+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 4
1 2 3 4 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 34

Discussion: demande de conseils de lectures...

  1. #1
    philomail Guest

    Question demande de conseils de lectures...

    Bonjour,

    Je me permets de vous écrire pour vous demander quelques conseils, et plus particulièrement quelques conseils de lectures philosophiques.


    Tout d'abord je me présente un peu :

    Je suis actuellement étudiante en première année de classes préparatoires scientifiques, et l'année prochaine je continuerais mes études en physique à l'université (j'ai décidé de changer pour l'université parce qu'en prépa j'ai beaucoup de mal à résister à la pression et au stress qui y règne toute l'année).

    En terminale, la philosophie a été pour moi comme une révélation.
    Depuis déjà plusieurs années je me posais des questions philosophiques (sans savoir justement que l'ont pouvait qualifier ces questions de "philosophiques") mais je pensais que ce genre de questions n'intéressait personne, et que si j'en parlais on me trouverais "bizarre" (c'est d'ailleurs arrivé souvent, les gens de mon âge m'ont souvent trouvée bizarre, tandis que les adultes qualifiaient mes questions de métaphysiques ou d'existentielles sans plus d'explications, en disant parfois que "c'était l'âge" alors que les autres de mon âge semblaient n'en avoir rien à faire, bien au contraire !).

    Mais les cours de philo en terminale m'ont permis de comprendre que les questions que je me posais alors s'inscrivaient dans des grands courants de pensées, et que bien d'autres avant moi y avaient réfléchit de manière beaucoup plus approfondie.
    C'est étrange de découvrir le reflet de ses propres pensées dans les textes d'un philosophe, et cela fait un choc, surtout quand on a pensé pendant des années être seul à réfléchir de la sorte.
    Je me suis alors intéressée plus profondément à l'histoire de la philosophie, j'ai lu quelques textes, et je n'ai eu aucune difficulté pour obtenir d'excellentes notes en philosophie (16 à 18 toute l'année ainsi qu'au bac). Pourtant je n'ai jamais eu l'impression de penser autrement que quelqu'un d'autre, il me semble que n'importe quel autre élève de la classe aurait pu, potentiellement parlant, écrire la même chose que moi. J'ai bien essayé de leur expliquer mais personne n'a vraiment compris, pour eux la philo était une matière rébarbative. Ils ne cherchaient pas à en savoir plus. Pourtant au début de l'année, le cours de philo commençais justement en précisant ce qu'est un préjugé et pourquoi il ne faut pas s'y tenir***8230; très peu m'ont semblé l'avoir compris dans la classe***8230;

    Tout cela pour dire que la philosophie en terminale m'a marqué, elle se place ainsi dans la continuité de mon questionnement sur l'univers et l'existence car elle m'a permit d'y apporter des ébauches de réponses, des chemins pour avancer, elle m'a ouvert les yeux sur mes propres questions et m'a lancée sur d'autres interrogations.
    Malgré cela je n'ai pas osé me lancer dans des études en philosophie, bien que j'ai eu tout au long de l'année de très bonnes notes en philosophie, je me sentais tellement faible et si peu douée par rapport à tous les philosophes que je lisais.
    De plus comme j'avais de bonnes notes dans toutes les matières et que j'étais en terminale S, il semblait plus logique pour tout le monde je fasse des études scientifiques.
    Alors laissant la philosophie de coté, j'ai suivi le projet que je m'étais fixé depuis plusieurs années : devenir astrophysicienne. C'est pour cela que je suis parti en prépa scientifique.
    En fait quand j'y réfléchi tout est lié : l'astrophysique et la philosophie sont deux réponses à un même besoin, une même recherche, un même questionnement sur l'univers, sur l'existence.

    Pour vous donner une idée des questions que je me pose en voici quelques unes qui me viennent à l'esprit maintenant (mais il y en a encore une multitude d'autres) :
    Pourquoi y a-t-il quelque chose ? Qu'est-ce que la matière ? D'où vient-elle ? Pourquoi est-elle ? Pourquoi est-elle ainsi et pas autrement ? Pourrait-elle être autrement ? Pourquoi l'univers est-il tel qu'il est, pourquoi est-il, comment est-il ? Pourrait-il n'y avoir rien, rien est-il possible, y a-t-il nécessairement quelque chose, y a-t-il nécessairement la matière ? L'état actuel de l'univers est-il le fruit du hasard (le déroulement des évènement est-il contingent ?) ou bien au contraire ne pourrait-il être autrement (chaque cause détermine t-elle nécessairement chaque effet ?) ? Pourquoi la matière a t'elle tendance à s'organiser toujours plus ? L'homme est-il l'état le plus organisé de la matière ? Comment la matière a t-elle pu parvenir à un tel degré d'organisation, si poussé qu'elle en arrive à prendre conscience d'elle-même ? (car qu'est-ce que l'homme sinon de la matière organisée ayant conscience d'elle-même ?) Pourquoi l'homme a-t-il besoin de croire en quelque chose supérieur à lui ? Qu'est-ce qui pousse l'homme vers le bien ou vers le mal ? La morale et le bien s'imposent t-ils naturellement et nécessairement à tout homme ou est-ce seulement le fruit de l'éducation et d'une vie sociale ? Jusqu'à quel point l'homme est-il libre ? Pourquoi et comment le développement de la pensée est-il parvenu au point que l'homme se pose des questions sur l'univers, alors qu'antérieurement dans l'évolution des espèces le développement d'une nouvelle caractéristique semble toujours lié à une nécessité ou du moins un avantage pour la survie de l'espèce ? Comment le cerveau permet-il de penser ? Jusqu'où la pensée est-elle commune à tous les hommes ? Pourquoi certains raisonnements comme les démonstrations mathématiques s'imposent t-ils également à tous les hommes alors que pour d'autres types de raisonnement les opinions divergent ? La vérité est-elle absolue ou relative à chacun ? Peut-on définir une vérité absolue ? Comment ? Comment se fait-il que pour certains raisonnements l'évidence de la solution ou de la vérité s'impose à nous et pas pour d'autres ? Est-on sûr qu'il y a quelque part une vérité, unique et définitive ? La vérité existe-t-elle ? N'est-elle pas qu'illusion ? ***8230;
    Il y a sans doute des questions qui paraissent naïves ou dont les réponses semblent évidente, mais j'ai tendance à toujours tout remettre en question et les questions les plus naïves ne me paraissent jamais sans intérêt. Il y a certaines de ces questions pour lesquelles j'ai des idées de réponses, des ébauches, d'autres pour lesquelles le vide est total.
    Au début je me posais surtout des questions sur l'univers, la matière***8230; mais peu à peu, ma réflexion c'est élargi à d'autres questions. La philosophie m'attire de plus en plus car elle me semble être un moyen de tenter une ébauche de réponses sans jamais prendre pour acquis des opinions toutes faites, préjugés ou autres fausses-vérités.

    Je pense cependant avoir fait le bon choix quand à mes études, car la physique me permettra sans doute d'avancer dans mon questionnement à l'aide du raisonnement clair des démonstrations scientifiques. L'astrophysique me semble toujours la meilleure voie pour répondre à toutes les questions que je me pose sur l'univers et la matière.
    D'un autre point de vue la physique me semble plus riche en débouchés professionnels que la philosophie. Les études en philosophie me semblent conduire directement au métier de prof de philo, mais peut-être que je me trompe là-dessus car je ne me suis jamais renseigné sur la question. Pourtant le métier de prof me plairait bien, tant en physique qu'en philosophie, car dès que j'ai compris ou découvert quelque chose, j'ai envie d'en faire part à tout le monde, je voudrais que tout le monde perçoive cette même joie, mais je me vois mal face à une classe indisciplinée, je suis assez timide et je ne sais pas si j'arriverais à gérer la situation***8230; C'est aussi pour cela que je ne me suis pas lancée dans des études de philosophie.

    Cependant, après un an de travail acharné en maths et en physique, j'éprouve plus que jamais le besoin de réfléchir vraiment de nouveau sur des questions philosophiques. Bien sûr en prépa il y a encore un peu de philo (sur le thème de la paix cette année), mais malheureusement le travail que nous faisons s'apparente plus souvent au français qu'à la philo.
    En cette fin d'année, alors que j'aurais dû travailler sans répit la physique et les maths pour l'examen final, je me suis remise à lire un gros bouquin sur l'histoire de la philosophie à travers les textes, et j'ai commencé à écrire quelques réflexions dans un cahier. C'est plus fort que moi, j'ai envie de lire, d'écrire. Alors je me suis dis finalement que plutôt que de refouler cette envie autant en profiter, m'en enrichir. D'autant plus que je continue mes études à l'université l'année prochaine, alors normalement j'aurais plus de temps libre pour lire (en prépa le temps lire est quasiment inexistant).
    Voilà pourquoi j'en viens à vous demander de me conseiller quelques lectures. Tant qu'à faire, j'aimerais acquérir une culture philosophique de base, solide. Je voudrais dons procéder méthodiquement dans mon apprentissage de la philosophie, mais n'ayant aucun professeur, les conseils seront les bienvenus. J'ai l'habitude de travailler en visant un projet assez précis, alors là je me suis fixé l'objectif suivant : soit, si je devient professeur de physique, de passer ensuite le CAPES interne de philosophie; soit si je deviens chercheur en astrophysique, de passer ensuite un DEA en philosophie et histoire des sciences (j'ai appris qu'on peut y accéder après une formation scientifique, moyennant un module de compléments en philosophie).
    Que j'atteigne ou non ces objectifs, là n'est pas vraiment l'important, le principal est que je travaille dans ce but, cela me fera avancer et m'enrichira même si je ne passe effectivement aucun de ces deux diplômes. Au moins j'ai un but fixe, je pense que c'est utile, ça me permet, quand je travaille, de savoir où je vais (pour aller loin mieux vaut marcher droit!).

    Bref, je me demande ce par quoi il vaut mieux que je commence : lire les ouvrages des "principaux" philosophes ? Dans ce cas par lesquels commencer ? Est-il mieux de lire des versions avec ou sans commentaire ? Ou bien est-il préférable de commencer par une introduction générale aux grandes notions, en lisant un ou plusieurs livres du type "traité de philosophie" avant d'attaquer les textes des grands philosophes ?
    Merci d'avance pour tous les conseils que vous pourrez me donner, ils me seront très utiles, soyez-en sûr.
    Cordialement,

    Marie Dubois.



  2. #2
    Dao Guest

    Par défaut

    Après autant d'années passées en cours, il est normal que tu réagisses en étudiante.
    Cependant, je ne saurais trop te conseiller -surtout si tu entends suivre des cours de philo-, de poursuivre de ton côté, d'aller dans les bibliothèques, les librairies, de te laisser guider par tes intuitions, tes affinités avec les auteurs dont tu prends les livres en main, que tu feuillettes et qui te touchent.
    Ce que tu mets en avant dans ton texte est déjà marqué par l'intellect, dévoile ton orientation scientifique, rationnelle, dont la philo peut tempérer une tendance au déssèchement que tu ressens peut-être déjà. Qu'il y ait quelque chose plutôt que rien (et encore, lequel? Néant, vide d'être, quantique?...) est certes fascinant mais ne t'aide guère à vivre.
    Je conçois la philo comme partie intégrante de la vie.
    Un philosophe, aujourd'hui, est davantage comme Nietzsche que comme Hegel et Onfray l'écrit à sa façon: il lui a fallu ce qu'il nomme un "hapax existentiel" (crise cardiaque, si je me souviens bien) pour que vie et pensée renouent, s'emmêlent, se nourrissent l'une l'autre.
    Bref, un(e) philosophe à la fois pense comme il vit et vit comme il pense, c'est un être entier qui, sans même en avoir le but, fait de vivre un art dont il est à la fois le sujet et l'objet, pris dans un même geste, un même élan...

    Il n'y a pas de fétichisme de la pensée comme de la marchandise. Elle ne tire aucune dignité de l'objet qu'elle pense, pas plus que l'art de ce qu'il re-présente.
    La plupart du temps - les psy le savent bien -, on part d'une lointaine périphérie avant d'en arriver à l'essentiel.
    On peut aussi commencer par-là .

  3. #3
    enricomino Guest

    Par défaut

    Moi aussi je fais des etudes scientifiques et j'aimerais commencer des etudes de philo... J'en ai discuté avec un ami et il m'a dit, pour pouvoir vraiment philosopher on peut prendre toutes les voies sauf la philosophie.
    Je pense qu'il a raison et je dirais que je pense que que la philo est une matière pour les autodidactes, en complément d'un autre domaine d'études.
    Ce que je pense c'est que les philosophes pure connaissent un petit peu sur beaucoup de chose, ce qui fait qu'il peuvent facilement embrouiller l'esprit avec des sophismes, mais à la fin tu as toujours le même degré de questionnement... Mais quand il s'agit d'avoir une discution sérieuse, ils essayent bien de dire, kant a dit ca descartes ceci, mais au fond ils ne comprennent pas grand chose.
    Donc ce que je dis c'est que tu prends la bonne voie en étudiant l'astro et en faisant de la philo en complément, et je vais te donner un conseil de lecture: les cours de physique de feynman.
    J'imagine que tu connais feynman, il a donné un cours de 1er cycle absolument géniale, pour te donner une idée ca couvre une bonne partie du programme de physique jusqu'à la maitrise et pourtant il n'y a presque pas d'équations... c'est très puissant comme livre quand on veut rélechir sur les sciences.

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2001
    Localisation
    France -
    Messages
    21 927

    Par défaut

    Je vous propose, bien simplement le livre de André Comte-Sponville, "Présentations de la philosophie "

    http://www.philagora.net/comedie/comte-sp.php

    Un petit tour dans la rubrique "J'aime livre" peut vous renseigner.
    http://www.philagora.eu/educatif/index.php/J_aime_lire

    J'ajouterai que croire pouvoir se passer de la tradition qui est un trésor me semble être une illusion. Certes il s'agit de penser par soi même, certes la science et les mathématiques engendrent une réflexion philosophique, mais penser par soi même exige des lectures. Les textes sont exemplaires.

    On m'objectera que Rousseau a fermé tous les livres, mais après les avoir lus. Rousseau est bien un autodidacte nourri de la tradition: Platon, Montaigne, ... etc

    Peut-être que comme écrit Pascal ce qui revient à chacun c'est la mise en ordre?

    Joseph
    http://www.philagora.net

  5. #5
    chouchou007 Guest

    Par défaut Un ou deux conseils

    Si tu t'intéresses à l'astrophysique et aux questions philosophiques que cette science soulève, il faut absolument lire

    Hubert REEVES : 'L'heure de s'enivrer'

    J'ai moi même beaucoup d'intérêt pour la physique et aussi pour la philo, discipline que je trouve néanmoins particulièrement difficile
    Si je pouvais me permettre une petite critique des personnes qui s'intéressent à la philo aujourd'hui, ils n'ont pas assez de connaissances de base sur les disciplines scientifiques, techniques (maths, physique, économie, technologie dont l'informatique), alors que c'est indispensable si l'on veut penser notre époque

    Pour ce qui est de la question du bien et du mal, je te conseille mais aussi à tout le monde en général la thèse de Paul Evdokimov 'Dostoievski et le problème du mal' disponible chez Amazon.fr , et plus généralement l'oeuvre de Dostoievski dont le message est très profond et très humain

  6. #6
    Dao Guest

    Par défaut Re: Un ou deux conseils

    Provient du message de chouchou007
    Si je pouvais me permettre une petite critique des personnes qui s'intéressent à la philo aujourd'hui, ils n'ont pas assez de connaissances de base sur les disciplines scientifiques, techniques (maths, physique, économie, technologie dont l'informatique), alors que c'est indispensable si l'on veut penser notre époque.
    Nuançons...
    "La puissance déchaînée de l'homme a tout changé, sauf nos modes de pensées, et nous glissons vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l'humanité veut vivre. Détourner cette menace est le problème le plus urgent de notre temps." - Einstein.

    Pour sa part, Fritjof Capra a écrit le "Tao de la physique"...

  7. #7
    Ichtar Guest

    Par défaut Livres littéraires/philosophiques ?

    Les sept pilliers de la sagesse - Lawrence d'Arabie
    L'idiot - Dostoeivski
    Les frères Karamazov - Dosto.
    Crime et chatiment - Dosto.
    La course des longues distances (un voyage en Orient) - Abdel Rahman Mounif (Arabie Saoudite)
    Al-A'adama (trilogie sur la vie sexuelle, l'alcool, et les partis politiques communistes en Arabie Saoudite) Turki el Hamad
    La chanson de la pluie, Un étranger sur le Golfe et autres poèmes (Badr Chaker el Sayab) - Irak
    Le Quatuor d'Alexandrie - Lawrence Durill (sublime)
    Le maître et Marguerite (Mikhael Bulgakov)
    Paroles (Prevert) - Evenements et Le contôleur à lire

    et ainsi de suite

  8. #8
    enricomino Guest

    Par défaut

    bonjour philomail,
    pourrais tu donner plus de precision sur la facon d'integrer un DEA en philosophie des sciences apres des études scientifiques.

  9. #9
    enricomino Guest

    Par défaut

    Merci ichtar tu as changé ma vie,
    Avant ma culture littéraire se limitait à ouioui au pays des kangourous et à l'histoire des trois petits cochons qui ne voulaient pas devenir jambon. Tu m'as permis de decouvrir dostoievski et ca fait deux jours que je lis sans arrêt, je me suis découvert une nouvelle vocation... J'avais toujours été attiré par la russie et maintenant je comprends pourquoi.

  10. #10
    Aurelmaipamarc Guest

    Wink lettre à philomail

    salut!
    Tu sais,je pense savoir ce que tu as ressenti quand tu as découvert la philosophie car elle a également changé ma vision du monde. J'étais en terminale S et j'ai renoncé à aller en prépa pour aller en fac de philosophie! Ce choix a surpris tout le monde (à part peut-être le prof de philo!!!) et tout le monde m'a dit: "pourquoi vas-tu te "gacher" en philo alors que tu pourrai aller en prépa? Comme si la philosophie était moins sérieuse que la science!!! Pour moi, est elle au-dessus d'elle!
    sinon, pour lire, il y a l'embarat du choix: Tu pourrais commencer par lire "Le monde de Sophie" de Jostein Gaarder, c'est un roman initiatique génial!
    A plus

    SALUT

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts