+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2
1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11

Discussion: "Revenons à nos moutons !"

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2008
    Messages
    5

    Par défaut "Revenons à nos moutons !"

    Peuple de Philagora,
    Salutations !

    Je me présente à vous car j'ai déjà eu des réponses bien sympatiques dans le passé et de gros coup de pouce de votre part !

    Me revoilà face à un léger problème, et je demande votre culture pour m'aider à le résoudre.

    J'ai un sujet à traiter, ce sujet est assez spécial, car il fait le cadre d'un petit exposé, hors je manque d'informations !

    Comme dit dans le titre, mon sujet est une expression, qu'il faut que je trouve l'origine, la déformation au fil du temps, le sens antique et moderne de la chose, enfin le maximum d'information !

    J'aimerais vous expliquer ce que j'ai réussi à savoir sur l'expression :

    "Revenons-en à nos moutons !"

    J'ai compris que c'était tiré d'une farce, nommée "La Farce du Maître Pathelin" (XVe siècle), dont l’auteur reste inconnu, il est question d'un juge, présent pour une affaire de vol de drap et de moutons, c'est une seule et même personne qui à subit les deux vols, un marchand de drap.

    Pendant l'audition, la victime s'emporte et perd ses mots, elle confond les draps et les moutons, c'est suite à cela que le juge prononce ces mots :

    « De par le diable, vous bavez !
    Eh ! Ne savez-vous revenir
    Au sujet, sans entretenir
    La cour de telle baveries ?
    Sus, revenons à ces moutons !
    Qu’en fut-il ? »

    Et de là, est resté l'expression de nos jours,
    Elle est présente sous plusieur pays, pas forcement toujours un clin d'oeil aux moutons, parfois s'implement de revenir au sujet, à la piste, aux affaires, à la raison même ! Il y a également en Espagne, que l'on dit de revenir à la vache froide, mais je n'en sais pas plus à ce sujet.

    Je ne sais plus quoi préciser d'autre, si toute fois il y en a pas assez, je demande donc votre avis sur mes recherches,

    Merci d'avance,
    Hck.

    ( Sujet pour un "bac +1" en informatique, donc pas trop une branche litteraire

  2. #2
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    perpignan
    Messages
    744

    Par défaut

    Si l'affaire avait traité les "cacahuetes"

    Nous en serions a dire "revenons en a nos cacahuetes" il fut bon qu'il en soit ainsi pour le mouton...le sujet tombant a point nommé , un Mouton est plus aproprié qu'une cacahuete , si il en avait ete pour la "cacahuete" l'expréssion serait ptet tombé dans l'oublie ....n'est ce pas !

    D'autant que le mouton fut le quotidien de l'homme , tandis que la cacahuete plutôt exotique et quasi inexistant a cet époque !

    quant serait'il....si l'affaire avait traité le "fumier"
    nous en serions a dire , "revenons a nos fumiers" bien évidement ... mais encore une fois me demande si ce "fumier" aurait connu une tel apologie !

    Non vraiment....le mouton fit bien l'affaire , remarque un canard n'aurait pas ete si mal....alors donc "revenons a nos canards" , poules , vaches , coqs , chêvres...

    Et si il en avait ete pour un curbitacé...."revenons a nos patates" , carotes , potirons , poiraux , choux ....????

    A propos de choux ??? me suis souvent demandé l'origine du sacro saint "choux fleur" que les enfants comptés a petit pas en mettant un pied devant l'autre afin de séparer deux équipes....connaissez vs cet maniére de compter ?

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2008
    Messages
    5

    Par défaut

    Cela mérite en effet d'être préciser,
    Mais en dehors de l'histoire de l'expression, elle n'a donc jamais évolué, changé de sens, je ne vois pas que dire de plus sur le sujet !

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    On pourrait peut-être disserter sur l'importance du rappel au sujet
    et...
    sur ses inconvénients: les idées viennent quand elles veulent
    ( voir le "brain storming" (?)
    Parler de la régularité et de l'irrégularité
    De l'importance des digressions?
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Ou encore de la générosité restreinte, de la fermeture, de la méthode....
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  6. #6
    Date d'inscription
    August 2007
    Messages
    87

    Par défaut

    Et moi je pense au rire ( polichinelle que l'on fait rentrer dans sa boite et qui en ressort aussitôt.... cf le rire de Bergson

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2008
    Messages
    5

    Par défaut

    Pauvre informaticiens que je suis,
    Je n'ai rien compris x]

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Je suis certain que nos docteurs vont vous aider
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  9. #9
    Date d'inscription
    February 2008
    Messages
    5

    Par défaut

    Revenons-en à nos moutons je vous en prie !

    Que dire de plus ?
    J'ai vu plusieurs déformation de la langue francaise sur cette expression, nous avons à l'origine :

    Revenons à nos moutons

    Puis de nos jours :

    Revenons-en à nos moutons !

    Pourquoi un tel changement ?
    ( Merci d'éviter les théories incompréhensible par ma pauvre personne )

  10. #10
    Date d'inscription
    February 2008
    Messages
    5

    Par défaut

    ( Pas la possibilité d'éditer ? )

    J'ajoute cette petite citation trouvé sur le net, sûrement encore un complement d'enquête !

    l'expression vient de la Marine. En effet, de la petite brise (force 3) à la bonne brise (force 5), dans l'échelle de Beaufort, on a des moutons à la surface, et, à la barre, on doit sans cesse revenir à ses moutons, pour bien passer la vague.

    Et puis cela encore !

    j'étais persuadé que cette expression venait de la pièce Topaze (de Marcel Pagnol).
    En effet, Topaze (maître d'école en province) fait une dictée à l'un de ces élèves (sous-doué et puni à faire cette exercice plaisant aux futurs dactylographes uniquement). Insistant bien sur les terminaisons et liaisons de chaques mots afin d'aider l'élève en difficulté: "Des moutonssssss étai-e-n-t...".Bref, dans la pièce, il est interrompu dans sa dictée, il revient tout de même vers l'élève et sa dictée en disans "revenons à nos moutons".

+ Répondre à la discussion

Tags for this Thread

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts