+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Aide pour une kholle - Pourquoi les philosophes écrivent-ils?

  1. #1
    Pholi Guest

    Par défaut Aide pour une kholle - Pourquoi les philosophes écrivent-ils?

    Bonjour,
    voilà, je suis en hypokhâgne (B/L), j'ai un sujet de colle, et j'avoue que les idées ne me sautent pas à la figure... Je n'arrive pas à élaborer de problématique stable, je ne sais pas bien comment orienter mon devoir, j'apprécierais beaucoup une aide de votre part! Quelle qu'elle soit, elle est la bienvenue!

    Rappel du sujet,
    Pourquoi les philosophes écrivent-ils?

    C'est pour mardi, mais j'aimerais traiter ça avant ce weekend, étant donné qu'on commence à crouler sous les devoirs ^^
    Merci d'avance!

  2. #2
    Date d'inscription
    September 2006
    Localisation
    Paris
    Messages
    20

    Par défaut

    salut!

    si tu as vu Les amitiés maléfiques, tu pourras répondre à l'instar d'André qui cite Karl Kraus "...parce qu'ils n'ont pas le courage de ne pas écrire".
    Ce serait une boutade.
    Je crois que le neoud du problème, c'est Platon et les dialogues de Socrate. Tu sais que Socrate n'a rien écrit, que c'est Platon qui a couché ses dialogues sur le papier. Tu sais aussi que Platon critique toute image, toute représentation - surtout artistique -; l'idée perd en vérité à s'incarner dans un objet sensible, même un rouleau.Or ce même Platon qui critique les poètes, veut les chasser de la cité, n'écrit rien moins qu'une série de tragédies pour mettre en scène Socrate (Ménon, Phédon...) et sa mort. Il y a là un singulier paradoxe: celui-là même qui élève l'esprit vivant et critique la lettre morte, celui-là même qui veut chasser les poètes de la cité, se fait auteur dramatique et laisse des écrits à la postérité.

    Il y a plusieurs façons de lever ce paradoxe. D'abord, on peut soupçonner Platon, à chasser les poètes de la cité, de vouloir supprimer la concurrence; car l'art - aussi bien que la philosophie - peut nous détacher du sensible et nous porter vers la contemplation de l'idée. Ensuite, Platon choisit tout de même de conserver la forme du dialogue, plus vivant, plus proche de la pensée en action. Au passage, Wittgenstein dans ses Recherches philosophiques reprend une forme de dialogue avec un interlocuteur difficilement identifiable.

    Mais pourquoi donc écrit-il? Pour inscrire son oeuvre dans la durée. Une pensée universelle ne saurait se résigner à mourir avec l'individu qui l'a portée. Parce que le philosophe est pédagogue, veut éduquer toujours. Et il y a là un deuxième problème: c'est qu'en Platon, qui commence vraiment à écrire de la philosophie, Heidegger voit la perversion initiale de la philosophie. A être écrite, à s'enseigner (Platon fonde aussi la première école de philosophie pour laquelle il faut des manuels) à acquérir une méthode, la philosophie perd de sa radicalité, elle devient médiocre au sens de moyenne. Car pour Heidegger, la philosophie doit penser avant tout la question de l'être, celle de savoir ce qu'est l'être, penser la situation de l'homme qui esty comme jeté au monde; son extase. Et l'extase décidément ne s'écrit pas, mais se vit. D'où les premières leçons déroutantes de Heidegger, pas du tout dans la tradition scolaire. En même temps, le philosophe a peut-être envie de produire une oeuvre pour accéder à l'immortalité. Ce désir est légitime selon Hannah Arendt, c'est parce que l'homme est capable de produire des oeuvres dont le caractère est la durabilité par souci de durer dans le souvenir des hommes, que l'homme a un monde, des repères, un réseau de significations qui lui confèrent l'humanité. Lis un peu Condition de l'homme moderne. Et pour Heidegger, ce que dit Peter Sloterdijk dans La domestication de l'être, assez au début.

    En résumé: ils écrivent pour l'immortalité, en retour ça fait monde; et parce que la philosophie a fini par être enseignée et il faut des manuels, des supports, avec les pervesions que çe implique.

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 924

    Par défaut

    Affirmer que l'humanité est faite de plus de morts que de vivants semble assurer définitivement le privilège des écrits qui demeurent, sur les paroles qui finissent par disparaître puisque une seule "génération d'oubli" suffit à les mettre définitivement hors d'atteinte alors que les écrits peuvent toujours être retrouvés.

    Une piste: Pourquoi ne parlent-ils pas de préférence?
    = Voir les objections à l'utilisation de l'écrit au milieu de cette page:
    http://www.philagora.net/philo-fac/joseph2.php

    Bonne continuation
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

  4. #4
    Pholi Guest

    Par défaut ...

    Je vous remercie infiniment de vos réponses cependant je n'arrive pas à saisir la globalité de ce qu'on attend comme réponse à ce genre de question.

    Je pensais déjà à Platon et Socrate, au paradoxe que laisse Platon, et je penchais également pour parler de de préférence pour l'écrit, étant donné que la parole meurt et que l'écrit reste.

    Mais, à part une volonté de laisser son oeuvre à la postérité, on ne peut pas explorer le sujet dans d'autres directions? C'est ce que je recherche, je doute fortement tenir une demi-heure, même avec la meilleure volonté du monde en face de mon prof (j'en ai déjà froid dans le dos!).

    Si vous avec encore quelques idées, je suis preneuse, un nouveau coup de pouce serait le bienvenu. En vous remerciant déjà de votre aide, j'attends d'autres suggestions!

  5. #5
    riri2 Guest

    Par défaut

    La parole c'est le langage dans sa réalisation vocale par opposition à l'écrit. Toutefois, dans un sens large, elle désigne toute expression transitant par les voies du langage.
    L'adéquation parfaite entre langage et pensée n'est qu'un mythe ou conduit à l'appauvrissement de l'un et de l'autre.

    La pensée recouvre toute production mentale intérieure en dehors de sa transmission. En un sens strict il s'agit des produits de l'intelligence.
    Même si la pensée est déjà langage, elle peut être déformée par son expression. D'une part, pour des raisons sociales, notre pensée ne peut être exprimée dans toute sa radicalité et se voit imposer des modifications, notre pensée s'approfondit au fur et à mesure de l'écrit, une des raisons qui en plus d ela transmission fait que le philosophe écrit.

  6. #6
    Date d'inscription
    September 2006
    Localisation
    Paris
    Messages
    20

    Par défaut

    N'oublie pas l'écriture pour l'enseignement, pour produire des manuels.

    Sinon, tu as Rousseau, comme exemple de philosophe qui se croit poussé par une force, à écrire (voir dans les Confessions le récit qu'il fait des origines de son premier discours: en gros, c'est en allant voir Diderot en prison qu'il est pris de vertiges et que lui est "inspiré" le discours sur l'origine de l'inégalité; il doit même se mettre sous un arbre). Lis-le ça vaut le détour. Donc, le philosophe-pythie, l'oracle qui se doit à l'humanité. C'est une autre piste.

    Il doit bien avoir autre chose, mais je n'en sais guère plus.

    Bon courage, j'ai été en B/L...

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts