+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Le travail dénature-t-il l'homme ?

  1. #1
    chica_loca Guest

    Exclamation le travail

    pouvez vous me donner quelques pistes de recherche sur le sujet "le travail dénature-t-il l'homme ?"
    merci

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    =>(tout y est):
    http://www.philagora.net/philo-poche/travail-morale.php



    =>
    Faut-il travailler?


    Étonnez-vous: faut-il marque la nécessité, ce qui ne peut pas ne pas être! Allons bon! On ne pourrait se passer du travail! Même on a les moyens de
    vivre!

    Le travail ne permet-il pas de se libérer de la nécessité et de ... ne plus travailler?


    =>Demandez-vous de quel travail il s'agit. Une forme sociale du travail (par exemple, un travail aliéné inventé par un autre, organisé par un autre qui profite à un autre...) et la forme idéale du travail qui ne sépare pas travail manuel et travail intellectuel,qui produit une oeuvre. Distinguer donc le travail simple moyen de vivre et le travail raison de vivre.

    -Pour le plan, vous pouvez peut-être partir d'une réponse au sujet qui vient immédiatement à l'esprit: par exemple: réduit à la satisfaction des besoins, simple moyen de survivre, le travail est en quelque sorte hypothétique: je travaille si je n'ai pas de quoi satisfaire mes besoins: il n'est pas nécessaire et il disparaîtra par exemple avec l'utilisation de machines
    "intelligentes" qui produiront de quoi satisfaire mes besoins.

    Argumentation à poursuivre pour avoir la première partie.


    -Dans la deuxième partie, vous prenez le contre-pied de la première: pour de multiples raisons le travail est une nécessité: renoncer au travail ne serait-ce pas renoncer à soi même. En effet refuser le travail serait refuser:


    ==sa dignité: en effet le travail définit l'homme comme celui qui refuse le donné intérieur (animalité) et le donné extérieur (la nature).

    ==sa raison de vivre: parce que le travail est une activité qui produit une oeuvre: en quoi l'oeuvre est-elle raison de vivre humainement?

    ==la conscience de soi: le travail ne fait-il pas entrer dans l'élément de la permanence la conscience de soi: elle s'extériorise pour ainsi dire. Le travail forme l'homme qui par lui accède à lui même et à la liberté.



    -La troisième partie de votre devoir. =>Les 2 premières parties  vous ont permis de penser, d'avancer en pesant le pour et le contre, mais vous
    laissent dans l'embarras devant deux routes contraires: vous devez résoudre la contradiction entre les réponses de la première et de la deuxième partie, souvent par une distinction. Il ne s'agit de répéter ce que vous avez dit mais
    d'avancer grâce à la confrontation des deux premières parties.

    Le travail ne serait pas une nécessité mais un acte de liberté, l'exercice de la liberté?

    "Il est bon d'avoir toujours un travail suivi qui nous commande, qui fixe nos idées et qui rattache à lui les idées éparses et les moments décousus de notre vie" Maine de Biran.

    "il est bon" =c'est peut-être la compréhension de cette expression qui peut vous aider à trouver la 3ème partie.

    Si ce n'est déjà fait, abonnez-vous à "Graphitti" (gratuit) http://www.philagora.net/abonne.php
    pour recevoir directement les nouveautés.
    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts