+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: SOS langage ...

  1. #1
    zanzibar Guest

    Par défaut SOS langage ...

    C'est avec plaisir que je trouve en ce forum une sympathie pour les choses essentielles de la cité, je vous salue donc tous chers amis.

    Dépourvu de formation universitaire en sciences humaines, je n'arrive pas à comprendre cette division magistrale "signifiant-signifié" du fait de parole de l'homme, problème dont Saussure disait n'être que le fameux dilemme métaphysique de l'accord entre l'esprit et le monde, je trouve qu'il est impossible à la pensée de lui attribuer un sens dans la mesure où le "signifiant" appartiendrait à un cadre duquel ce qui représenterait exclusivement la spécificité du sens soit évacué et où le "signifié" relèverait d'un espace dans lequel ce qui constituerait la spécificité du "signifiant" n'existe pas. Il est à mon sens inéluctablement fou d'aller penser un tel rapport de choses établi sur une frontière en deça de laquelle il n'y aurait que de purs signifiants (sans sens) et au delà de laquelle que de purs signifiés (sans forme), comment un esprit peut-il raisonner au moyen d'éléments sans sens, n'y a t-il pas là méprise de sa propre faculté rationnelle en lui imposant d'oeuvrer dans l'ab-sens ?

    En fait, un colloque tenu les 27 et 28 mars 1992 au palais du Luxembourg sous le patronage du ministère de la culture et de la communication et du ministère de la recherche et de la technologie, et dont les actes ont été publiés sous le titre de « sans distinction de race » dans les presses de la fondation nationale des sciences politiques, avait pour thème la "suppression-ou-non" totale du mot «race» de la constitution. J'ai alors pensé qu'aller investir le foyer de l'article premier de la constitution, dans la projection de Simonne Bonnafous, Bernard Herszberg et Jean-Jacques Israél, et faire reposer le travail sur le postulat de l'arbitraire du signe et de l'autonomie du signifiant, constitue un manquement certain aux prescriptions essentielles de la Raison et une absence de sympathie pour la République, le mythe de l'arbitraire du signe est d'une inopportunité absolue en matière d'ediction des Lois. L'establishment use et abuse de Mystère et Boule de Gomme, le sens de la partition "signifiant-signifié" à audience magistérielle n'est audible que dans un asile de fous.

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    signifiant-signifié

    Quand vous entendez un mot, c'est en réalité une image acoustique => dont vous avez conscience: c'est le signifiant.

    Mais ce signifiant a un sens, qu'il évoque en vous, qui lui est associé dans la nomenclature de la langue: ce sens c'est le signifié.

    Par exemple si quelqu'un prononce le mot
    soeur
    c'est en réalité une image acoustique "seur" (sör en phonétique) ce signifiant est associé au sens, au signifié.

    Regardez le début de cette page:

    http://www.philagora.net/citations/langage4.php

    Pour approfondir: http://www.philagora.net/philo-poche/langage1.php
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts