+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Concours Blanc : la sensation au programme...

  1. #1
    hypogirl Guest

    Exclamation Concours Blanc : la sensation au programme...

    Coucou à tous je suis nouvelle et suis heureuse d'avoir trouvé ce forum...
    Demain j'ai concours blanc de philo avec pour thème la sensation Des suggestions ? (Citations, cours, textes...?)
    Merci d'avance !

  2. #2
    Hermès15z[Rs2] Guest

    Par défaut ouai

    suisla ca marche

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 930

    Par défaut

    http://www.philagora.net/humain2.php
    http://www.philagora.net/philo-reperes/formel2.php
    http://www.philagora.net/philo/idealism2.php
    http://www.philagora.net/philo/prepagreg2.php


    =>

    Que nous fait connaître la sensation?

    Connaître ou penser?

    La difficulté: la sensation existe t-elle? N'a t-on pas parlé de sensation introuvable.

    De plus connaître c'est déterminer une intuition sensible par un concept. Si une intuition sensible sans concept peut être aveugle, que peut elle bien nous faire connaître? Comment la sensation, réduite à elle même nous ferait-elle connaître quelque chose? N'est-elle pas du fait de cette impossibilité, ce qui
    nous fait connaître, ce qu'elle est elle même? 

    Un problème soulevé par la question: savoir c'est percevoir: si tout savoir est perception, ne faut-il pas répondre que lasensation ne nous fait rien
    connaître, sinon elle même?

    Paradoxalement, la sensation nous permettrait de penser au delà du donné puisqu'elle serait introuvable.

    Mais, dire que savoir c'est percevoir et ce n'est que cela, n'est-ce pas un peu vite identifier le psychisme à la conscience qui est toujours conscience de quelque chose?

    "fait connaître" signifie: produit un savoir de .. ou oriente vers la production d'un savoir de ... ou encore, donne immédiatement un savoir de.

    La sensation ne serait-elle pas épreuve de soi?

    En tout cas, une réponse positive à ce sujet exige que soit maintenue l'existence de la sensation.

    => Ne faudrait-il pas faire abstraction du monde objectif, de tout ce qui lui est ajouté dans la perception? Que resterait-il après cet effort d'abstraction sinon une simple modification ou affection du corps vivant que je suis. Est-il possible de réduire la sensation à une modification de l'organe auditif par
    exemple, mais cette modification n'implique t-elle pas d'être doublée d'un phénomène psychique pour apparaître?

    Pour Merleau Ponty dans La phénoménologie de la perception, page 540, Le sentir, la sensation est intentionnelle ou n'est pas.

    "Le pur sentir n'est pas sentir. Sentir c'est savoir qu'on sent, et
    savoir c'est percevoir.
    "

    Cette phrase semble s'enchaîner à merveille selon une rigueur déductive. Mais le premier "savoir" et le second n'ont pas le même sens! 
    Savoir qu'on sent désigne la présence à soi de la conscience tandis que le
    second savoir désigne la connaissance donnée par la perception qui détermine une intuition sensible par un concept selon Kant.

    Ce manque de rigueur nous oriente vers une réponse possible au sujet: la sensation nous fait connaître immédiatement que nous sommes des vivants: c'est une certitude première.

    => Serait-ce que la sensation nous ferait connaître une communication du corporel et du spirituel, communication qui ne se déroule pas sur le mode de l'intentionnalité.
    Tout savoir serait d'abord présence à soi, épreuve de soi.

    "La condition nécessaire et suffisante pour qu'une conscience connaissance soit connaissance de son objet, c'est qu'elle soit conscience d'elle même comme étant cette connaissance." Sartre, L'Être et le
    Néant, pages 18 et suivantes.

    La sensation et la pensée de la sensation nous orienteraient peut être vers la connaissance de ce qui rend possible l'action du corps sur l'esprit et de l'esprit sur le corps.

    Comme piste de lecture: la fin du chapitre premier de l'Essai sur les données immédiates de la consciences de Bergson.

    Pour approfondir, un texte difficile de Husserl, dans Idées directrices pour une phénoménologie, traduction Paul Ricoeur, Gallimard, page 104: La
    conscience et la réalité naturelle.


    Si vous êtes vraiment en terminales, au début de
    l'année, vous pouvez utiliser l'aide suivante: 

    Les cinq sens

    Vous pourriez peut-être les distinguer du point de vue de la représentation:
    les sensations représentatives "qui nous donnent de l'objet ... les idées
    les plus claires et les plus distinctes, les moins mélangées d'éléments
    subjectifs." Pradines: la vue et l'ouïe.

    Pour les autres essayez de démêler ces éléments subjectifs (mélange de
    sentiments...)

    -Relire le texte de la caverne http://www.philagora.net/philo-bac/oralplat.php 

    -Distinguer l'essence et l'existence: percevoir par les sens donne l'existence
    d'une chose.

    "Les sens ne me trompent pas ... et cela, non par ce qu'ils jugent toujours
    juste mais parce qu'ils ne jugent pas du tout, ce qui fait retomber l'erreur à
    la charge de l'entendement." Kant.

    ==Pour le plan, vous pouvez les classer selon leur degré de sensorialité c'est
    à dire de représentativité.


    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts