+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: hypokhagne:le plaisir peut-il etre recherché comme un bien?

  1. #1
    ludy Guest

    Lightbulb hypokhagne:le plaisir peut-il etre recherché comme un bien?

    besoin d'aide! études d'auteurs et problématiques svp, + qqs notions à développer de façon incontournable! merci car je coule!

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Pour débuter votre recherche:


    Quelle est la valeur du plaisir?

    ==Vous pouvez commencer par une enquête sur l'épicurisme et sur
    l'hédonisme qui vous permettra de les distinguer. 

    L'hédonisme identifie le souverain bien et le plaisir. On distingue
    l'hédonisme psychologique pour lequel la cause et la fin de toute
    détermination de la volonté est le plaisir et la peine. "L'hédonisme éthique
    soutient que le plaisir doit ... constituer le seul objet et la seule fin des
    actes d'une être intelligent et conscient." 
    A. Fouillée, Le
    moralisme de Kant, page 191.
    => Voir l'eudémonisme et l'utilitarisme
    eudémoniste des anglais. vous pouvez opposer le sage hédoniste au sage
    cynique. Le cynique est indifférent au plaisir ce qui lui permet de se
    maîtriser tandis que l'hédoniste se maîtrise "par sa souplesse infinie
    à cueillir et à goûter le plaisir quand il lui est donné." Le Senne,
    Traité de morale, page 382.

    Quant à l'épicurisme, rien ne vaut de relire http://www.philagora.net/philo-bac/bonhepic.php 
    La lettre à Ménécée.

    Le problème posé par votre sujet tient à ce que le plaisir est
    indéfinissable. On le définit par l'agréable et on définit l'agréable par
    le plaisir? Comment débattre sur la valeur de ce qu'on ne peut définir,
    n'est-ce pas un débat d'aveugle? D'autant plus qu'il y a des plaisirs tristes,
    des plaisirs liés à une activité superficielle (manger) ou à une activité
    existentielle comme le plaisir de désirer, de vouloir, de vivre.

    De plus, le plaisir a un caractère transitoire: il est précédé de peine et
    il est souvent suivi de tristesse.

    Paradoxalement, celui qui accroît le nombre de ses désirs pour accroître le
    nombre de ses plaisirs rend son bonheur de plus en plus difficile.

    Pradines dans La sensibilité élémentaire, I. page 29 écrit: "Le plaisir
    n'est donc pas une sensation, mais une appétition qui atteint sa fin dans une
    sensation.

    ==De mon point de vue, il faut bien distinguer le plaisir et la joie, ne
    serait-ce que parce que la joie n'est pas à prendre: elle est à faire. On vous
    demande donc la valeur du plaisir, d'apprécier le plaisir.

    André Gide croît nous donner le secret du bonheur: "Non s'efforcer vers
    le plaisir mais trouver le plaisir dans l'effort même." Sérieusement on
    se demande s'il ne se moque pas du monde.

    Il est possible de revenir à Platon, à cette vie de tonneau percé, image
    de celui qui court après les plaisirs.

    Il faudra de toute manière lui trouver une valeur dans votre dissertation, par
    exemple, par rapport à la première partie.

    A vous de jouer!

    -Pour vous aider à rédiger, voir METHODO http://www.philagora.net/methodo/index.php 


    -N'oubliez pas le moteur de recherche dans philagora http://www.philagora.net/farfouineur.php 

    -Abonnez-vous à la lettre de philagora http://www.philagora.com/abonne.php
    pour recevoir directement les nouveautés du site (gratuit)

    http://forum.philagora.net/showthrea...-sur-Philagora

    Des pistes...pas des corrigés qui servent très peu.....

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts