+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Peut-on être sceptique ?

  1. #1
    MariOn* Guest

    Exclamation Peut-on être sceptique ?

    Bonsoir,
    j'ai une dissertation dont le sujet est
    "Peut-on être sceptique?".

    Quel est votre avis ?


  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Bonjour

    Le problème: celui qui doute de tout ne doit-il pas douter de son affirmation: il faut douter de tout
    http://www.philagora.net/corrige/penser-douter-tt.php
    = "Le scepticisme se nie en se posant comme vrai"

    Distinguer le doute méthodique ( Descartes) et le doute sceptique (on doute de tout)

    Scepticisme: De skeptikos, qui observe, qui réfléchit, qui examine: comprendre que le sceptique se contente d'examiner et n'affirme rien, ne juge pas. En effet si l'homme ne peut parvenir à la certitude, il faut suspendre le jugement pour ne pas se tromper.
    "Le scepticisme se nie en se posant comme vrai" Lagneau.
    Le scepticisme prétend donc éviter le dogmatisme: mais comme il se présente comme absolu, il tombe dans le dogmatisme.
    Bien distinguer le doute méthodique qui n'est qu'une étape dans la recherche d'une certitude (Voir Descartes Méditations métaphysiques) et le doute absolu.
    On peut se demander si le scepticisme absolu n'est pas "une forme de la paresse".( Victor Brochard.) En tout cas c'est une des premières figures du nihilisme

    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  3. #3
    MariOn* Guest

    Par défaut

    merci beaucoup*
    les réponses du forum me sont toujours d'une grande aide !

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2006
    Localisation
    Dans ton fondement (je parle bien entendu du cogito)
    Messages
    196

    Par défaut

    Hello,

    je déterre ce topic pour ne pas avoir à en créer un nouveau, car ma question porte sur le même sujet.
    Un philosophe distingue les arguments habituels, pour une thèse spécifique ou contre une thèse spécifique mais pour une autre en même temps des arguments proprement sceptiques, lesquels, d'après lui, ne produisent "aucune conviction" mais seulement "un profond étonnement" ou de l'hébétude (je cite de mémoire).
    Quelqu'un sait-il de quel philosophe est cette idée, et où il l'a dite ?
    Je croyais que c'était Hume, mais je ne parviens pas à retrouver l'idée dans ses oeuvres et je ne suis pas sûr que ce soit vraiment son style...

    Merci d'avance aux érudits

  5. #5
    Garrisonsdicks Guest

    Par défaut

    Salut, je passais comme ça.
    ça serait pas Wittgenstein ? Cahier Bleu ou Recherches Philosophiques ?
    ça sonne comme ce bon vieux Ludwig...


    Sinon l'idée de l'absence de conviction est évoquée dans les Prolégomènes à la logique pure de Husserl je crois (Recherches Logiques T1, autour du chapitre VII). Il parle du relativisme sceptique et de ce qu'il appelle le subjectivisme (qui finit en solipsisme). Et là, comme Russell, il reconnaît que le solipsisme est logiquement irréfutable mais surprend parce que bien que logiquement irréfutable, il entre en contradiction avec les modalités doxiques (notamment les croyances relatives à l'intersubjectivité).

    Je sais pas si ça aide, ou si c'est encore d'actualité, ou si je me gourre...

  6. #6
    Date d'inscription
    October 2011
    Localisation
    XRumer 7.0 SUPER SOFT!!!
    Messages
    1

    Par défaut Peut on être sceptique

    Heu avec tout ce que je viens de lire là...
    je ne sais pas si ça faut le coup d'aller à Marseille même si Beuchat fait des prix usine le 14 Avril.
    A moins d'ent avoir peut être deux pour le prix dun...
    ---

  7. #7
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    77
    Messages
    310

    Par défaut

    Je suis scéptique.

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts