+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Regrets. En ce moment c’est la mode de taper sur la génération née entre 1945 et 57.

  1. #1
    Sur le Fleuve Guest

    Par défaut Regrets. En ce moment c’est la mode de taper sur la génération née entre 1945 et 57.

    En ce moment c***8217;est la mode de taper sur la g***233;n***233;ration n***233;e entre 1945 et 57.
    Ce n***8217;est pas parce que j***8217;en fais partie mais je pense que notre situation n***8217;a pas ***233;t***233; aussi privil***233;gi***233;e qu***8217;on veut bien le dire aujourd***8217;hui.

    Alors en vrac voila ce que j***8217;en pense :

    - Maladie : D***8217;abord le SIDA. C***8217;est vrai que passer sa jeunesse avec cette menace ce n***8217;est pas tr***232;s facile. Mais enfin aujourd***8217;hui les gens sont pr***233;venus. Pour ma g***233;n***233;ration cela nous a pris par surprise. Alors que cette maladie faisait d***233;j***224; des ravages, faute de prise de conscience beaucoup d***8217;entre nous furent inexorablement contamin***233;. Prises de risques r***233;p***233;t***233;es que nous ne pouvions envisag***233;es comme mortelles. Pour les survivants de ma g***233;n***233;ration nous avons tous de compagnons fauch***233;s par cette maladie. Non il n***8217;a pas fait bon ***234;tre libre dans les ann***233;es 70 en tous cas nous avons pay***233; le prix fort. Sur ce point nous n***8217;avons pas ***233;t***233; privil***233;gi***233; contrairement ***224; ce qu***8217;affirment les jaloux.

    - Le monde qui nous entoure : Les gens qui sont n***233; dans les ann***233;es 20 ont eu comme leurs anc***234;tres le plaisir de vivre dans un monde rest***233; constant (sans changements fondamentaux jusqu***8217;***224; pratiquement l***8217;age de la retraite). Il est tr***232;s triste de vivre dans un monde qui a tellement chang***233; que son spectacle est une n***233;gation arrogante de l***8217;***234;tre. Rien de ce que nous avons v***233;cu, aucun lieu n***8217;existent encore***8230;

    - La mondialisation : les changements philosophiques des comportements professionnels et sociaux nous ont surpris sans pr***233;paration en plein milieu de nos vies professionnelles. Et c***8217;est sans filet qu***8217;il a fallut s***8217;adapter. Les g***233;n***233;rations suivantes sont pr***233;par***233;es depuis l***8217;enfance ***224; vivre dans un monde aux r***232;gles mouvantes. Cette pr***233;paration que nous ne l***8217;avons pas eue.

    - Comportements amoureux : Elev***233; par la g***233;n***233;ration de la guerre, nos sch***233;mas qui d***233;terminent les relations avec l***8217;autre sexe n***8217;int***233;graient pas la r***233;volution f***233;ministe. Il nous a donc fallut accomplir ***224; l***8217;age adulte une profonde et douloureuse remise en question qui touchait tout ce qui est pr***233;cieux et de douloureux chez un ***234;tre humain. Notamment les sch***233;mas parentaux (dont l***8217;image du couple primordial). C'est-***224;-dire tout ce qui fonde notre vie affective et d***233;termine le comportement envers l***8217;autre sexe et cela sans l***8217;aide de l***8217;***233;ducation. Les hommes de la g***233;n***233;ration du Baby boom n***8217;ont pas ***233;t***233; ***233;lev***233;s pour avoir le comportement jug***233; aujourd***8217;hui simplement acceptable, que ce soit envers les enfants, les compagnes ou les compagnons. Exemple : il y a toujours eu une transmission des m***232;res envers leurs filles, transmission inconsciente d***232;s l***8217;allaitement ***224; travers le geste et la parole (cette id***233;e qui hante les jeunes m***232;re : toi aussi ma fille un jour tu accomplira les m***234;me gestes). Cela concernait toutes les actions qui contribuent ***224; la survie du nourrisson et ***224; son ***233;ducation.
    Les petits gar***231;ons de l***8217;apr***232;s guerre n***8217;ont pas b***233;n***233;fici***233; de cette transmission, puisqu***8217;il n***8217;***233;tait pas sens***233; ***234;tre un jour responsable de cette prise en charge. Aussi pour assumer ces comportements qu***8217;on attendait de nous ***224; partir de la fin des ann***233;es 70, nous avons d***251; nous faire violence et trancher dans le vif de nos personnalit***233;s et de notre conditionnement. Ce qui n***8217;a pas ***233;t***233; n***233;cessaire pour les g***233;n***233;rations suivantes qui ont re***231;u ces capacit***233;s en h***233;ritage ***224; travers l***8217;***233;ducation et le consensus social.

    - Pr***233;carit***233; : Dans les ann***233;es 60, les gens ***233;taient assur***233;s d***8217;avoir du travail jusqu***8217;***224; l***8217;age de la retraite. Aujourd***8217;hui on parle beaucoup de la pr***233;carit***233; d***8217;emploi des jeunes et des faibles moyens financiers qui en d***233;coulent et on a raison de le faire car c***8217;est une r***233;alit***233; inadmissible.
    Mais ne devrait-on pas aussi parler de la situation des travailleurs de 55 ans qui n***8217;ont pour destin que le ch***244;mage, le rejet social, le RMI ou la pr***232;s retraite dans le meilleur des cas. Car en Europe la condition des cinquantenaires est tout aussi inadmissible que celle des jeunes. Apr***232;s 55 ans nous devons travailler encore 10 ou 15 ans mais personne ne veut de notre exp***233;rience. Rejet***233; par l***8217;ensemble du monde du travail, chercher un emploi ***224; cet age l***224; devient presque obsc***232;ne. Mais cette fois il n***8217;y a aucune intervention de l***8217;***233;tat providence, aucun stage ou aucun CDD ***224; esp***233;rer. La soci***233;t***233; se trouve aujourd***8217;hui incapable de fournir l***8217;occasion aux jeunes de donner d***8217;eux m***234;me ***224; la soci***233;t***233; et c***8217;est terrible. Mais nous, nous avons donn***233; toute notre vie et nous ne r***233;coltons que m***233;pris et silence. Ce n***8217;est pas mieux et c***8217;est peut-***234;tre pire car pour nous pas d***8217;espoir que cela s***8217;arrange. A l***8217;horizon, il n***8217;y a que l***8217;oubli et la mort et peut-***234;tre m***234;me un jour l***8217;ostracisme de toute une g***233;n***233;ration ***233;cras***233;e par les retenues sur salaire n***233;cessaire aux financements des retraites.

    Dans l***8217;avenir qu***8217;attendra-t-on de nous, que nous nous suicidions pour laisser la place ?
    Qu***8217;on nous excuse d***8217;exister encore.
    M***234;me si le r***233;sultat semble aujourd***8217;hui ne pas ***234;tre tr***232;s r***233;ussi, en sommes nous vraiment responsable. Pourtant nous avons fait de notre mieux.
    Et moi aussi j***8217;ai fait de mon mieux avec sinc***233;rit***233;. J***8217;ai l***8217;impression d***8217;avoir quand m***234;me apport***233; beaucoup ***224; ce monde d***8217;aujourd***8217;hui, compar***233; ***224; celui d***8217;hier. Je l***8217;ai fait avec courage et avec sinc***233;rit***233;.
    Dernière modification par Sur le Fleuve 03/05/2006 à 18h07

  2. #2
    Januscream est déconnecté Renégat extatique de l'Acédie Januscream a un avenir glorieux
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    O? tu veux quand tu veux
    Messages
    365

    Par défaut Always look on the right side of life

    Cher Surlefleuve,


    Vous tenez là un discours percutant de pertinence et de sensibilité.

    Il est tout à fait vrai que cette génération a pris la mutation en pleine tête, le tout livré sans notice. Il est bien vrai qu'une transition dans des niveaux de structuration tels est difficile et non sans écueil.

    Mais les dynamiques que vous avez traversées ne sont pas arrivées sans pourquoi. Tout a des causes que chaque individu se doit de rechercher afin de sutturer un sens dans un monde qui n'en livre pas de lui-même.

    Il est très vrai de constater les dégâts de ces mouvements mondiaux, mais que ce soit à votre époque, ou bien à celle de la guerre, ou celle dévolue aujourd'hui à notre génération, le châtiment pour qui ne sait pas lire entre les lignes sera toujours le même: il sera bâni du système.

    Tous les systèmes depuis que la Cité existe ont généré leur flot d'exclus et le fossé qui sépare le métèque du post-Rmiste n'est qu'une question de degrés, pas de nature.
    Toute communication originelle implique deux pôles: un interlocuteur et un locuteur. Et tout troisième tiers est exclu. Voilà le prix à payer pour maintenir en cohésion une société!

    Aussi si le fameux "struggle for life" nous paraît abstrait dans une société qui nous a tiré d'un état de nature bélliqueux, il n'en demeure pas moins qu'il s'incarne dans chacune de nos batailles pour rester à flot dans un monde surréaliste.

  3. #3
    Olivier66 Guest

    Par défaut

    Bonjour Surlefleuve,

    Je suis d’accord avec Janus, ton message est touchant et plein de justesse. On oublie un peu facilement les difficultés rencontrées aux deux extrémités du « cursus professionnel » : les débutants mais aussi ceux arrivant en fin de parcours.

    Bourdieu en avait déjà fait cas, notamment le rôle de l’exclusion qui, telle une épée de Damoclès oppressante et coercitive, permet de lisser le marché professionnel, d’éteindre les velléités critiques et d’assujettir l’individu à un système. On a besoin de exclusion pour la brandir comme un épouvantail, pour illustrer la terrible punition de ne pas avoir une fonction voulue par le marché. Alors, effectivement :

    Voilà le prix à payer pour maintenir en cohésion une société!

    A fortiori quand l’idéologie en place privilégie une pensée à court terme qui semble antinomique avec le trop fameux « développement durable pour les générations futures »…c’est bien triste de ricaner cyniquement à l’écoute de ces pourtant belles paroles.

    Je vois dans votre message l’illustration d’un phénomène de plus en plus pesant : c’est toujours aux gens, au peuple, d’assurer ces transitions (pourtant prévues et organisées par quelques instances) et d’en payer le prix.
    Ex : croyez-vous qu’on prenne un jour une solution radicale pour les morts sur la route ? (Véritable fléau si j’en crois les media, fléau pour lequel il faut absolument tout tenter). Croyez-vous qu’on décide de limiter les véhicules à 100 km/h en sachant que ça réduirait considérablement les dépenses énergétiques (pourtant très largement problématiques et actuelles) ainsi que le nombre de morts ? Non bien sûr, mais les gens vont se payer des radars automatiques, vont subir une pression de plus en plus insistante des autorités, vont être promus responsables de cette mairde et être sollicités constamment pour qu’eux « agissent civiquement »… et les constructeurs ? Les pétroliers ? Les politiques ? Tous se déchargent sur les gens pour amortir les considérables changements opérés et en voie d’opération.

    Hummmm…bref. Désolé de la digression.

    Je conclurai en disant que votre message m’a fait percuté sur les épreuves traversées par votre génération, il est vrai que vous avez été sacrément sucré, à tous les niveaux. Je suis aussi d’accord sur le fait que notre génération a été préparée à ces changements (ne serait-ce que par l’absorption du message dominant depuis notre plus tendre enfance)…mais je trouve qu’il y a un je-ne-sais-quoi de plus « décérébré » dans notre formatage, après tout, nous nous bouffons l’évènement de la société du spectacle et de l’entertainment. Comme je l’avais déjà écris, le divertissement partage du sens avec « diversion ». Parce que, malheureusement, non seulement je sens du dépit dans vos propos, mais la plupart des changements que vous évoquez ne me semblent pas de très bonne augure, j’espère que le mal provoqué n’accouchera pas d’un mal encore plus grand. Mais ça, c’est notre génération qui se le bouffera…

    Ciaooooooooooo

  4. #4
    Sur le Fleuve Guest

    Par défaut

    Je réponds un peu tard à deux réactions qui demandent une réponse par leurs pertinences.
    Le retard est dû au fait que je n’ai pas tout compris du 1er coup…

    Oui il y a bien des causes à cette situation et oui ces causes forment un sens. Même si ce n’est que le sens le plus apparent. C’est le sens qui fonde une des deux polarités de la nature du destin humain.
    Depuis la création des société humaines structurée en nation, l’être humain se dévoue à une quête restée identique jusqu'à ce jour.
    Plus de sécurité, plus de richesse, plus d’emprise sur le monde pour un coût humain en terme de souffrance, d’énergie moindre.

    Dans l’Antiquité l’outil principale était l’armée et l’esclavage.
    Dans les années 80, l’idée que la quête profite de l’avènement des machines pour progresser à rallumer l’espoir chez beaucoup de citoyen d’occident. Même s’il y avait toujours un prix à payer : le chômage engendré par l’augmentation de la productivité et l’irruption des machines comme outils de production. Naïf comme beaucoup je voyais poindre à l’horizon, un univers de science fiction où l’homme enfin heureux se libère du joug des anciens Dieux et affirme à la face du ciel sa nature angélique. Quand on voit comment les choses se sont retournée en 15 ans il y a de quoi rire.

    Car malheureusement c’est là que le deuxième pôle de notre nature c’est démasqué rejetant d’un éclat de rire cynique le masque « rêve d’une humanité qui se libère de « sa nature belliqueuse » grâce à une emprise accrue et aisée sur la « nature des choses ». Tel un vieux fantôme les recettes de l’antiquité ont ressurgie

    Oui Olivier 66 on peut s’attendre au pire pour les décennies qui viennent. Là malheureusement je ne serais probablement plus là pour être concerné.
    Oui il a deux interlocuteurs et le troisième est banni et c’est bien le contraire qu’on nous avait promis. Et oui c’est bien la cause des événements regrettables futurs. Car c’est uniquement quand la dialectique primitive sera enfin rejetée. Que les causes seront enfin reconnues comme quasi cause et comme cause unique que le troisième élément trouvera une place qui le transcendera au lieu de l’avilir.

    Certes le progrès économique doit bien être plus de richesse pour le moins d’énergie possible. Mais ce ne doit pas être au même pris que celui payé dans l’antiquité. Ce ne doit pas être au prix de la réduction en esclavage de tout un peuple.
    Beaucoup s’extasie sur les résultats économiques de la Chine. Il n’y pas de quoi s’extasier, il n’y a qu’à déplorer. En effet lorsque nos acheteur réclame une ristourne supplémentaire de quelques cents. Il faut bien que quelqu’un les paye. Et ce quelqu’un c’est le travailleur chinois qui voit lorsqu’il a encore des yeux pour cela ses conditions de vie ressembler un peu plus à celle des bêtes de somme.
    Cette richesse d’aujourd’hui est payée par un surplus de sauvagerie. Et la sauvagerie est une mauvaise graine qui prospère au centuple. Et là aussi il faudra un jour payer.
    La cohésion sociale est aujourd’hui engendrée par l’exclusion du troisième terme.
    Un moins n’engendrera jamais un plus.

    Pour moi il y a deux erreurs originelles :
    - La naïveté avec laquelle nous avons voulu imposer une philosophie de gens bien nourri à des peuples qui crevaient de faim.
    - Si la mise sur la touche de certain, provoqué par le progrès pouvait sembler acceptable (il s’agissait quand même d’un progrès de l’humanité. La même mise sur la touche provoquée par la mise en servage de peuple entier consacrée à l’enrichissement de leur pays et au confort des notre était une aberration auquel personne n’a su réagir en temps. Nous avons oublié qu’un chrétien bien nourri et un homme naïf et aveugle. Pourtant nous en avions le spectacle au 19ème siècle.
    - Et c’est cela le regret dans le titre de mon 1er message : « Plein de bonne intention tout à mal tourné »

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    est
    Messages
    1 073

    Par défaut

    bonjour surlefleuve.

    en ce jour pluvieux du 8 mai, je me dois d'ajouter une r***233;ponse ***224; votre post initial.

    Votre g***233;n***233;ration ( d'ailleur couper couper une tranche dans un continuum permet de d***233;finir et donc de juger ) est mise au pilori de ces temps post modernes. Le bouc emissaire permet de sacrifier la remise en cause et l'***233;volution. Or le mal est autant int***233;rieur qu'ext***233;rieur.

    La g***233;n***233;ration d'apr***232;s guerre a d***233;construit la morale commune pour de donner une bonne conscience personnelle. Mais est-ce sa "faute"? Oui et non mon capitaine!

    La dynamique est l***224; depuis toujours. La faute originelle je pense. L'homme avec un grand H est n***233; dans la boue, le sang et non dans le paradis. Alors chacun doit voir sa boue et vivre avec. Il est toujours facile ( plus facile ) de projetter nos bassesses, nos lachet***233;s sur les autres, sur notre culture, sur nos p***232;res. Notre P***232;re ***233;tant mort depuis le meurtre de Louis XVI, il nous est facile de d***233;signer des boucs ***233;missaires pass***233;s pour nous permettre de vivre le pr***233;sent.

    Louis XVI sacrifice de l'homme sur l'autel du concept.

    La g***233;n***233;ration de l'apr***232;s guerre est celle du "plus jamais cela". Cela a des cons***233;quences qu'il serait int***233;ressant de d***233;velopper..... Refuser le cot***233; noir, refuser le mal, refuser la faute originelle,.....

    Oui la morale commune n'est plus communiqu***233;e, la g***233;n***233;ration actuelle est dans le flou parce que la g***233;n***233;ration d'avant ne lui a pas donner de r***233;gles ***224; transfixier. La g***233;n***233;ration d'apr***232;s guerre est celle qui a sacrifi***233; le futur afin de vivre le pr***233;sent, c'est celle du moi et rien que moi. Moi je suis bien; l'autre est le mal. L'autre c'est le pass***233; et le futur, l'autre c'est l'enfant que l'on sacrifie. L'autre est chosifi***233;, utilis***233;, conceptualis***233;, ach***233;t***233; et vendu, il est standardis***233; et marchandis***233;.

    Oui la g***233;n***233;ration d'apr***232;s guerre a profit***233; du malheur de celle d'avant afin de vivre dans l'illusion de la paresse et de l'h***233;donisme. L'h***233;donisme est possible seul mais pas avec des enfants.

    Cette g***233;n***233;ration a sacrifi***233; l'avenir facile de leur enfants.

    Mais peut ***234;tre est-ce la chance de leur enfants de devoir reconstruire. En effet le bonheur est dans la souffrance accept***233;e et vaincue et non dans le renoncement et la paresse. Le bonheur est dans la reconstrution qui suit la d***233;construction. Il est dans la d***233;couverte de l'autre.

    l'avenir est dans le d***233;passement du nihilisme qui me semble ***234;tre une ***233;tape n***233;cessaire ***224; la d***233;couverte du Monde de l'Autre

    encore merci pour votre post
    Dernière modification par francois2 08/05/2006 à 13h39

  6. #6
    Olivier66 Guest

    Par défaut

    Bonjour à vous,

    Surlefleuve, effectivement, non seulement on peut mais on doit être critique par rapport au discours ambiant sur la Chine ou l’Inde (à commencer par se demander sur quelle énergie ils vont pouvoir se développer avec les problèmes actuels du pétrole). Cela rejoint en grande partie ce que nous disions sur notre propre condition en Occident, il me semble que l’idée majeure qui permet d’accepter une telle situation est un processus de « rationalisation de l’être humain ».

    Entendez par là qu’on a gommé la chose humaine, biologique, familiale, psychologique, sociale, au nom d’une certaine rationalisation du monde et des rapports humains. Dans ce cas, on réduit à une fonction, à des questions assez éloignées finalement du contrat établi entre les hommes et la société (ma force de travail en échange des moyens d’y vivre) : on ne regarde plus les implications humaines de nos choix mais les perspectives rationnelles (« qu’importe si 500 familles payent le plan de restructuration de l’entreprise, cela va donner une bouffée d’air au secteur et permettre de relancer les investissements qui se traduiront par une hausse de la croissance…et patati patata »).

    Bref, prenons la Chine : l’esclavage des chinois est plurimillénaire, leur « soumission » à un pouvoir dictatorial est presque une « coutume ». Leur façon de vivre leur situation est sans aucun doute assez différente de la façon de la voir d’un occidental. Mais l’occidental a inventé « Les droits de l’homme », qu’il considère comme un inestimable gain de la pensée moderne. Et pourtant, ce regain d’humanité a vite reculé face au pragmatisme économique : sa logique veut que « l’asservissement » des chinois et le prix assez hallucinant que sont en train de payer des dizaines de millions de pauvres paysans (74 000 jacqueries officielles en 2005, CAD officieusement beaucoup plus), dans un curieux retournement sémantique, les « servent » en fait. Tout cela est rationnel…mais je ne crois pas que l’homme soit rationnel ou rationalisable... et si jamais on veut absolument y venir, je crains que ce ne soit à un prix très élevé qui donnerait caution à des agissements plus que regrettable.

    Mais rassurons-nous sur un point au moins : ceux qui le vivront pleinement (nous y compris depuis quelques temps déjà mais dans une moindre mesure) ne seront peut-être pas capable de l’appréhender ainsi tant tout cela s’effectuera selon une catena « logique » d’évènements « inévitables » qui préparera par A+B un "avenir meilleur" pour les générations à venir. Heureusement, ils pourront se noyer dans le virtuel grandissant pour pallier la réalité qu'on leur ôte.

    Je suis pessimiste mais j’espère de tout cœur avoir tort.

    Ciaooooooooooo

  7. #7
    Januscream est déconnecté Renégat extatique de l'Acédie Januscream a un avenir glorieux
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    O? tu veux quand tu veux
    Messages
    365

    Par défaut Pulp réel

    J'ai quand même l'impression que raisonner nous mène inévitablement à des pronostics pessimistes. Doit-on en arriver là dès que notre cerveau s'actionne?

    Depuis ma crise d'adolescence, j'ai eu le loisir de me méfier de la propension qu'a notre raison à décaper toute forme d'institution, tout ilôt de bonheur étant à coup sûr le coupable idéal. Elle se rue dessus en criant: "A mort le plus!", et le transforme en négatif élément dont elle se sert pour nourrir sa raison de vivre.

    LA logique est perverse mais implacable: la raison transforme le réel en immonde pour justifier le fait qu'elle a raison de voir le réel en immonde et donc de le combattre.
    Puisqu'elle est notre faculté réfléxive, elle se définit précisément par son refus d'adhérer au réel immédiat, le nier pour en refaire un imaginaire qui n'arrivera jamais (et c'est ce qui l'arrange). Car le jour où ce réel sera aimé tel quel, notre raison sera annihilée, et sa volonté de puissance sera plus féroce que jamais.

    Aussi toute la difficulté quand on s'en sert est de savoir la juguler afin qu'elle ne surpasse pas ses limites et que son fonctionnement ne devienne pas pervers. (oui je sais ça fait un brin kantien pour le coup mais..). Et c'est bien plus dur de se limiter dans son emploi quand on connait sa puissance, mais la sagesse entre deux intellectuels intervient ici même.

    Je trouve légitime d'appuyer sur notre raison comme un bourrin quand on veut s'adonner a toute production fictive (roman, film, littérature, etc);, mais dangereux et irrésponsable quant aux aux conséquences si on la met au service d'idéologies géopolitiques.

    N'oubliez pas que les programmes politiques s'appuient sur la peur populaire pour que survive leur idéologie. La grosse différence aujourd'hui est que le niveau critique populaire a augmenté via divers canaux d'information (Internet principalement étant non controlable par les censures), ce qui change la NATURE de la PEUR: on est passé d'une peur irrationnelle des peuples chronologiquement primitifs (les sorcières, les fantômes, le purire, etc..) à une peur rationnelle, qui se sert de la raison pour se manifester.

    La fiction ne doit pas vouloir effacer le réel. Le réel est fragile, préservons-le!

  8. #8
    Olivier66 Guest

    Par défaut Machiavel on line

    Bonjour à vous,

    Je sais être en légère digression par rapport au sujet initial mais ce qu’a écris Janus m’interpelle tant j’ai l’impression de me reconnaître dans ce « pessimisme de la raison» (ce ne sont pas mes messages qui me contrediront). Je ne saurai réduire l’usage de la raison à une prise de conscience « désenchanteuse » (quoi que…) mais force m’est de constater la pertinence de la chose. Janus, une référence livresque à donner peut-être pour approfondir le propos ?

    Je dis ça sans remettre en cause le constat générationnel que vous faites Surlefleuve, j’y reconnais surtout l’orientation incessante de mes posts.

    Bref, c’est surtout cette histoire de « peur » qui me chiffonne… je crois savoir que c’est le levier psychologique le plus puissant pour influencer les hommes. Peut-on faire un rapprochement avec le passage « fondamental » du Mana au Logos ? Mais peut-on penser qu’il y aura légitimement une nouvelle évolution « paradigmatique » ? (je demande ça parce que chaque époque était persuadée de détenir LA vérité, et a fortiori nous n’échappons pas à cette règle…).

    Pour en revenir au « niveau critique populaire qui a augmenté via les media », et je me prends pour exemple, n’y a-t-il pas un danger aussi pervers a donner des outils de critique parfois puissants à des gens qui n’ont pas développé (ou appris) les capacités pour les contrôler ? Si on est incapable de distinguer le bon grain de l’ivraie, ne va-t-on pas encore plus noyer les gens sous tout un tas de concepts mal maîtrisés, mal compris, antinomiques, spéculatifs,… ? Ce qui embrouillerait encore plus le schmilblick sous une masse d’informations conséquente et confuse ?

    Je dis ça car c’est parfois l’impression que je ressens : j’essaie de m’intéresser, de comprendre, mais certaines idées puissantes peuvent vraiment nous bousculer et s’incruster sans que l’on ait réellement conscience de leur portée, de leur limites, de leurs gaps,… . Certaines lectures m’effraient un peu (Bourdieu dernièrement) et je me dis régulièrement que je ne sais pas vraiment les maîtriser, que je n’ai pas assez d’esprit critique ou de connaissances suffisantes pour appréhender « raisonnablement » le concept…
    Bref, désolé pour ce petit calimérotage mais ça m’a renvoyé à ces petits tourments.

    Pour conclure, je dirai qu’il faut être conscient des inégalités et des maux de ce monde, mais ce qui rend le plus malade est sans doute notre capacité récente à être tenu informé de tout, chaque jour, aux alentours de 20h00 surtout (sans occulter le rôle que jouent ces maux dans la pérennisation d’une certaine « peur » à un niveau politique).
    Ensuite, on oublie un peu facilement que, finalement, un certain rapport d’exploitation entre hommes n’a jamais été vraiment dépassé mais a modifié son message pour le rendre plus acceptable, voire demandé (la « lutte pour avoir du travail » à l’heure actuelle par exemple). Sans doute un rapport avec le passage du hard power au soft power…
    Alors, ça n’est pas apparu aujourd’hui, ça se poursuit depuis longtemps déjà, et apparemment cela appartient à notre mode d’organisation systémique. Si on ne peut en sortir, alors peut-être faut-il savoir l’accepter ?...je ne sais pas.

    Ciaooooooooo

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts