c'est quoi un philosophe?
+ Répondre à la discussion
Page 4 sur 35
PremièrePremière 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 40 sur 345

Discussion: c'est quoi un philosophe?

  1. #31
    naud.philippe Guest

    Par défaut

    Gian
    Dans le cas de mon exemple, c’est le manque de moyen qui empêche de lire, ce n’est pas critiquable, d’ailleurs l’intelligence et la culture sont 2 choses différentes.
    Parmi les gens qui ont les moyens de s’instruire sur la philosophie, beaucoup ont peu de temps (travail, vie de famille. La matière à réflexion on la puise dans l’environnement, la nature, les étoiles etc. Pour ceux qui pourraient se documenter longuement sur le sujet, la question n’est pas de comprendre ou pas, de digérer ou non, en admettant que l’on assimile tout, le risque est de perdre le contrôle de sa pensée.
    L’être humain est très influençable, on le voit avec la publicité, l’admiration de gens célèbres… Ce qui est important, c’est de garder son sens critique et de vérifier par soi même les pensées des autres. Toutes les explications du monde ne doivent pas nous suffire tant que nous n’avons pas trouvé les réponses en nous, au plus profond de notre être. La philosophie de pacotille c’est peut être aussi d’avoir en mémoire un certain nombre de données comme un ordinateur, qui permettent d’avoir réponse à tout, mais qui ne sont pas nos pensées propres. L’essentiel c’est de rester maître de ses pensées.
    Peut-être qu’il existe des esprits puissants qui sont capables de ne pas se laisser influencer par les grands penseurs mais ce n’est pas le cas de la majorité d’entre nous.
    Il vaudrait mieux des citations même un peu maladroites mais bien à nous, cela ferait de nous des chercheurs authentiques. Ce qui compte c’est d’être vrai, de ne pas imiter.

    Estelle
    Effectivement nous devons poursuivre dans ce sens, il existe en nous des possibilités cachées, et la première démarche est avant tout, d’apprendre à se connaître afin de mettre au service de notre recherche les moyens délaissés comme le ressenti.
    Nos conclusions ne peuvent pas valoir plus que ce que nous valons nous même c’est pourquoi notre recherche doit automatiquement s’accompagner d’une amélioration de ce que nous sommes.
    J’ai pratiqué aussi 1 an de ki gong, (il faudrait poursuivre) travailler sur les énergies est une ouverture sur le monde environnant et c’est déjà un début de compréhension sur le fonctionnement de l’être humain.
    Avec aussi un peu de sophrologie, on doit pouvoir explorer les profondeurs de notre être, ce que la seule philosophie ne permet pas.
    Bonne chance
    Candie

  2. #32
    chouchou007 Guest

    Par défaut Ce qu'un philosophe n'est pas

    Un philosophe, ce n'est pas un minet en chemise rose qui disserte sur le monde et ses maux depuis sa tour d'ivoire, je veux parler de Benrard Henry Levy ou Edwy Plenel.

    Un philosophe, c'est grossier, ou scandaleux, ou impopulaire (Shopenhauer, Nietzsche, Baudelaire)

    Ca ne vit pas à Saint Germain des Prés, ça ne fréquente pas la brasserie Flore, ça ne manifeste pas avec une photocopie de Libé après le 21 Avril 2002, ça n'a pas la prétention de savoir pour les autres ce qui est bon pour eux (Jean Paul Sartre)

  3. #33
    Gian Guest

    Par défaut

    Je suis bien d'accord avec toi lorsque tu dis que recracher une pensée d'un philosophe, cela ne remplace pas sa propore pensée. On en voit assez, des petit *****ux qui, en fac de philo, sous pretexte d'avoir ingurgité 3 doses de Kant et deux doses de Hegel, se sentent surpuissants. Moi, j'ai pas honte de dire que j'y comprends rien à ces hauteurs ... pas assez ... je crois que c'est un bon baromètre: être honnête avec soi même et se demander si on a bien compris: comprendre c'est prendre avec soi, faire sienne une pensée ! oui, faire sienne la pensée de quelqu'un d'autre, ce n'est pas faire du plagiat, c'est y mettre ses propres repésentations, ses propres expériences ... une pensée, ça peut se vivre aussi ! donc loin de moi l'idée de faire de l'érudition élitiste ... parce que :
    - je n'en ai pas les moyens.
    - ça fout en l'air tout dialogue ( ou alors ça devient un joute oratoire d'érudits, et là encore il faut en avoir les moyens ... je ne les ai pas )

    Enfin, je crois que l'essentiel, c'est d'avancer en gardant fermement éveillé son esprit critique ! prêt à démonter au passage toutes les superstitions bas de gamme ! que devient la philo sans ça ?

  4. #34
    Gian Guest

    Par défaut

    J'oubliais ... BH ... c'est pas possible ... t'es sérieux ? la philo la science des imbéciles ... non, je suis certain que tu ne peux pas être sérieux là !

  5. #35
    DOMINI Guest

    Par défaut

    Bonjour à tous,

    vous dites des choses pas bêtes... un philosophe ne doit pas être un maître à penser. Se remplir le coeur d'une discipline sécurisante, fera d'un esprit meme brillant un parfait abruti. Certains noms cités plus haut m'amusent à ce sujet...ces gens et ceux de leur race ne manquent pas de se suicider ou de se promener dans la vie tristement, le coeur vide, finalement. Il faudrait des philosophes qui en même temps que de tout connaître, se connaissent eux-mêmes.

    Hop.

  6. #36
    Estelle br Guest

    Par défaut

    je repose ma question
    le philosophe serait à votre avis un idéaliste? voyez vous dans ce mot du bien ou plutôt un mal

    moi je dirais un idéaliste car lui a de l'imagination; a la différence du réaliste qui serait peut être plus défaitiste

  7. #37
    Gian Guest

    Par défaut

    Mais quel sens ça a de disserter sur les philosophes ??? qui se sent philosophe ici, ... apprenti tout au plus ... passionnés sans doute ! mais philosophes ! je ne pense pas que l'on puisse trouver ici un tel prétentieux ! On peut s'intéresser à la philo, aux philosphes de différentes façons, non ?

  8. #38
    bulletin Guest

    Par défaut

    Un philosphe ne me semble pas être un idéaliste... l'imagination est un outil déclancheur de conscience...

    Un philosophe est celui qui prend du recul sur son "moi" et décortique facilement son Surmoi et son Ca

  9. #39
    Estelle br Guest

    Par défaut

    moi je me dis qu'un peu plus d'idéalisme serait un moyen pour faire bouger les choses, justement parce que l'idéaliste imagine

    gian
    il y a une différence entre "philosophes" et "apprenti philosophe"?
    çà existe les philosophes accompli?
    quel sens çà à de disserter sur les philosophes?
    pour une fois que philosopher ne donnerait pas forçément sens... çà à du moins beaucoup de mérite si tu le vois comme çà.

    si je suis ton raisonnement : à quoi çà sert de philosopher?

    c'est quoi la défénition du philosophe?

  10. #40
    Gian Guest

    Par défaut

    Je me suis mal exprimé ... je voulais simplement faire remarquer que je ne me sens pas " philosophe " au sens de "manipulateur émérite de concepts tordus " ... bien sûr, si l'on prend le philosophe comme l'homme en recherche de sagesse, on peut se donner ce nom à partir du moment où on entame une recherche avec des outils d'analyse dits philosophiques. Concretement, si je parle de l'idée de liberté, je fait un pas dans la direction de la philosophie. Si je parle en termes d'énergie cosmique qui me relie aux êtes qui m'entourent etc ... ( bon, je sais ça n'a rien à voir ! mais c'est un exemple ! ), là j'ai pas l'impression de me retrouver dans un champ philosophique !

    Donc, je ne crois pas qu'il y ait des sujets proprement philosophiques, mais plutôt une manière philosophique de les traiter ( sans prétention aucune )

    QU'en pensez vous ?

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts