+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 3
PremièrePremière 1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 24

Discussion: Le mystere du temps

  1. #11
    Garrisonsdicks Guest

    Par défaut

    Et si je te dis que pour Hume, il est impossible de savoir si les couches géologiques existent réellement hors de la perception? Si elles existent, peut-être qu'elles ne sont pas du tout comme on les perçoit (ce qui revient au même). Hume est phénoméniste: la seule réalité que les idées représentent fidèlement, ce sont les impressions (or, une impression n'est pas dans les choses, mais dans la pensée). Pour lui, toute inférence tirée des impressions est une fiction (puisque l'inférence n'a pas d'archétype, donc elle est inadéquate).
    Le temps, la conscience, le Moi, l'espace, tout ce qui, chez d'autres philosophes, constituent les principes transcendantals de la connaissance, ou le support de l'existence substantielle et objective, Hume en fait des relations, c'est-à-dire des opérations de l'esprit, c'est-à-dire des fictions.
    Et même l'esprit, en tant que nous le percevons par réflexion, est une fiction: un agglomérat de perceptions, liées (donc mises en relations) donc l'esprit n'est pas une chose ou une substance, c'est une idée, qui plus est inadéquate (elle ne représente aucune impression simple).

    Donc Hume te dirait: "f.u.c.k the couches géologiques and all the inférences that on en tire".

    La conscience, pour Hume, ne se meut à travers le temps que parce que nous avons l'idée fictive de conscience et l'idée fictive de temps. Donc autant dire qu'il est impossible de savoir s'il existe une conscience, impossible de savoir si elle se meût, et impossible de savoir s'il existe une temporalité continue dans laquelle elle pourrait se mouvoir.


    Donc nous ne sommes pas humains parce que nous avons une conscience (ou que nous sommes une conscience), nous sommes humains justement parce qu'il y a un "nous", c'est à dire un fiction.

    Tu vois ce que je veux dire?

    Dernière chose:
    Tu peux me dire ce que tu veux, que l'évidence prouve le contraire, qu'il y a bien un Moi qui pense, et qui est le support de ces fictions,etc... ça n'empêchera pas Hume de te répondre "que tu dis". Et plus sérieusement, ça n'empêchera pas Hume de te répondre que nous le concevons comme cela parce que nous ne pouvons le concevoir autrement. Mais cela ne veut pas dire que c'est vrai pour autant.

  2. #12
    Date d'inscription
    April 2005
    Localisation
    Pariiiis
    Messages
    796

    Par défaut

    Citation Posté par roger.r Voir le message
    Le présent ne pourrait il pas exister un petit peu au moment de l'acte au moins ?
    Si quelque chose existe, il est bien au présent. C'est justement ce qui le distingue de ce qui n'est plus ou qui n'est pas encore.

    Il n'y a pas de temps en dehors de celui qui le comprend. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a rien en dehors.

    Voici la clef de compréhension: ce qui existe en dehors, c'est le mouvement, c'est-à-dire un certain passage de quelque chose d'un état déterminé à un autre. Le temps vient de ce que nous comprenons qu'il y a un avant et un après.

  3. #13
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    perpignan
    Messages
    744

    Par défaut

    Citation Posté par Garrisonsdicks Voir le message
    Et si je te dis que pour Hume, il est impossible de savoir si les couches géologiques existent réellement hors de la perception? Si elles existent, peut-être qu'elles ne sont pas du tout comme on les perçoit (ce qui revient au même). Hume est phénoméniste: la seule réalité que les idées représentent fidèlement, ce sont les impressions (or, une impression n'est pas dans les choses, mais dans la pensée). Pour lui, toute inférence tirée des impressions est une fiction (puisque l'inférence n'a pas d'archétype, donc elle est inadéquate).
    Le temps, la conscience, le Moi, l'espace, tout ce qui, chez d'autres philosophes, constituent les principes transcendantals de la connaissance, ou le support de l'existence substantielle et objective, Hume en fait des relations, c'est-à-dire des opérations de l'esprit, c'est-à-dire des fictions.
    Et même l'esprit, en tant que nous le percevons par réflexion, est une fiction: un agglomérat de perceptions, liées (donc mises en relations) donc l'esprit n'est pas une chose ou une substance, c'est une idée, qui plus est inadéquate (elle ne représente aucune impression simple).

    Donc Hume te dirait: "f.u.c.k the couches géologiques and all the inférences that on en tire".

    La conscience, pour Hume, ne se meut à travers le temps que parce que nous avons l'idée fictive de conscience et l'idée fictive de temps. Donc autant dire qu'il est impossible de savoir s'il existe une conscience, impossible de savoir si elle se meût, et impossible de savoir s'il existe une temporalité continue dans laquelle elle pourrait se mouvoir.


    Donc nous ne sommes pas humains parce que nous avons une conscience (ou que nous sommes une conscience), nous sommes humains justement parce qu'il y a un "nous", c'est à dire un fiction.

    Tu vois ce que je veux dire?

    Dernière chose:
    Tu peux me dire ce que tu veux, que l'évidence prouve le contraire, qu'il y a bien un Moi qui pense, et qui est le support de ces fictions,etc... ça n'empêchera pas Hume de te répondre "que tu dis". Et plus sérieusement, ça n'empêchera pas Hume de te répondre que nous le concevons comme cela parce que nous ne pouvons le concevoir autrement. Mais cela ne veut pas dire que c'est vrai pour autant.
    Alors Hume ne fait pas confiance a son propre regard , a son propre esprit , a sa propre Observation....ils est comme un Borgne face a l'inconnue !
    d'autant plus "inconnue" qu'il en réprouve toute perception , se considérant tromper et flouer...

    je comprend qu'il ne met pas en doute l'existence , mais il met en doute sa perception....ce qui ne revient pas au même , sa propre perception répondant a des criteres subjectif donc !

    a ce fait...il fait la part belle au sens , lui laisse un libre jugement en totale indépendance , il laisse les sens s'aproprier l'Objet....et peu importe l'Objet , tout passe par la perception !
    c'est un peu ca NON , il permet la perception d'explorer l'objet sans pour autant lui donner une "raison"...une raison ou une foi...ou tout autre constat !
    même le sentiment le plus réel (la peine)....d'apres lui est un percu qui n'a pas de raison d'etre , ou qui n'a pas de réel...

    J'imagine Hume Devant un miroir....il ne voie qu'une interprétation de sa propre image , donc dans cet image...il ne devrait pas s'y reconnaitre !
    En somme....c'est pas MOI...c'est l'autre , de celui que je percois...

    tu sais quoi ?
    J'me demande ce que penserait ce Monsieur , face au virtuel...
    Le genre second life ?
    Parceque du c...on ne percoit plus les choses dans le domaine du "réel" qui selon lui est fictif....mais l'on percoit les choses dans le domaine du totalement fictif ..... la perception atteint la son paroxisme le plus aigue !

    il est vraiment space ce mr Hume !

  4. #14
    Garrisonsdicks Guest

    Par défaut

    En fait c'est pas une histoire de confiance, mais de croyance (pas dans le sens religieux, bien sûr, pour Hume, c'est un genre de croyance à éviter).

    Quand je plonge un bâton à moitié dans l'eau, il apparaît brisé. Tu connais cet exemple pour dire que nos sens nous trompent.
    J'aurai beau t'expliquer que le bâton n'est pas brisé, mais que c'est la surface de l'eau qui fait tout un tas de trucs avec la réfraction de la lumière, bien que tu saches tout ça, en regardant le bâton, tu le verras toujours brisé. Comme tu verras toujours que le soleil tourne, que la terre est en bas.

    "nos sens nous trompent" ça veut rien dire. C'est notre jugement qui crée des fictions à partir de impressions. Et on n'y peut rien. Hume, quand il se regarde dans le miroir, il voit son reflet, pas plus. Certaines croyances, on n'y coupe pas. Voili voilà, hihi!

  5. #15
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    perpignan
    Messages
    744

    Par défaut

    Citation Posté par Garrisonsdicks Voir le message
    En fait c'est pas une histoire de confiance, mais de croyance (pas dans le sens religieux, bien sûr, pour Hume, c'est un genre de croyance à éviter).

    Quand je plonge un bâton à moitié dans l'eau, il apparaît brisé. Tu connais cet exemple pour dire que nos sens nous trompent.
    J'aurai beau t'expliquer que le bâton n'est pas brisé, mais que c'est la surface de l'eau qui fait tout un tas de trucs avec la réfraction de la lumière, bien que tu saches tout ça, en regardant le bâton, tu le verras toujours brisé. Comme tu verras toujours que le soleil tourne, que la terre est en bas.

    "nos sens nous trompent" ça veut rien dire. C'est notre jugement qui crée des fictions à partir de impressions. Et on n'y peut rien. Hume, quand il se regarde dans le miroir, il voit son reflet, pas plus. Certaines croyances, on n'y coupe pas. Voili voilà, hihi!
    Co..co..comment ca veut rien dire ?

    si je pert la vue , l'ouie , l'odorat , le toucher ....comment puis je avoir des impréssions ? , même si celle ci sont des fictions créer par mon jugement. Pour pouvoir en juger , encore me faut'il avoir les outils pour le faire....et si mes outils me trompent alors mon impréssion est plus que douteuse et fictive !

    qu'adviendrait'il si nous avions les sens parfait....he ben nos impréssions en seraient tout autant , ainsi que nos jugements...ha !

    avoues que je t'ais eus la hein !

  6. #16
    Date d'inscription
    September 2005
    Messages
    83

    Par défaut

    Merci pour vos réponses.
    Je n'ai toujours pas compris le mystere du temps, mais la philo n'est pas mon fort.
    Garrissondicks: est-ce que tu veux dire en gros que si on vivait les choses dans un ordre aleatoire, ca ne changerait pas la physique car les instruments de mesure comme les horloges suivraient aussi cet ordre aleatoire. L'idée n'est pas de moi, mais de Carlo Rovelli un physicien qui l'a peut-être piquée à Hume. Il dit que sa théorie physique exprime seulement des relations spatiales par exemple entre la position d'une aiguille d'une horloge et la position d'un mobile, mais il n'a pas besoin du temps.

  7. #17
    Date d'inscription
    September 2005
    Messages
    83

    Par défaut

    Sauf que j'imagine que pour Hume, la physique est une fiction...
    C'est d'ailleurs ce que je ne comprends pas, car si le monde physique était complètement hasardeux dans son évolution, on ne s'y retrouverait pas, et la physique serait impossible.

  8. #18
    Date d'inscription
    October 2006
    Messages
    295

    Par défaut

    Connaître le temps n'est pas si désirable, à croire la sainte horreur qu'en avaient les peuples primitifs et archaïques

  9. #19
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 942

    Par défaut

    On ne peut que penser le temps.
    En effetpour saisir le temps il faut évoquer le passé qui n'est plus et l'avenir qui n'est pas encore
    Il n'y a donc pas d'intuition sensible du temps, on ne peut donc pas le connaître si connaître exige une intuition sensible. Un concept sans intuition est vide.
    On ne peut donc que penser le temps et cela suffit pour mettre une petite insuiètude en chacun?
    RESTONS PRUDENTS,



    plutôt que : Restez prudents

  10. #20
    Date d'inscription
    September 2001
    Localisation
    dans le nord
    Messages
    29

    Par défaut

    Quoi qu'il en soit, c'est désolant: on pense à ce qui n'est plus (regrets et remords) et on pense à sa prochaine disparition

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts