+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Y'a t'il plusieurs façons de savoir?

  1. #1
    Date d'inscription
    October 2011
    Messages
    1

    Par défaut Y'a t'il plusieurs façons de savoir?

    Le sujet est "Ya t 'il plusieurs façons de savoir?"

    Et je dois avouer que j'ai du mal à problématiser le sujet. Difficultés qui viennent du fait que j'ai dû mal à définir le mot "façon"...

    Je me suis dit que le sujet posait comme questions:
    Quels sont les moyens qui permettent d'acquérir le savoir?
    Si la question, est comment acquérir le savoir, je répondrais:
    -l'éducation(peut permettre d'apprendre à chercher le savoir mais pas le savoir en tant que tel), sens&expérience(subjectif. Platon: nos sens nous empêchent d'acquérir le savoir. Aristote: nos sens base de départ pour chercher le savoir), démonstration logique(permet seulement d'acquérir le savoir mathématique, déductif et non pas le savoir absolu anhypothétique), l'innée(une sorte de faveur divine comme l'explique Platon dans le Ménon et donc le savoir ne serait pas transmissible).
    Mais je ne suis pas convaincu que le sujet soit celui-ci...
    S'il n'y a qu'une seule manière de savoir, quelle est t'elle?
    Existe t'il plusieurs manières d'utiliser le savoir?

    Merci d'avance de me dire si je me suis complétement trompé de direction. Je ne demande évidemment pas la réponse à ce sujet. Mais simplement qu'on m'oriente vers le bon côté du sujet afin d'éviter le HS.

    JC

  2. #2
    Date d'inscription
    January 2008
    Localisation
    France/centre
    Messages
    1 460

    Lightbulb

    Bon Jour,

    Il y a plusieurs manières d’apprendre et surtout de SAVOIR !
    Peut-être commencer par comment apprend-on enfant ?

    *** Par mimétisme, sans aucun doute, tout autant que par notre propre découverte. <un enfant découvre qu’il a un corps>, des pieds qu’il tente souvent de mettre dans sa bouche, il apprend également, sans pouvoir encore mettre des mots, le mal que lui font ses dents qui poussent (découverte de la douleur) ; ensuite son savoir <psychique> s’aiguise par le NON. Il jauge son ego à l'aune de sa possibilité de s’imposer. (jamais un enfant ne commence par le OUI). Par conséquent il commence par contrer, pour savoir qu’il EST, etc…

    *** Ensuite, comment évolue-t-on, comment nous projetons nous, par adhésion, par opposition, voire par retrait ? Les <milieu familial, culturel, professionnel, politique, religieux, philosophique, sportif, etc> nous inféodent !

    Nous apprenons également et surtout par initiations. Une fois que nous avons vécu un évènement, que nous connaissions pour l’avoir étudié, voire rencontré pour en avoir entendu parler autour de nous, il devient fort différent, lorsque nous le vivons. Nous en éprouvons les marques et savons alors par l’épreuve ce dont on parle véritablement. <Ex : mort des siens, accouchement pour une femme, service militaire sur des champs d’opérations, etc..> l’apprentissage est bien différent, nous enkystons irrémédiablement ce savoir, dont nous ne pourrons jamais transmettre la réalité à autrui, si généreux soit on ! Par ailleurs chaque individu ayant sa propre personnalité, vivra des évènements différemment.

    *** Il y a ensuite différentes approches DU/des SAVOIR (s) : Par l'intellect, ou par les pratiques, voire les deux associés. <La tête et les Jambes> , c'est un peu ce que les Artisans d'Art, eux font. Ils apprennent la géométrie, les calculs, mais mettent en oeuvre et affinent par le geste constamment ce que les documents leurs auront offerts.
    L'Art en général fait appel à ces deux conceptions. On apprend les règles concernant une expression, on la pratique le plus possible pour s'en débarrasser mieux encore et trouver ENFIN sa propre expression.

    Voyez sous cet angle votre travail, peut-être ! Est-ce plus clair ?
    Bien à Vous.

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Bonjour
    Quelques pistes pour la recherche des idées:


    Si le savoir venait des sens....
    Bonjour
    Alors tout le monde saurait!
    Il suffirait d'ouvrir les yeux?
    Que nous dit riri2?
    C'est le problème de l'empirisme et de rationalisme qui est posé ici.
    Si je suppose qu'il faut voir pour connaître, c'est que je crois comme Aristote que l'esprit est une tablette de cire vierge sur laquelle l'expérience inscrit la connaissance.
    Si je suppose qu'il n'est pas nécessaire de voir (au sens de percevoir) pour connaître, c'est que je crois, comme Platon, que les sens nous trompent et que seule l'idée, qui est première, immuable et éternnelle, peut m'éclairer.
    En fait, on peut dire les deux.
    Exemple, Leverrier qui a étudié la trajectoire d'un astre, ne la trouvant pas conforme à ce qu'elle aurait dû être... a supposé -sans jamais la voir- l'existence qu'une planète dont la masse aurait dévié la planèten et il en a calculé la passe et la vitesse...
    Or cette planète existait bel et bien, mais on ne la vit qu'ensuite. Il l'a donc en quelque sorte "vue", mais avec les yeux de l'esprit, du logos scientifique...

    Thomas aurait dit oui. ce n'est pas sûr.
    On peut aussi voir avec les yeux de l'esprit, par le calcul physique ou mathématique.

    Exemple Leverrier et sa découverte, par le calcul, d'une planète qu'il ne pouvait voir physiquement à l'époque et qui était en tout point conforme à ce qu'il en avait dit...

    Ne faut-il pas savoir pour voir?
    Utilisez:
    http://www.philagora.net/corrige/voi...t-abstrait.php


    Est-ce le recours à l'expérience qui garantit le caractère scientifique d'une théorie?
    http://www.philagora.net/corrige2/experience-rais.php
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts