre, Situation I; (1947)
    ?
    à écouter Sartre, que la littérature emporte, Hume, Bergson, Proust seraient malhonnêtes de parler d'une vie intérieure de la conscience.

  5. #25
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut Passion et phénoménologie

    --Point de vue de Michel Henry et de Merleau-Ponty


    "La possibilité de la souffrance précisément doit être saisie dans l'être comme possibilité de l'être lui-même, comme identique à l'essence de l'affectivité et prescrite par elle. Que l'existence se découvre originellement souffrante ne tient pas au fait qu'elle est là, injustifiable et non fondée, mais à la nature de son fondement..." Michel HENRY L'Essence de la manifestation -PUF- page 828.




    " L'existence au sens moderne, c'est le mouvement par lequel l'homme est au monde, s'engage dans une situation physique et sociale qui devient son point de vue sur le monde". Merleau-Ponty, Sens et non-sens, page 143.

    --Point de vue de Joseph:

    "Que la pensée existe, que l'existence émerge aussi du -" je pense " , que la pensée échoue à penser l'existence, que nous puissions ,cependant, parler de l'existence signifie que l'existence est une donnée, une passion, un don qui accompagne l'effort de penser par soi-même, comme une grâce, et qui a besoin d'une reprise pour être, comme si l'existence authentique avait pour origine l'acte de philosopher". (Joseph)


    !:
    Il reste bien entendu que la phénoménologie ne tente pas une physique de la subjectivité . Sa démarche n'est pas celle de Hume, même si il a beaucoup intéressé un phénoménologue.

  6. #26
    Date d'inscription
    August 2007
    Messages
    81

    Par défaut

    Une oeuvre à s'en mordre les doigt de l'avoir choisie!
    Quelle barbe!
    Ouah, les vilains.

    philou

  7. #27
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut Bon courage à tous.

    Bonjour à tous
    Quelle barbe oui!, j'ai beaucoup lu Balzac mais au grand jamais le roman de cette cousine jalouse et haineuse...
    Mais Pour réfléchir sur le thème "Le monde des passions" l'oeuvre est fort bien choisie. Quel monde!
    Bon courage à tous
    Joseph

  8. #28
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut Ce qu'implique l'expression: "Le monde", pour se rapprocher de Hume

    Comment étendre la générosité restreinte à la défense des lois, c'est le problème politique fondamental. Hume, pragmatiste en cela, pensait qu'il fallait intéresser les magistrats à la justice, en les payant bien et en les mettant ainsi à l'abri des tentateurs, de ceux qui voudraient les corrompre en s'adressant à leurs appétits.

    Le est un article défini qui détermine une totalité.
    Monde désigne cette totalité.
    On peut dire le monde des passions mais on peut aussi dire le monde de la raison, certes, mais à une condition qu'il s'agisse de deux totalités distinctes.

    Si le monde des passions englobe le monde de la raison , on peut dire simplement le monde des passions, ce qui revient à dire que le monde humain = le monde des passions et vice versa.
    Mais alors on réduit l'un à l'autre et on ne multiplie pas les choses et leur cause.

    Il devient possible de faire une physique, de mesurer, de calculer et pour tout dire d'expliquer, un peu comme le ciel de Newton. La raison n'intervient plus comme élément perturbateur, ce qui permet mesure et calcul.

    Cela signifie qu'il n'y a rien d'autre que des passions:
    s'il n'y a rien d'autre que des passions il faudra enrichir les hommes politiques pour qu'ils ne se laissent pas acheter par le premier riche venu!
    En politique il sera vain de compter sur le raisonnable ou sur une pure générosité, tout au plus pourras-t-on compter sur une générosité "restreinte" c'est à dire quelque peu intéressée comme par exemple celle qu'on a envers des proches, des voisins ou ceux dont on attend un retour.

    Ceci parce que ce sont les passions qui poussent à agir et à construire un élément du monde et non les raisonnements bien conduits par la raison pratique, l'impératif catégorique, la morale pure de visées intéressées dont le peuple se moque.

    "La raison est, et elle ne peut qu'être, l'esclave des passions; elle ne peut prétendre à d'autre rôle qu'à les servir et à leur obéir." Hume, Traité de la nature humaine, II.
    =>OPTIQUE première : Pour Hume, la raison n'est donc qu'une chambre d'enregistrement parce qu'elle relève des idées et des jugements, pâles reflets des impressions et des émotions.
    http://forum.philagora.net/showthrea...et-deux-textes


    Ce qui perturberait la superbe de Hume ce serait l'infini, l'absolu, ce qui a sa raison d'être en soi. L'impératif catégorique de Kant.

    Dans l'infini y aurait-il ce qui déborde le monde? ou le monde qui déborde à la manière d'un horizon ou d'un être de fuite?
    En physique comme en astrophysique l'infini pose problème.

  9. #29
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Par défaut

    Le monde des passions désigne d'abord le monde humain , en réduisant la raison à une chambre d'enregistrement des passions , mais aussi le monde qui a pour origine les passions et qui porte la marque de ce qui l'a produit.
    C'est à la fois très proche et très loin du mouvement de La recherche proustienne vers le temps retrouvé , voilà pourquoi on lui a préféré les platitudes un peu longuettes de la cousine Bette. Pas de risque de sortir du thème: le monde des passions.

  10. #30
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 521

    Thumbs up Hume , Dissertation sur les passions, Optiques 1,a-b-c ,2 a-b.....

    OPTIQUE 1 a


    Hume a été inspiré par le scepticisme antique sans pour cela se laisser entraîner jusqu'au doute absolu: il campe plutôt sur une position qui consiste à affirmer que la croyance prend une grande part dans le savoir. En affirmant, Hume échappe au scepticisme absolu.

    Il reprend le projet de Newton avec pour objet la nature humaine: avec Newton il se méfie des hypothèses hasardeuses et des prétention dogmatiques de la métaphysique, ce qui revient à donner le premier rôle à l'expérience comme origine des idées:
    les idées ne sont que les copies des impressions sensibles.
    L'association des idées relève de l'habitude, de l'expérience d'abord parce que les idées sont les traces, amorties pour ainsi dire, des impressions sensibles et ensuite parce que leur association naît de l'habitude comme expérience d'une consécution entre les impressions sensibles.

    Comme dans le ciel de Newton des lois d'attraction commandent le ballet intérieur des idées, selon la contiguïté, la ressemblance ou encore la causalité par laquelle l'effet évoque la cause aussi bien que la cause évoque l'effet.
    Hume s'appuie principalement sur trois concepts:
    la perception à l'origine de l'esprit, l'impression vive qui s'impose, l'idée comme trace affaiblie de l'impression.

    "Une passion est une existence primitive ou, si vous le voulez, un mode primitif d'existence et elle ne contient aucune qualité représentative qui en fasse une copie d'une autre existence ou d'un autre mode. Quand je suis en colère, je suis actuellement dominé par cette passion et, dans cette émotion, je n'ai pas plus de référence à un autre objet que lorsque je suis assoiffé, malade ou haut de plus de cinq pieds. Il est donc impossible que cette passion puisse être combattue par la vérité et la raison ou qu'elle puisse les contredire; car la contradiction consiste dans le désaccord des idées, considérées comme des copies, avec les objets qu'elles représentent."
    Hume (Traité de la nature humaine)

    Mouvement du texte:

    1- par sa caractéristique essentielle une passion est extérieure à toute représentation et donc insensible à tout ce qui pourrait s'appuyer sur une représentation.

    2- Exemple de passion pour montrer que la colère par sa caractéristique essentielle n'a aucun rapport avec un objet qu'elle représenterait bien ou mal.

    3- Conclusion du raisonnement: puisque la passion est extérieure à la raison, sans aucune communication possible, il est impossible que la raison puisse combattre ou même s'opposer à une passion. Le raisonnement qui met en avant la vérité, la réalité, des arguments, ne peut atteindre la passion.
    A suivre
    Joseph

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts