c'est quoi un philosophe?
+ Répondre à la discussion
Page 28 sur 35
PremièrePremière 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 DernièreDernière
Affichage des résultats 271 à 280 sur 347

Discussion: c'est quoi un philosophe?

  1. #271
    Gian Guest

    Par défaut

    pas grave Fibule ...

    Un instant, je me suis dit : "T'es con, mon pauvre, t'y comprends rien !!!"



    Rachida ...
    "une essence énergitique positive ou négative"

    ---> Gasoil ou sans plomb ?

    Bon c'est mauvais, je sais... mais définir une notion "simplement" en employant ce genre de terme, ou pire :

    "cette essence ne peut voir le jour que si elle répond à des principes bien préscis qui doivent adhéré aux principes de la première mesure de la règle de droit ."

    ... c'est un peu noyer le poisson , non ? tu veux m'embrouiller Rachida ? Ou penses-tu avoir été claire ?

  2. #272
    RACHIDA MELLITI Guest

    Par défaut FIBULE

    a aucun moment je n'ai fait la référence qu tu fais sur moi si je dois bien quelque chose c'est bien aux Pères de nos pères qui ont sût ouvrir une brèche dans l'obscurantisme des genres et si aujourd'hui je suis en mesure d'avoir mes repères c'est unquement grâce à leur lumières dans celle de la réflexion et de la compréhension de soi que j'ai pût atteindre la phase ou je me trouve que je leur dois dans sa totalité!

    se sont justement les émotions qui une fois maîtriser donne naissance et développement aux sens qui vont oeuvré par la suite au développement des autres sens qui vont permettre d'éfier ce pourquoi il se trouve dans ce monde à exercé cette existence.

    sans émotions l'unité corporelle n'a pas lieu d'être.

  3. #273
    bulletin Guest

    Par défaut

    Gian, je ne me questionne pas sur le sens de l existence mais sur la validité de cette question: "pourquoi l'homme (ou la matière) a été créé (ce qui revient a se demander pourqoi nous cherchons un sens à l existence) ?

    Et lorsque l'on se pose sur cette question on trouve que l idée de se demander: Quel sens a ....? pourquoi...? implique l'existence du temps car cela implique une ou plusieur cause.
    Et alors n'y a t il pas une erreur dans cette impliquation, ce présuposé typiquement humain (puisque nous vivons dans un espace temporel) lorsque l'on dis quel sens à la création?(ici le présuposé est qu'il existe un écoulement temporel... j'espere etre clair ).

    On peut raportté cela au paradoxe epistemologique dont on parlait dans un autre sujet... mais si je pars la dedans on ai pas sortit donc je préfere que tout soit clair avant.

    Pour ca je suis entierement d'accord :"C’est peut-être de cette méprise ( comprendre ce qui est hors du temps avec nos schèmes temporels ) que naissent toutes sortes d’anthropomorphismes."

    Et cette question :cette sphère hors de l’espace et du temps humain n’entretient-elle aucun lien avec le monde humain ?
    me semble en effet justifié, mais je croit en la perfectibilité du cerveau humain et peut être trouverons nous ce lien, lorsque le niveau de consience des hommes sera plus élevé (ce qui peut prendre beaucoup de temps).

  4. #274
    bulletin Guest

    Par défaut

    Au passage Gian, le début des textes de Alouui sont interessant, il traite justement d'une entité intemporel et non-spatial, l'élemon qui serai la base de la création... bien que ses développements par la suite (science cosmique...) sont peut être alambiqué (je n'ai lu que le tout début) les bases sont interessantes et imaginatives

  5. #275
    Gian Guest

    Par défaut

    Fibule, tu peux me les envoyer ces passages ?

    sur la validité de la question du sens de l'existence... ok c'est une question qui se pose. Mais de deux choses l'une ... soit cela nous amène à un scepticisme indépassable, soit cela nous pousse dans un probabilisme...

    Par ailleurs, l'esprit humian est-il capable de dépasser cette sphère spatio temporelle. Ou au contraire est-ce cette sphère qui lui permet de penser ... cf Spinoza - Kant.

    Enfin, je crois que dans ce domaine, l'imagination a tout a fait sa place , mais peut-être pas dans un sens péjoratif ( cf usage platonicien du mythe )

  6. #276
    bulletin Guest

    Par défaut

    "soit cela nous amène à un scepticisme indépassable, soit cela nous pousse dans un probabilisme..."
    --->développe stp je ne voit pas réellement de limite

    "Par ailleurs, l'esprit humian est-il capable de dépasser cette sphère spatio temporelle. Ou au contraire est-ce cette sphère qui lui permet de penser"
    --->Développe aussi en tirant juste les grandes idées quitte à les déformer stp

    Sinon ta BAl est pleine et je n'ai pas ton adresse e mail

  7. #277
    RACHIDA MELLITI Guest

    Par défaut fibule

    qu'est ce que tu trouve incompréensible ou ridicule?

    l'unité corporelle qui donne naissance par rapport à ces choix et actions à une entité éthérée qui se trouve être l'être .

    Mais qui peut tout aussi bien dans le cas ou une évolution s'est construite sans dominé ces émotion en faisant que ce qui nous tentent et non pas ce qui doit être dans les acquisitions elle n'aura bien entendu pas eût la possibilité de donner naissance d'une conscience au (je) qui se traduit par une forme astral dite diifforme.

    car elle n'adhère pas à la première mesure de la règle de droit.

    Si tu nourris pas ton (je) par rapport aux choix et actions que tu enclenche c'est que tu n'est pas humain.

    le but de l'existence c'est de te conduire à prendre des choix et des actions que tu vas tout au long de ton existence tenter d'acquérir le droit et la première règle de mesure dans l'acquisition de ce qui va t'aider à trancher qui est l'équité regarde de plus près l'évolution de l'unité corporelle est tu t'apercevra que le droit et au centre de son existence elle ne peut rien faire sans se référer au droit.

  8. #278
    bulletin Guest

    Par défaut

    Je croit qu'il faudrait plutot que tu tente d'expliquer tout cela à un psy.


    Qu'appelle tu "droit"... est tu sur d'utiliser la definition comunement admise et transcrite sur le dico?

  9. #279
    Gian Guest

    Par défaut

    Bien, Fibule ... ma boite est vide

    Sinon, entre scepticisme et probabilisme ... il me semble que si l'on invalide une question telle que le sens de l'existence, si lon dit que l'homme n'a pas le moyen d'y répondre de façon objective, rationnelle certaine ... cela implique d'emblée un scepticisme, non. Si la question semble essentielle, vitale, alors il ne reste qu'à tenter une ( ou plusieurs ) hypothèses(s), probabilités sur un sens possible.

    Mon autre question était de savoir si l'homme peut penser en dehors des chèmes de l'espace et du temps. La réponse kantienne de l'invalidation de la métaphysique repose sur le caractère indépassable de ces concepts a priori. L'esprit ne peux penser en dehors de l'espace et du temps . Lorsqu'il tente de généraliser ( une loi scientifique, par exemlpe ) il se repose sur un modèle de causalité proprement temporelle. Universaliser, ce ne serait alors pas dépasser le temps?

  10. #280
    bulletin Guest

    Par défaut

    Ok peut tu me donner les references du livre de kant traitant sur le caractere indepassable du temps?

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts