+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 3
1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 27

Discussion: cinéma: films a contenu philosophique

  1. #1
    Date d'inscription
    September 2007
    Messages
    6

    Par défaut cinéma: films a contenu philosophique

    En tant qu'enseignant la philo au lycee, et conscient d'aller, de ce fait, a contre courrant de la culture de consommation, je cherche des films a contenus philosophiques, meme s'il ne s'agit que d'une scene specifique, afin d'agrementer mes cours (et de rapprocher l'education de la consommation.) Merci.

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 929

    Par défaut

    La raison comme pouvoir de distinguer le vrai du faux:
    Le nom de la Rose
    Nature et culture: L'enfant sauvage
    J'espère que vous allez avoir beaucoup de réponses!
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  3. #3
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    perpignan
    Messages
    744

    Par défaut

    Citation Posté par alainggrr Voir le message
    En tant qu'enseignant la philo au lycee, et conscient d'aller, de ce fait, a contre courrant de la culture de consommation, je cherche des films a contenus philosophiques, meme s'il ne s'agit que d'une scene specifique, afin d'agrementer mes cours (et de rapprocher l'education de la consommation.) Merci.
    Star War ...le seigneur des Anneaux ... enfin bref tous les films qui massent beauco ups d'argent et qui font apel au sponsoring publicitaires et aux objets dérivés...

    Sinon un film philosophique pour réfléchir sur la consommation...y doit pas y en avoir des tonnes , je vois mal Holywood ou autres se pencher sur son propre fonctionement....je pense que cela doit pouvoir se trouver dans les années 70 y a du avoir de bon film sur ce questionement et ptet avant aussi !

    il m'en vient un...GANDAHAR...un film d'animation francais
    AIAIIA me rapel plus exactement de son nom...zut
    foutu Mémoire....
    il pourait dégager une certaine filosophie de la "CONSSOMATION".....avec des hommes machines et un cerveau qui les manipules afin de se nourir...Toujours plus...!!
    Mais tout ce fini bien....ouf !
    le dessinateur est hyper connu....Phillipe Caza
    Réalisateur..renée Laloux

  4. #4
    Garrisonsdicks Guest

    Par défaut

    Confessions d'un homme dangereux, de George Clooney je crois (sur la téléréalité, c'est l'histoire du créateur du "Gong Show", genre de StarAc US où les gens sont prêts à se faire ridiculiser et laminer à l'écran juste pour passer à la télé).
    Sinon au niveau d'une critique sévère du consumerring, y a l'incontournable Fight Club ("tu n'es pas ton ****** de canapé, tu n'es pas ton compte en banque, etc...")
    Vlà du Hollywoodien qui se retourne sur le fonctionnement dont il est la machine.
    Ou alors t'as qu'à parler de tous les Vincent Delerm et autres artistes Gauche Caviar qui vivent de ce qu'ils dénoncent (mais j'ai pas l'impression que tu cherches à faire dans la dénonciacion ou le contradictoire...)
    Quand tu dis que tu veux
    rapprocher l'education de la consommation
    ça veut dire que tu veux transformer ton lycée en Gallerie Lafayette? Perso j'srais pas pour...

  5. #5
    thais Guest

    Par défaut

    "Hombre" C´est un western avec Paul Newman.
    Je ne peux que le conseiller...

    Thais

  6. #6
    mi-coton Guest

    Par défaut

    sinon dans les films actuels il y a "la question humaine" très beau film et très marquant et en plus soft et plus populaire "99F"...

  7. #7
    Date d'inscription
    July 2006
    Messages
    121

    Par défaut

    truman show
    bienvenue à gattacca, film de science-fiction
    sunshine et 28 jours plus tard...à mon avis dans ces films y a de quoi réfléchir...

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2006
    Localisation
    Dans ton fondement (je parle bien entendu du cogito)
    Messages
    196

    Par défaut

    Sinon au niveau d'une critique sévère du consumerring, y a l'incontournable Fight Club ("tu n'es pas ton ****** de canapé, tu n'es pas ton compte en banque, etc...")
    Vlà du Hollywoodien qui se retourne sur le fonctionnement dont il est la machine.
    J'y pensais, justement.

    Ce film n'est pas seulement une critique de la société, c'est aussi l'ébauche d'un mode de vie nouveau, ainsi que l'exaltation et la recherche de nos instincts naturels que la société a gommé et qu'on tente de retrouver. Nietzsche est toujours présent en filigrane dans le film. Il n'est jamais nommé, mais ses idées servent de fil conducteur à l'histoire. J'ai d'ailleurs fait un TP là-dessus l'année dernière.

    Parmi les films philosophiques, Fight Club est un incontournable.

  9. #9
    Garrisonsdicks Guest

    Par défaut

    C'est aussi, j'ai l'impression, une façon de montrer l'impossibilité de l'utopie autrement que par un système fasciste. Je dis fasciste dans le sens où le "projet KO" auquel l'évolution du Fight Club aboutit anihile totalement l'identité personnelle ("un membre du projet KO n'a pas de nom", "tu n'es pas un flocon de neige unique, tu es comme tous les autres, etc..."), et avec elle toute idée de propriété privée, de droits de la personne, etc... L'attaque terroriste du projet KO contre le système bancaire US en est d'ailleurs un flagrant exemple (si on considère que l'économie de marché est le symbole de l'individualisme, la destruction de ce système symbolise la destruction de l'individualité). C'est Nietzsche contre Locke.
    Un histoire somme toute paradoxale, ou plutôt une mise en abîme aporétique assez bien ficelée, puisque c'est au travers de l'histoire singulière d'un individu, qui possède d'ailleurs plusieurs personnalités, qu'est montrée cette destruction de l'individualité.
    Enfin, une chose qui me chagrine un peu dans ce film, c'est la thèse (soutenue ou ironiquement critiquée, je ne sais pas), que la propriété privée fait la singularité du sujet (c'est avec l'explosion de l'appartement d'Ed Norton que commence le processus totalisateur du projet KO). Heureusement, c'est grâce à des personnage aussi singuliers que Bob et Marla que le film rappelle l'immanence de la singularité, qui n'est pas qu'une affaire de richesse personnelle (tiens, on retrouve aussi du Lévinas).
    Je me trompe peut-être, ça fait quelques années que je n'ai pas vu le film, mais je ne pense pas être totalement dans le faux.
    En tout cas, je suis certain que le but du projet KO est tout sauf mutualiste. C'est plus une anarchie libertaire et subie que vise Tyler Dordon (d'ailleurs, je me demande si ça ne s'écrit pas "projet Chaos", et non "KO"), sous un angle extrêmement autoritaire ("la première règle du projet Chaos est: on ne pose pas de questions"...)

  10. #10
    Januscream est déconnecté Renégat extatique de l'Acédie Januscream a un avenir glorieux
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    O? tu veux quand tu veux
    Messages
    365

    Par défaut quelques balles dans le buffet campagnard

    Voilà une ribanbelle de bons exemples....

    Tu peux faire fructifier d'autres films comme la trilogie CUBE, ou son voisin CYPHER.

    Sur le theme de la réalité et de la perception tu peux prendre MATRIX (fallait bien un pékin pour le citer) ou EXISTENZ.

    Apres il y en a plein d'autres...MULHOLLAND DRIVE pourrait etre utile..Reste à canaliser les interprétations..

    Enfin un petit coup de coeur perso: KAIRO de Kiyoshi Kurosawa est un film assez complet traitant de la solitude, de la société, des Otaku, de la mort, du chaos final.

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts