Dans les rues endormies
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Dans les rues endormies

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2012
    Messages
    4

    Par défaut Dans les rues endormies

    DANS LES RUES ENDORMIES

    Dans les rues endormies tout semblait si tranquille
    Et, tel un elfe blond courant le long des quais,
    Etreignant l’euphorie des éclats de la ville,
    Voluptueusement, la Lune se moquait

    Des passants égarés -parisiens qui s’alarment-
    Des amoureux fervent venus un peu plus tôt
    Car, dans leurs yeux nourris d’innocence et de larmes,
    Brillait comme un reflet d’une vieille photo

    D’un bal où, revenus au temps des crinolines
    Et dans l’étincelant chatoiement des soieries,
    Au moment fabuleux où le Prince s’incline
    Et la Belle en rêvant se lève et lui sourit.

    Puis, sensuellement, ils dansent le quadrille,
    Profitant de l’instant -étonnant magicien-
    Pendant que les enfants s’ébrouent et jouent aux billes
    Sous les regards émus, attendris des anciens…

    …Comme l’amour, parfois, peut être redoutable !
    Marchant main dans la main et les cheveux au vent,
    Il va, de jour en jour, passant de fable en fable
    Mais, pour le retenir, il faut pleurer souvent !

    Il peut nous apporter le meilleur et le pire
    Car, si parfois menteur, on irait n’importe où
    Et tant qu’on est vivant et tant que l’on respire,
    Jusqu’au dernier soupir, on le cherche partout :

    De saisons en saisons, ainsi que d’âge en âge,
    Sous un soleil grivois ou quand le ciel est gris,
    On pourrait s’envoler de nuage en nuage,
    Contemplant, de là-haut, les cimes rabougries.

    Au clin d’œil enjoué du fard d’une paupière,
    Et le cœur affolé et la jambe en coton,
    Je bondis tel un air et cours de pierre en pierre
    Pour retenir le « la » qui m’a donné le ton.

    Alors, je sens le feu de la fièvre qui monte
    Comme la sève bout jusqu’à la floraison,
    Comme la neige brille en attendant sa fonte
    Et le bouton de rose avant la cueillaison.


  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 776

    Par défaut Enthousiasme ! C'est Rimbaud qu'on mâchouille..

    On multiplie les instructions officielles, les méthodes, les règles à suivre, on multiplie les dissections des poèmes, on fige les textes en fonction de cadres universels, on multiplie les genres littéraires sans trop savoir où commence l'un et où finit l'autre et puis (enfin!) on lit le texte après l'avoir bien mâchouillé! On va de la peine au plaisir, alors qu'on a tué le plaisir et on brandit un squelette de texte.
    L'originalité est bafouée, c'est Rimbaud qu'on assassine .
    Mon ami Philinte va vous décoiffer. Il a l 'expérience de classes qui entraient en cours de français avec l"enthousiasme" , de goûter au plaisir esthétique ,cette satisfaction désintéressée dont on ne se lasse jamais, en se disant:" la vraie vie est en fin ici et maintenant".

    Une fin qui est toujours un commencement!
    Vous n'avez pas d'explication sur Léviathan, Chapitre XIII à XIV? Suivez ce lien:
    http://forum.philagora.net/showthrea...I-Introduction



    Elle va partir, il va partir: que lui dire ? Que leur dirait Héraclite?
    http://forum.philagora.net/showthrea...grand-d%E9part.[/SIZE][/B]





    A partir des " erreurs fatales " régulièrement relevées:
    http://forum.philagora.net/showthrea...-r%E8gles-d-or.
    A revoir régulièrement.
    Joseph









    Joseph
    Moteur de recherche sur Philagora Réparé ,merci à John!
    http://www.philagora.net/cgi/pg-recherchepro.cgi


    Une dissertation de Charles Pépin,rédigée.

    http://www.philagora.net/dissert2/respecter-lois.php

    l].


+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts