+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Questions commentaire de texte

Threaded View

  1. #1
    Date d'inscription
    March 2011
    Messages
    11

    Par défaut Questions commentaire de texte

    Bonjour,

    Après avoir posté dans "dissertation" et avoir eu de l'aide de votre part (je vous en remercie), j'aurais bien aimé avoir quelques informations sur le commentaire de texte. J'ai vu les liens que vous avez posté quand à ce sujet, mais je me pose toujours quelques questions.

    1) D'abord il faut trouver thème, thèse, notions, problématique.

    2) Analyser phrase par phrase

    3) Découper le texte en 2 ou 3 parties et donner un titre à chaque partie.



    Voici mes questions :

    a) Que devons-nous mettre dans le développement ? Je veux dire, faut-t-il faire du phrase par phrase ?

    b) Est-ce nécaissaire de faire des sous parties ? Si oui, comment les construire

    c) Quelle est le nombre de page en moyenne pour un commentaire de texte ? (j'ai l'impression qu'il y a moins de choses à dire qu'une dissertation)

    Merci

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 954

    Par défaut

    Sur un entretien aves Monsieur Besnier , dans la prestigieuse revue, Sciences et Avenir

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 954

    Par défaut

    1- On vous demande de donner la notion concernée par le texte.
    Puis de formuler la question à laquelle l'auteur s'intéresse.
    Enfin de donner la difficulté, le problème ou question de la question qui fait qu'une réponse ne jaillit pas.

    Par exemple un texte peut concerner la rubrique: la matière et l'esprit.
    La question peut être : quel rapport y a-t-il entre l'âme et le corps.
    La difficulté, la question d ela question, le problème tient au rapport entre ce qui est étendu (le corps) et ce qui est inétendu (l'âme).
    Par exemple si je veux lever le bras et si effectivement je le lève, quel est le point de contact entre l'âme et le corps?

    2- pour ce qui est de l'introduction aux pages de philagora. Si vous avez des difficultés à les comprendre, un brillant professeur a proposé des conseils pour l'étude de texte sur forum:
    Lucie1: La rédaction du commentaire

    La difficulté est ici de rendre compte de la pensée de l'auteur sans la trahir, sans faire dire au texte plus qu'il ne dit, ou autre chose que ce qu'il dit.

    L'introduction
    - Elle indique le thème du texte (ce dont il parle);
    - Elle formule la question philosophique à laquelle répond le texte;
    - Elle indique la thèse de l'auteur (ou l'idée générale du texte);
    - Elle présente succinctement les principaux moments de son argumentation, auxquels pourront correspondre les différentes parties du développement.


    Le développement
    Il n'y a pas lieu de séparer l'étude ordonnée du texte et l'exposé de son intérêt philosophique. Il vaut mieux articuler, tout au long du développement, explication et commentaire, en suivant au plus près le raisonnement de l'auteur.


    La conclusion
    - Elle montre comment le texte a répondu à la question initiale;
    - Elle rappelle le principal intérêt du texte, ce qui fait sa valeur;
    - Elle évoque éventuellement les difficultés que laisse subsister la thèse de l'auteur, ou les critiques que l'on serait fondé à lui adresser.


    Méthode d'un commentaire:
    j'ai trouvé ceci aussi: Etude d'un texte en philosophie:
    http://www.philagora.net/etude.php

    et aussi:
    Expliquer un texte: La nature et la guerre, un texte de Bergson
    http://www.philagora.net/philo-poche/nature-guerre.php

    ==> Étude de texte http://www.philagora.net/etude-de-texte/
    Quoiqu'il en soit l'introduction reprend le 1- ci-dessus en y ajoutant le plan de votre devoir: par exemple vous pouvez écrire:
    Nous commencerons par une explication linéaire du texte, nous en dégagerons le mouvement et nous soulignerons l'intérêt philosophique du texte (= en quoi il intéresse la recherche de la vérité ou de la justice), enfin nous poserons une question à l'auteur.

    => Pour la préparation du BAC, voici ce que je conseille:
    Grâce à la rubrique: Un auteur , un texte http://www.philagora.net/etude-de-texte/ vous pouvez mémoriser les concepts les plus importants employés par un auteur. La liste devrait vous permettre de voir les principaux auteurs qui "tombent" au BAC.
    Il est bien évident que cela va vous servir de toutes façons. Si l'auteur emploie un de ces concepts, vous pourrez le définir dans l'étude de texte. S'il n'emploie pas un de ces concepts, sa pensée s'y réfère nécessairement et cela vous permettra de saisir le sens, la signification et la direction du texte.

    Avant tout , pensez à regarder et à relire les conseils donnés par votre professeur.

    => Pour ce qui est de l'élargissement en fin de conclusion, vous trouverez la réponse à vos questions sur cette page par exemple
    un exemple: http://www.philagora.net/etude-de-texte/freud5.php
    Sur un entretien aves Monsieur Besnier , dans la prestigieuse revue, Sciences et Avenir

  4. #4
    Date d'inscription
    March 2011
    Messages
    11

    Par défaut

    Merci à vous. Le soucis avec le commentaire de texte, c'est que j'ai peur de faire trop court et pas assez détaillé. J'ai pris un sujet de ce forum. Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez ? Juste pour avoir une idée sur mon travail.

    Merci

    "Il reste à dire en quoi l'artiste diffère de l'artisan."

    Ici, Alain se pose la question suivante : Quelle différence(s) y-a-t-il entre l'artiste et l'artisan ? Qu'est-ce qui fait qu'un artiste n'est pas un artisan ou qu'un artisan n'est pas artiste ? De cette première phrase, nous pouvons former la problématique.


    "Toutes les fois que l'idée précède et règle l'exécution, c'est industrie."

    Rejoint l'idée de Marx qui dit que la différence entre l'architecte le moins expert et l'abeille la plus experte, est que l'architecte construit dans son esprit avant de construire dans la ruche.

    Alain, essaie ici de montrer que l'industrie est le fait de construire son idée, son projet dans son esprit avant de la réaliser = le propre de l'artisan

    Et encore est-il vrai que l'oeuvre souvent, même dans l'industrie, redresse l'idée en ce sens que l'artisan trouve mieux qu'il n'avait pensé dès qu'il essaie

    Le terme "oeuvre" désigne le produit fini aussi bien de l'artiste que de l'artisan. Alain veut dire que l'artiste ne construit pas son projet dans l'esprit avant de le réaliser mais que ses idées viennent en essayant. Toutefois, ici Alain, nous dit que dans bien des cas, l'artisan "trouve mieux qu'il n'avait pensé dès qu'il essaie" c'est à dire en passant à l'étape de fabrication de l'objet, bien après l'avoir construit dans son esprit, l'artisan peut "trouver mieux" c'est-à-dire, d'autres idées auxquelles ils n'avaient point pensé dans son esprit, afin d'améliorer le produit.

    Nous pouvons comparer ici, l'oeuvre au langage. On pense souvent que la pensée précède au langage, cependant, tout comme le passage à l'étape de construction, le langage développe la pensée. Pour Hegel : "C'est dans les mots que nous pensons"


    "en cela il est artiste, mais par éclairs"

    Alain conclu alors qu'étant donné que souvent l' artisan "trouve mieux qu'il n'avait pensé dès qu'il essaie" cela fait de lui un artiste.

    "Toujours est-il que la représentation d'une idée dans une chose, je dis même d'une idée bien définie comme le dessin d'une maison, est une oeuvre mécanique seulement, en ce sens qu'une machine bien réglée d'abord ferait l'oeuvre à mille exemplaires."

    Ici, Alain, nous parle toujours de la construction d'une chose préalablement dans l'esprit, dans la "théorie". Pour lui "le dessin d'une maison" n'est qu'une "oeuvre mécanique". Ainsi pourrions-nous supposer que pour Alain, l'architecte, qui construit le plan d'un édifice dans son esprit, puis sur une feuille, puis sur le terrain, n'est pas artiste en ce sens que l'oeuvre de ce dernier est, selon Alain "mécanique" ce qui en est de même pour "une machine" mais non pas pour l'artiste.

    "Pensons maintenant au travail du peintre de portrait ; il est clair qu'il ne peut avoir le projet de toutes les couleurs qu'il emploiera à l'oeuvre qu'il commence ; l'idée lui vient à mesure qu'il fait ; il serait même rigoureux de dire que l'idée lui vient ensuite, comme au spectateur, et qu'il est spectateur aussi de son oeuvre en train de naître"

    (Ici Alain parle de l'artiste et plus précisément du peintre (on vire sur la seconde partie du texte))

    Alain nous donne ici l'exemple d'un "peintre de portrait". Il part d'une idée évidente, celle de rappeler que le peintre de portrait ne construit pas son projet dans son esprit avant de le construire sur sa feuille puisqu'il ne peut connaitre d'avance "les couleurs qu'il emploiera à l'oeuvre" mais que ces idées lui sont inspirées au fur et à mesure "qu'il fait" nous dit Alain. Ce dernier va encore plus loin en affirmant qu'à l'instar du spectateur, l'idée lui "vient ensuite", puisque l'artiste est "spectateur de son oeuvre"


    "Et c'est là le propre de l'artiste. Il faut que le génie ait la grâce de la nature et s'étonne lui-même."

    Pour Alain, l'artiste est un génie qui est surpris par ses propres capacités. Un artiste, est tout justement, celui qui n'avait guère imaginé dans son esprit qu'il allait produire une oeuvre semblable à celle qu'il a produite.


    "Un beau vers n'est pas d'abord en projet, et ensuite fait ; mais il se montre beau au poète ; et la belle statue se montre belle au sculpteur à mesure qu'il la fait ; et le portrait naît sous le pinceau. (...)"

    Ici, Alain utilise le terme "beau" qui est le propre de l'oeuvre de l'artiste. Ici, Alain, nous donne, trois exemples : le poète, le sculpteur ainsi que le peintre. Pour lui, le beau vers du poète, n'avait pas été préalablement été construit dans l'esprit de celui-ci, ce qui en est de même avec la sculpture et son sculpteur ainsi que le portrait et le peintre.

    Nous pouvons d'ailleurs cité l'exemple de Pygmalion qui n'avait guère imaginé dans son esprit tomber amoureux de la statue qu'il fera. Ce n'est qu'une fois après l'avoir achevé, qu'il tomba amoureux de sa statue.

    "Ainsi la règle du Beau n'apparaît que dans l'oeuvre et y reste prise, en sorte qu'elle ne peut servir jamais, d'aucune manière, à faire une autre oeuvre."

    Alain conclue ici son analyse par sa thèse qui énonce la différence entre l'artiste et l'artisan. Le premier est capable du beau et son oeuvre se caractérise par sa singularité contrairement au deuxième dont son oeuvre est multipliable en "mille exemplaires"

    Merci

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts