c'est quoi un philosophe?
+ Répondre à la discussion
Page 9 sur 35
PremièrePremière 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 DernièreDernière
Affichage des résultats 81 à 90 sur 347

Discussion: c'est quoi un philosophe?

  1. #81
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Atlantis
    Messages
    72

    Par défaut

    les émotions peuvent servir la philo ds le sens ou tu peux etre a la fois cobaye en tant qu'individu humain et observateur en tant que philosophe qui pourra tirer de tes réactions un certaine connaissance. nosce te ipsum ca vous dit quelque chose.

    Cependant je pense que cette obseravtion de soi-meme n'est qu'une phase ds la vie du philosophe naissant, un élément déclencheur de prise de conscience.

    ils sont donc utiles ne seraient-ce que pour s élever ds l objectivité.

  2. #82
    Estelle br Guest

    Par défaut

    c'est quoi l'objectivité selon vous? quelque chose qui vise un universel?
    "s'élever dans l'objectivité"
    déclencheur de prise de conscience"

  3. #83
    Gian Guest

    Par défaut

    Un philosophe, c'est quelqu'un qui sait se taire quand il n'a rien ç dire !

  4. #84
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Atlantis
    Messages
    72

    Par défaut

    au moins certains savent revenir a la simplicité

  5. #85
    Sur le Fleuve Guest

    Par défaut En réponse au message de Gian

    Provient du message de Gian
    [B
    Cela signifie-t-il que le raisonnement philosophique n’est que de type inductif. C’est un mouvement, à coup sûr, mais il y a aussi, peut-être le retour à l’individuel. Par là, si tu me suis, tu définis la pensée philosophique comme une dialectique sociale...


    ...Très intéressant. Mais si je peux poser quelques objections … les problèmes simples de la vie quotidienne engage l’affectif, me semble-t-il . Est-ce le cas pour les problèmes dits « philosophiques » ? Par ailleurs, il serait intéressant de voir en quoi l’affect interfère dans notre pensée rationnelle, dans nos démarches logiques. [/B]
    « Cela signifie-t-il que le raisonnement philosophique n’est que de type inductif. C’est un mouvement, à coup sûr, mais il y a aussi, peut-être le retour à l’individuel. Par là, si tu me suis, tu définis la pensée philosophique comme une dialectique sociale. »

    Bien entendu il peut y avoir un retour à l’individuel, mais avec une transformation dans la nature de ce qui est reçu.
    De raisonnement dynamique le concept devient signe et ainsi s’incorpore au langage de la pensée du sujet qui l’utilisera à exprimer une nouvelle conception dynamique…

    Pour moi la pensée philosophique n’a rien a voir avec une dialectique sociale sauf que malheureusement pour nous, pauvre humain, il nous ai impossible de percevoir le réel tel qu’il est. Aussi notre perception du réel est complètement assujetti à la perception de la communauté culturel auquel nous appartenons.
    Je pourrais affirmer qu’au fond nous vivons tous dans une hallucination collective…
    Ce qui serait une clef d’interprétation du phénomène de marginalité voir une cause de l’internement psychiatrique.
    Il faut se confronter aux autres cultures pour que cette vision s’impose d’elle-même.

    Pour en revenir à ma vision de l’acte de philosopher, pour moi il s’agit d’une démarche d’humanisation.

    « Très intéressant. Mais si je peux poser quelques objections … les problèmes simples de la vie quotidienne engage l’affectif, me semble-t-il. Est-ce le cas pour les problèmes dits « philosophiques » ? Par ailleurs, il serait intéressant de voir en quoi l’affect interfère dans notre pensée rationnelle, dans nos démarches logiques. »

    En fait je ne faisais pas seulement référence à l’affectif mais plutôt pour rester dans le sujet, justement au sujet dans son ensemble (origine de l'affectif).

    Vaste sujet que ta question.
    D’ailleurs toute une littérature se consacre à ce processus.
    Dont entre autre le secteur de la psychanalyse.
    Quoi que je ne perçoive pas ma connaissance et ma compréhension de l’œuvre de Lacan comme autre chose que superficiel.
    Il me semble être le premier à intégrer la philosophie dans son discours de praticien.

    Et cette attitude qui m’inspire l’idée que depuis Freud et Lacan, on ne peut plus ignorer que parler du monde c’est parler du sujet.
    Ce qui bien étendu est bien plus lourd à porter que le monde…

    En quelques sortes, c’est par réflexibilité des phénomènes que nous pouvons intégrer le discours psychanalytique a celui du philosophe.

    Ce qui m’amène à penser que le sujet est présent dans chacune de nos formulations, voisin immédiat du mystère qui nous entoure.
    Dernière modification par Sur le Fleuve 16/04/2004 à 08h12

  6. #86
    benan Guest

    Par défaut

    Estelle concernant les hommes politiques j'en suis arrivée à penser qu'ils se shootaient "au pouvoir" Donc ne parlons pas d'eux mais simplement de ce que "je" connais.

    Je sais que lorsqu'on croit "au pouvoir" il y a inversion ou falsification des moyens; et donc du but que nous nous sommes proposés. Ainsi, j'ai trouvé que si je cherchais "mon identité" j'étais obligée de quitter la vérité. Car je pouvais trouver beaucoup de choses très interessantes sur moi, mais chaque découverte peut être réinterprétée. Comme tout est question d'interprétation et que je ne sais pas si c'est la bonne interprétation, j'ai préférée abandonner. Je l'ai découvert aussi en tant que mère. Ma volonté primait parfois sur mes enfants, et ce n'est pas conforme à la vie puisqu'ils sont différents de moi.
    Tout au long de ma vie j'ai vu que le pouvoir justifiait nos comportements de séduction, de manipulation, etc. Tout est justifié puisque nous sommes juge et parti.

    Mais j'ai trouvé quelque chose qui peut se placer "entre" le pouvoir et la vérité, qui peut servir de lien: c'est la justice. pas la légale mais l'équitable. Celle qui consiste à pouvoir écouter et soi-même et l'autre et nous permet d'agir. C'est là aussi que je place la liberté.(et non le libre-arbitre)

  7. #87
    bulletin Guest

    Par défaut

    La base de notre désaccord est bien la...je ne pense pas qu'il faille ce servir de l'induction dans la philosophie, donc qd qq melle philo et vecu , je pense qu'il fait une erreur

  8. #88
    Estelle br Guest

    Par défaut

    je repose ma question . c'est quoi l'objectivité? une manière d'élever la conscience à l'universel, au delà de l'expérience? un peu de précision SVP, j'aimerai pouvoir vous comprendre...

  9. #89
    Sur le Fleuve Guest

    Par défaut

    Provient du message de Estelle br
    je repose ma question . c'est quoi l'objectivité? une manière d'élever la conscience à l'universel, au delà de l'expérience? un peu de précision SVP, j'aimerai pouvoir vous comprendre...
    En ayant longtemps travaillé pour les actualités TV, mon 1er réflexe serait de dire que l’objectivité n’existe pas, que c’est une vue de l’esprit.
    Dans un deuxième temps et si j’essaye de trouver ce qui lui ressemble le plus, je dirais que c’est un point médian mais accessible entre deux subjectivité.
    Ou alors c’est un fait culturel, c’est à dire une idée ou un point de vue communément acquit pendant l’éducation, ou le partage d’un evenement culturel ou historique.
    Après, bien sur il existe le fait scientifique évidemment.
    A cette distance près que son existence est complètement déterminée par la philosophie et la culture des acteurs du fait.

  10. #90
    Lesaigneur Guest

    Par défaut

    La philosophie n'à rien de simple je croit plutot que c'est la recherche de LA simplicité à travers la complexité de se

    que l'on en fait

    "Qui sommes nous ?
    D´ou vient le monde ?
    Le but de la Philo est de pouvoir répondre a ces deux questions !
    Beaucoup de Gens me disent que c nimporte quoi , et me disent : A quoi bon chercher des réponses a tout ca , si on sait

    que la réponse est impossible á trouver ."
    Je répondrai simplement a ses gents que l'important se n'est pas d'arriver au bout du chemin, mais de ne pas faire fausse

    route
    "Je pense que si l ´humanité laisserai des Philosophes " régner " ( même s´il ne cherche presque jamais le pouvoir ) chaques

    humains trouveraient un jour les réponses !"
    Je suis entierement d'accord, car justement il ne chercherai pas à régner sur les hommes peut etre les serviraient ils Ceci en essayant de répondre aux besoins de l'esprit en apportant réponse au question concernant TOUT étre vivant

    Pour apporter ces réponses aux hommes il tacherai de sauvegarder son intégriter physique afin qu'il soit à meme de recevoir la réponse J'irai meme au dela, le philosophe se servirai de tout pour servir toute vérité

    "le concret est dans ce que nous sommes. faut incarner qui on est quoi!"
    Philosopher c'est chercher la verité d'un point de vue objectif, c'est à dire justement se désincarner car c'est en étant dans la vallée que l'on observe la montagne et non pas en étant à son sommet
    la je me dit qu'il faut faire un compromit car pour etre objectif il faudrait en faite observer l'integralité et donc étudier tout point de vue entre le sommet et la vallée, l'infinimant grand et l'infiniment petit, l'affect et le scientifique
    et c'est la que l'on peut vouloir bannir l'affect qui represente une infinité de possibilité
    une infinité de solution affective? Je ne croit pas qu'il y ai plus de solution que d'individuel (à l'echelle du temps donc à
    chaque instant cette étude est infini a moin de trouver un moyen de l'étudier à un grand rythme, je propose comme moyen
    d'augmenter le nombre de chercheur, conséquence : qui peut arriver a me connaitre dans mon intégralité (physique et
    psychique) ? réponse n'importe qui pour mon physique mais moi et moi seul a la clé pour faire resurgir ma pensé , mes
    sentiments, ect
    L'outil serait alors la coopération
    à l'ecol on apprendrai non pas à surpasser mais à coopérer afin de réelement tout surpasser

    Je dit sa c'est juste parceque un philosophe ne doit il pas tout prendre en compte si il désir la vérité?
    en cela l'aboutissement de la science est indispensable mais n'est pas autosuffisante et ne peut se permettre de délaisser l'homme sans qui, étant elle meme incapable de pensé, ne serait plus.

    Bon ba j'attend de vive critique c'est assurement trés criticable mais tout seul je ne suis rien
    Dernière modification par Lesaigneur 17/04/2004 à 02h40

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts