c'est quoi un philosophe?
+ Répondre à la discussion
Page 27 sur 35
PremièrePremière 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 DernièreDernière
Affichage des résultats 261 à 270 sur 347

Discussion: c'est quoi un philosophe?

  1. #261
    RACHIDA MELLITI Guest

    Par défaut fibule

    c'est un Essaie réussi qui me fais dire que tu peux établir une ébauche qui reflète enfin le prisme de tes penssées sans faire référence à un tel à dit.

    je ne partage pas comme tu le sais ta vision mais je la respecte entièrement étant donné l'évolution des genres tu trouvera pas toujours forcément la m^me vision.
    ce qui ne veut pas dire que sa vision reflète plus ou moins une plus grande vérité que celle que tu expose.
    elle possède l'avantage d'être la tienne/

    GIAN
    ce qui me gêne dans l'utilisation de mot tel que celui de l'individualité c'est qu'il ne résonne pas comme celui qui corespond au reflet que je désire exprimé car trop utilisé comme ayant une référence individuel qui résonne pour moi plus à une division que celui d'une uniformité ce que représente le corps humain .

    quand à celui de la subjectivité il fait référence plus au spychisme

    qu'au corps organique.


    l'homme dort......et il rêve qu'il vie

    cordialement

  2. #262
    RACHIDA MELLITI Guest

    Par défaut fibule

    qu'elle est ta définition du temps car je possède aussi une vision qui là encore ne reflète pas celui d'une vision ordinaire mais qui à l'avantage d'être celle que ma modeste compréhension peut refléter.

    p.s.

    la philosophie pour moi résume plus une vision d'individualité sur le sens de l'existence qu'une confrontation des témoignages de nos pères (avec tout le respect qui leur est dû )

  3. #263
    Gian Guest

    Par défaut

    "ce qui me gêne dans l'utilisation de mot tel que celui de l'individualité c'est qu'il ne résonne pas comme celui qui corespond au reflet que je désire exprimé car trop utilisé comme ayant une référence individuel" ...
    l'individualité individuelle ... tautologie, on appelle ça ...
    Mais pourrais-tu définir le terme d'unité corporelle autrement que par la négative ? ...

  4. #264
    Estelle br Guest

    Par défaut

    donner sens à l existence. Fibule, tu parlais de l illusion du cerveau, du temps , la causalité

    "le fait même de donner sens à l existence résulte de l imagination "
    là je dirais que je ne suis pas sûr . donner sens , en soi, concerne une partie du cerveau, la logique et la raison. je serais plus pousser à penser que cette recherche est continuelle car nous n arrivons pas dans l immédiat ( voir pas du tout) à la comprendre et à la nommer. ****** d où l archanement en philo ?

    pourquoi nous n arrivons pas à la nommer? donner sens à l existence. j étais dans ce "trip" il n y a pas s longtemps que çà. et quand il m arrive d y penser, j ai beau tenter de comprendre le pourquoi d u comment, je n y arrive pas. ma raison ne peut me le révéler, car c'est une émotion, un sentiment.
    c'est pour cette raison aussi qu il m'est arrivé de parler de "traduction" par la raison. celle qui veut tout savoir.

    ta théorie du temps est intéressante. je la trouvais un peu farfelu au premier coup d oeil, mais finalement, ce rattachement à la causalité est intersting. tu parles du temps rattaché à cette question de l existence. encore là cette mesure que l homme a pus faire du temps est régi par le cortex. j ai l impression que ta rélexion est une réléxion sur le fonctionnement de notre cerveau et de nos pensées finalement. en tout cas je le prends comme çà.

    "le fait d penser qu il y est un sens à l existence serai donc un mirage du au fait que nous observons des faits logiques avec un sens" -------- je ne pense pas qu il s agisse d une illusion toute cette forme de pensée que tu démontres ici. c'est une conscience de la façon dont l homme voit le monde, la façon dont nous avons de comprendre.
    est ce illusioneur par contre ? est ce que penser le sens de l existence serait une illusion ? je dirrais qu elle est une manifestation intellectuelle de ne pas être accompli dans quelque chose. mais quoi ?
    illusioneur si nous cherchons la réponse qque par cette forme de pensée = comprendre, savoir donner sens ?

    finalement la pensée philosophique, même si elle peut être influencée par les émotions etc... est une forme de pensée qui exclue le reste. "savoir" est une volonté de la raison, de cette conscience qui veut tout comprendre. est ce que savoir implique les émotions ?

  5. #265
    Estelle br Guest

    Par défaut

    "les conditions où le temps n existe pas " pourrais tu définir ce temps ? qu est ce que le temps qui n existe pas ? une fusion à l espace "spatio temporel" ?

  6. #266
    bulletin Guest

    Par défaut

    "c'est un Essaie réussi qui me fais dire que tu peux établir une ébauche qui reflète enfin le prisme de tes penssées sans faire référence à un tel à dit."
    -->A croire que tu te vante de ne pas savoir ce que un tel a dit...
    Ne pas connaitre Descartes, Platon, Socrate ...ne me parait pas très serieux pour parler de philosophie.
    Mes pensées n'ont jamais été le reflet vide d'un quelconque philosophes. Seulement quand on à rien d'autre que des énergie Astral sans aucune connaissance des bases de la philosophie ont voit d'un mauvais oeil les réferences philosophiques classique.

    "ce qui ne veut pas dire que sa vision reflète plus ou moins une plus grande vérité que celle que tu expose.
    elle possède l'avantage d'être la tienne"

    ---> c'est dans ce cas la le plus grands des désavantages..ne comprends tu pas que la philosophie tend vers l'objectivité ?
    Et qu'il faut justement éviter toute vision subjective...



    "qu'elle est ta définition du temps car je possède aussi une vision qui là encore ne reflète pas celui d'une vision ordinaire mais qui à l'avantage d'être celle que ma modeste compréhension peut refléter.

    p.s.

    la philosophie pour moi résume plus une vision d'individualité sur le sens de l'existence qu'une confrontation des témoignages de nos pères (avec tout le respect qui leur est dû )"

    ----> Va chercher un dictionnaire, veut tu... cherche y "Temps" (en même temps tu peux chercher une définition plus complète dans un bouquin de physique) et cherche y "Philosophie".

    --->Tu te veux originial dans ta difference, tu cultive l'ésoterisme comme une arme spritiuel... si j'était psychologue je dirai que c'est certainement à cause d'un refoulement adulte de ce que tu n'as pas eu l'occasion d'avoir lors de ton éducation... mais je ne suis pas psychologue, donc je ne dit rien.

  7. #267
    bulletin Guest

    Par défaut

    A Estelle :

    Il y a une incomprehension majeur...

    "tu parles du temps rattaché à cette question de l existence."
    -->Non il faut rataché le temps à la notion du pourquoi... ce pourquoi qui demande une cause... seulement dans une dimension intemporel peut ont parler de cause? ... alors le pourquoi n'as plus de sens car il n'y as plus d'avant.

    " j ai l impression que ta rélexion est une réléxion sur le fonctionnement de notre cerveau et de nos pensées finalement. en tout cas je le prends comme çà."
    --->Exactement... lorsque l'on calcule qu'il existe une planête à tel endroit, et que lorsque l'on met un télescope vers cette endroit on ne voit que du noir... il faut penser a regarder si on n'a pas laisser le cache sur l objectif du télescope.
    On s'évertue a chercher un sens à l'existence ... mais il convient avant de se demander pourquoi chercher un sens à l'existance... et la on trouve que notre cerveau est un outil fort mal adapté car ils ne connait que les axes x,y,z et l axe t .



    " est ce que penser le sens de l existence serait une illusion ?"
    ---> c'est ce que je disais a travers "le fait de penser qu il y est un sens à l existence serai donc un mirage "

    "est ce que savoir implique les émotions ?"
    ---> ca n' a rien a voir avec le sujet mais vue que la question te suit depuis quelque post... la réponse est toujours la même ... le savoir ne doit pas impliquer d'émotions sinon il devient subjectif, cependant ils est tres difficile d'établir un savoir qui ne dépende pas des émotions humaines.

    ""les conditions où le temps n existe pas " pourrais tu définir ce temps ? qu est ce que le temps qui n existe pas ? une fusion à l espace "spatio temporel" ?"

    --->C'est bien justement sur ce problème que j'essaye d'établir que le pourquoi n'as aucun sens sans le temps.
    Le temps comme nous le savons tous est une dimension un peu particulière, cependant elle est contractable ect...(prendre un boukin de physique ou dico pour plus de détails, car les détails ne nous interesse pas dans le raisonnement a suivre)

    Maintenant le problème du temps qui n'existe pas...c'est intellectuellement inconcevable, c'est devant cette faiblesse de notre cerveau qu'il faut se demandé est il logique de se demander "Pourquoi l'homme existe" (quel sont les causes...) dans un "espace" sans dimension temporel (donc ou la notion de cause n'existe pas)... cette "espace" est celui d'avant le big bang, donc avant la création de la dimension temporel.
    Je crois que c'est stephen Hawking qui avait conclue ses recherches métaphysique par: Essayer de trouver le sens de l 'existence reviendrai à resoudre un paradoxe tel que : "cette phrase n'existe pas".
    Certe cet arguement d'autorité va faire bondir Rachida(encore faut il connaitre Hawking ^^), mais je tiens à préciser que je ne considere nullement la citation ci dessus comme un argument, mais juste comme une aide philosophique.

  8. #268
    RACHIDA MELLITI Guest

    Par défaut gian

    pour moi l'unité corporelle c'est ce qui définis le scultural qui doit remplir le rôle pour ce en quoi il existe donner une entité éthérée au (je).

    cette essence ne peut voir le jour que si elle répond à des principes bien préscis qui doivent adhéré aux principes de la première mesure de la règle de droit .

    plus l'unité adhère totalement aux règle de principes et plus elle se nourrie d'une nourriture qui est positive qui la consitue dans un premier temps et qui se construit par la suite dans une seconde phase du procésus.
    prenanr comme par ex! une unité corporelle qui évolue sans se soucier des premières bases qui se situe dans le droit basic du sévisme on ne respectant personne la conséquence de ces actes par rapport à ces choix enclanche une conséquence qui est préjudiciable dans le temps pour l'entité du (je)

    car l'acquisition fondamentale du respect représente la nourriture essentiel de ce qui sera l'être dans la naissance du (je)
    qui prend naissance en même temps que celui de l'adulte.

    le respect représente la colonne vertébrale de l'entité les autres valeurs nobles accumulés dans la phase enfant et adolescent vont venir se gréffer et s'articulé dans la colonne vértébrale il y a au tant de valeur nobles à acquérir qu'il y a d'os dans le corps organique.

    c'est ce que l'on nomme l'être et c'est ce que je nomme l'unité squelitique car non encore achevé dans son édification .

    je suis profondément convaincue que la naissance de l'être s'acquière par un travail dans les acquisitions qui traduisent l'éffort qui nourrissent une essence énergitique positive ou négative.

  9. #269
    bulletin Guest

    Par défaut

    C'est incroyable que tu ne vois pas le caractère ridicule car incompréhensible de tes dires Rachida.
    Tu définis l'unité corpoel en utilisant "l'entité éthéré"

    Tu parle ensuite des principes "de la première mesure de la règle de droit ."

    Sur quoi te base tu pour dire :"le respect représente la colonne vertébrale de l'entité les autres valeurs nobles accumulés dans la phase enfant et adolescent vont venir se gréffer et s'articulé dans la colonne vértébrale il y a au tant de valeur nobles à acquérir qu'il y a d'os dans le corps organique."
    Est ce donc un axiome? ou du prosélytisme?

    "je suis profondément convaincue que la naissance de l'être s'acquière par un travail dans les acquisitions qui traduisent l'éffort qui nourrissent une essence énergitique positive ou négative."
    --->Tu y voit ici un argument? un découlement logique? ou une conviction? Une conviction est à l'opposé de la philosophie, il n'y as pas besoin de lire un tel pour le savoir... il suffit d'un peu de jugotte.

    Dsl Gian, je t'ai piqué la réponse

  10. #270
    Gian Guest

    Par défaut

    Fibule,
    Je n’arrive pas à comprendre la portée de ton questionnement sur le sens de l’existence. Est-ce trouver un sens à sa propre existence d’individu ou déceler le sens de l’existence de l’Homme ? Peut-on oser une réponse purement biologique ? ( L’homme est sur terre pour se reproduire …). Et peut-on avancer une réponse qui dépasse cette sphère biologique, en tentant une réponse d’ordre métaphysique ?
    J’imagine qu’il est légitime que cette question vienne « frapper » aux limites de la condition humaine ( spatio-temporelle). Et je pense que c’est là la principale vertu de ce type de questionnement : nous amener à nous interroger. Dire que l’homme peut aisément trouver une réponse à cette question, c’est absurde. Dire que l’on ne peut trouver aucune réponse à une telle question, cela nous plonge dans l’absurde. J’imagine que c’est de cette tension que peut naître un questionnement fécond.
    Il me semble que ta remise en cause de ce type de questionnement pensé dans une sphère spatio-temporelle (proprement humaine ) est juste. C’est peut-être de cette méprise ( comprendre ce qui est hors du temps avec nos schèmes temporels ) que naissent toutes sortes d’anthropomorphismes. Mais cela nous amène aussi à nous poser une autre question : cette sphère hors de l’espace et du temps humain n’entretient-elle aucun lien avec le monde humain ?

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts